L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 20 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

Clair et rigoureux : brillant
Evelyne Prioux   Petits musées en vers - Epigramme et discours sur les collections antiques
Comité des travaux historiques et scientifiques - L'Art et l'Essai 2008 /  40 € - 262 ffr. / 415 pages
ISBN : 978-2-7355-0669-9
FORMAT : 16,5cm x 22cm

L’auteur du compte-rendu : Yannick Durbec, professeur agrégé de Lettres Classiques, Docteur ès Lettres, enseigne en Lettres Supérieures et a publié une édition des fragments poétiques de Callimaque aux Belles Lettres, ainsi que plusieurs articles dans des revues de philologie.
Imprimer

Cet ouvrage, issu de la refonte d’une partie de la thèse de doctorat d’E. Prioux, fait suite à une première monographie consacrée aux théories esthétiques et aux textes descriptifs du poète Posidippe de Pella, qui fut publiée en 2007 chez Peeters, dans la série des «Hellenistica Groningana». Ce premier livre fut justement salué par la critique spécialisée et il en sera sûrement de même pour le second.

E. P. étudie les collections d’épigrammes ecphrastiques et les collections artistiques, qui présentent des stratégies de lecture similaires. Les épigrammes, qui dérivent d’un genre pratiqué par les peintres et les bronziers, entretinrent en effet dès l’origine des rapports étroits avec la réception des œuvres d’art.

La première partie de cet essai est consacrée à trois ensembles artistiques accompagnés de poèmes inscrits, qui les commentent et posent la question du rôle du commanditaire, ou du collectionneur. La «Maison des épigrammes», qui doit son nom à la décoration du mur d’une exèdre située dans l’angle nord-est de son péristyle, présente un ensemble décoratif conçu comme une triple collection de peintures, de statues et d’épigrammes, dont E. P. fait apparaître la signification et la cohérence thématique. Les fresques – la lutte d’Eros et de Pan, les trois frères dédiant leurs filets à Pan, Homère et les pêcheurs, Automne, le bouc irrévérencieux – forment une pinacothèque miniature et illustrent les principaux sous-genres de la poésie épigrammatique hellénistique : les épitaphes fictives, les dédicaces et les poèmes érotiques. Le programme décoratif de la «Maison des épigrammes» apporte un nouvel éclairage sur la réception de l’épigramme grecque en Italie et sur l’importance de la Couronne de Méléagre dans la transmission de ce genre poétique. En effet, le cycle pictural et épigrammatique fait écho à la conception agonistique de la pratique éditoriale et poétique développée par Méléagre.

D’autre part, le livre des épideictica de l’épigrammate se fonde sur une articulation entre thématique amoureuse et pastorale, ce qui se retrouve dans le programme de l’exèdre. Il est possible d’effectuer une lecture métapoétique de ces fresques. Le sacrifice du bouc évoque le genre tragique, la victoire d’Eros sur Pan pourrait être une allusion au célèbre «omnia vincit amor» que Virgile place dans la bouche de Gallus, Buc. X, et ainsi signifier la poésie élégiaque, l’agôn d’Homère et des pêcheurs pourrait évoquer le renoncement à la poésie épique au profit du genre épigrammatique, puisque la devinette qui fut la cause de la mort d’Homère est exprimée dans une épigramme.

La maison dite de Properce, sise en partie sous l’église Santa Maria Maggiore d’Assise, comporte sur les deux murs du corridor 16 pinakes, dont dix sont accompagnés d’inscriptions. Cet ensemble est une célébration de la poésie et de l’art divinatoire, du vates donc et des deux dieux Apollon et Dionysos. Le commanditaire et le poète – qu’il faille ou non les confondre – faisaient montre d’un goût prononcé pour les jeux de mots et les allusions mythologiques. La seule autre attestation de l’enfance d’Iamos, par exemple, représentée sur le mur nord, se lit chez Pindare, Olympiques VI 29-57. Le visiteur était ainsi invité à rechercher d’autres allusions, à Théocrite, à Ovide et peut-être à Properce. La culture littéraire des spectateurs devait leur permettre de comprendre les rapprochements entre telle ou telle scène mythologique. Le chapitre III est consacré aux portraits sculptés de la villa d’Élien. Des deux troncs d’hermès découverts au XVIe siècle et représentant Homère et Ménandre, seul celui de Ménandre est conservé. Chaque hermès comportait un cycle de trois épigrammes. Les deux cycles se répondaient et assuraient la cohérence du programme iconographique. La série d’épigrammes que comportait l’hermès d’Homère peut être lue comme un hommage à Antipater de Sidon, qui lui-même avait célébré Léonidas de Tarente.

La seconde partie de cet ouvrage étudie la muséographie poétique. E. P. analyse dans le chapitre I six épigrammes de la poétesse Nossis, qui se présentent comme une collection d’ex-voto dédiés dans un temple d’Aphrodite. Ces poèmes influencèrent Théocrite, Idylle XV, et Hérondas IV, qui parodie le discours esthétique de Nossis. Le chapitre II est une contribution très importante à l’étude du poète hellénistique Posidippe, dont un papyrus a récemment révélé près de six cents vers. La première section de ce papyrus présente une dactyliothèque imaginaire qui se structure selon un programme destiné à célébrer les Ptolémées. En faisant allusion à Mandane, à Polycrate et à Darius, Posidippe esquisse en effet les principaux épisodes de l’histoire qui fit des Ptolémées les nouveaux pharaons successeurs d’Amasis. Les poèmes de la première section du papyrus de Milan illustrent la façon dont les Ptolémées ont su vaincre leurs ennemis. L’entreprise idéologique se double d’un projet épistémologique : établir une encyclopédie du savoir ptolémaïque et rassembler une série de références aux différents domaines de la science alexandrine. Ces poèmes s’offrent d’autre part à une lecture métapoétique, par l’intermédiaire d’une comparaison entre gemmes et poèmes.

E. P. montre de façon très convaincante que Posidippe prend parti dans la querelle poétique qui portait alors sur la possibilité d’allier le style majestueux à la précision du détail et à la finesse d’exécution. Il s’oppose à Callimaque en admirant et en pratiquant conjointement le style majestueux et le style subtil. La deuxième section du papyrus de Posidippe étudiée par E. P. concerne la description de statues de bronze. Posidippe illustre à travers ces épigrammes les idées exprimées dans les premiers traités de l’histoire de l’art, ceux de Xénocrate et de Douris, au moyen d’un choix d’œuvres qui lui permettent de comparer les sculptures anciennes et les modernes. Cette collection imaginaire célèbre l’excellence de Lysippe et les qualités de Miron et pose également la question de l’articulation entre le style auguste et la finesse : ces deux critères peuvent-ils coexister ?

Le troisième chapitre présente l’analyse des épigrammes 170 à 182 des Apophoreta de Martial, qui évoquent des lots tirés au sort lors des saturnales. Ce cycle est un éloge dédié à l’empereur. E. P. montre que la collection décrite par Martial obéit à un programme décoratif, qui vise à célébrer Domitien présenté comme le restaurateur de la politique augustéenne.

Une table des artistes cités et un glossaire complètent ce travail de recherche brillant, devenu un livre qui se recommande par sa clarté et sa rigueur.


Yannick Durbec
( Mis en ligne le 18/11/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd