L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 17 octobre 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->    
 
Dossier PARIS
Sous le ciel de Paris
Paris et la photographie
Paris au XVIIIe siècle
Un Parisien à travers Paris
I hate Paris
Violences et passions dans le Paris de la Renaissance
Paris pour mémoire
Vivre à Paris de la Restauration à la Belle Epoque
Les Cocottes. Reines du Paris 1900
Histoire insolite des cafés parisiens
Louvre secret et insolite
Paris, Avant Après
Une histoire de Paris par ceux qui l'ont fait
Quel maire pour Paris ?
Le Piéton du Grand Paris
Le Monde à Paris
Paris, La forme d’une ville
Paris et ses grands monuments en 3 D
Paris, Restaurants d’antan et de toujours
Atlas du crime à Paris du Moyen-âge à nos jours
Paris promenades au bord de l’eau
Huit quartiers de roture
Saint-Germain-des-Prés
Les Plus beaux panoramas de Paris
Le Carreau du Temple
Paris en latin / Legenda est Lutetia
Curiosités du Paris haussmannien
Les Halles de Paris et leur quartier
Paris dans la collaboration
Mémoire des rues. Paris 6e arrondissement
Un peu de Paris
Le Paris arabe
Place des Victoires
Les Douze heures noires
Balades littéraires dans Paris
Paris 1200
Regard d'un Parisien sur la Commune
Paris d'église en église
Les Maux & les soins
Paris 1900
Nous irons chanter sur vos tombes
Haussmann
Haussmann le Grand
Les Grands Boulevards
Les Ponts de Paris
La Ville promise
Pays parisiens
Le carnaval des Halles
Henri d’orléans, comte de Paris (1908-1999)
La Trace du fleuve
Napoléon III contre Haussmann ?
Mémoires
Histoire politique de Paris au XXe siècle

Une leçon d'histoire culturelle
Danielle Tartakowsky   Nous irons chanter sur vos tombes - Le Père-Lachaise, XIXe-XXe siècle
Aubier - Historique 1999 /  / 275 pages
Imprimer

Les historiens annoncent depuis déjà quelques lustres le déclin de l'école des Annales et de ses grands chantiers d'histoire économique et sociale, appelés, d'après eux, à être dépassés par l'essor de l'histoire culturelle.

Malgré de nombreux essais - et une grande fortune auprès des étudiants, trop heureux d'en profiter pour délaisser leurs cours de statistique, certes peu exaltants - l'histoire culturelle n'a pas encore réussi à s'imposer par des sources ou des méthodes lui permettant de s'attribuer, à l'instar de sa prestigieuse aînée, tous les caractères d'une école historique (maîtres, élèves, travaux de fond, enquêtes, manuels...). Et, si des travaux pionniers, comme celui que Danielle Tartakowsky vient de consacrer à l'histoire du Père-Lachaise, ne venaient périodiquement nous rassurer sur le devenir de l'histoire culturelle, il y aurait fort à craindre que les mots "culture" ou "culturel", copieusement utilisés par les éditeurs pour leurrer un lectorat souvent plus soucieux de modes que de véritable recherche, ne deviennent galvaudés avant même que ce nouveau champ de l'histoire n'ait été pleinement ouvert...

L'ouvrage de Danielle Tartakowsky s'inscrit dans la lignée des travaux réalisés sous la direction de Pierre Nora sur Les lieux de mémoire, tout en s'appuyant sur des bases méthodologiques souvent plus fermes que ses devanciers. L'auteur s'est en effet intéressé à l'anthropologie, dont elle a pris soin de maîtriser les principaux concepts, notamment ceux qui tiennent aux symboles et aux rituels; elle a également pris garde de s'appuyer sur une documentation abondante et diversifiée, ce qui lui permet d'aboutir, en fin de compte, à une étude à la fois riche et structurée.

Danielle Tartakowsky ne s'attarde guère sur les débuts du cimetière, créé en 1804 à l'initiative de Quatremère de Quincy. Elle concentre ses efforts sur la période qui va de la Commune, en 1871 (quand, entre ses tombes, moururent une centaines de fédérés sous les balles des "Versaillais") jusqu'à nos jours et s'intéresse particulièrement à l'usage que les édiles et les partis politiques firent du cimetière.

L'étude du système des concessions gratuites et du visa des épitaphes lui permet d'affirmer que, à l'heure où la majorité municipale de Paris était nettement plus à gauche que la Chambre, le Conseil fit du cimetière une sorte de Panthéon municipal, par opposition au véritable Panthéon, dans lequel le gouvernement envoyait les personnalités correspondant à sa sensibilité politique.

Jusqu'en 1908, lorsque Clemenceau, ancien communard alors au faîte du pouvoir, fit apposer une plaque sur le Mur des fédérés, aucun monument ne vint rappeler les morts de 1871. Toutefois, les socialistes revendiquaient alors l'héritage de la Commune beaucoup plus que les radicaux qui avaient essayé de les devancer: aussi, les hommes qui arboraient l'églantine au revers du veston continuèrent après 1908 à se rassembler au Père-Lachaise et ceci d'autant plus que leurs manifestations, à la différence des cortèges funéraires, étaient généralement interdites par le pouvoir.

La scission entre communistes et socialistes, après la première guerre mondiale, fit rebondir la question des honneurs à rendre aux fédérés. Après l'armistice de 1918, la France souhaita célébrer dignement le souvenir des morts de la grande guerre en leur élevant dans chaque commune un monument. Mais les communistes, qui s'étaient montré pacifistes dès avant la fin des combats et qui, pour certains d'entre eux, avaient participé aux mutineries de la mer noire, ne pouvaient guère s'associer aux élans d'une victoire qu'ils avaient peu encouragé. Aussi s'efforcèrent-ils, pour ne pas se désolidariser complètement de ce grand moment de communion de la France avec son histoire, d'acquérir, dès 1921, et contre la SFIO, héritière du parti socialiste, le monopole des défilés devant le Mur des fédérés, aussi paradoxal que cela pût paraître à tous ceux qui savaient que Marx avait violemment désapprouvé l'action des communards.

La mort de militants communistes en février 1934, lors des manifestations anti-fascistes qui suivirent le 6 février, puis, en août 1935, celle d'Henri Barbusse, célèbre écrivain combattant devenu communiste en 1923, permirent de jeter les bases d'une réelle nécropole communiste en face du Mur des fédérés. Des obsèques du dirigeant communiste Paul Vaillant-Couturier, décédé brutalement en 1937, à l'âge de quarante-cinq ans, au grandiose défilé qui accompagna les restes de Maurice Thorez, en 1964, l'alignement des tombes communistes se densifia considérablement. Alors que, pour reprendre les mots de Danielle Tartakowsky, "l'inscription du parti communiste dans le temps de l'histoire demeurait fantasmatique en février 1934", trente ans plus tard, à la suite notamment des sacrifices de la Résistance, elle était devenue bien réelle... au moment même où "les communistes se sentirent menacés par cet avatar nouveau de la Commune que 1968 prétendait incarner". Les prétentions historicisantes de Mai 68 ne durèrent - on s'en doute - que l'espace d'un instant, et dès lors, le Père-Lachaise amorça son déclin politique.

Il est difficile de résumer ici toutes les analyses de Danielle Tartakowsky, qui font autorité, même sur des points controversés de l'histoire du parti communiste. On ne saura donc que renvoyer le lecteur à cet ouvrage stimulant, et destiné à faire école.


Jean-Philippe Dumas
( Mis en ligne le 11/04/2000 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd