L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 23 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

Une antiquité bien contemporaine
Claude Aziza   Guide de l'Antiquité imaginaire - Roman, cinéma, bande dessinée
Les Belles Lettres 2008 /  17 € - 111.35 ffr. / 299 pages
ISBN : 978-2-251-44354-6
FORMAT : 13,5cm x 21cm

L'auteur du compte rendu : Sébastien Dalmon, diplômé de l’I.E.P. de Toulouse, est titulaire d’une maîtrise en histoire ancienne et d’un DEA de Sciences des Religions (EPHE). Ancien élève de l’Institut Régional d’Administration de Bastia et ancien professeur d’histoire-géographie, il est actuellement conservateur à la Bibliothèque Interuniversitaire Cujas à Paris. Il est engagé dans un travail de thèse en histoire sur les cultes et représentations des Nymphes en Grèce ancienne.
Imprimer

Claude Aziza, maître de conférences honoraire de langue et littérature latines à l’Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris III), s’est spécialisé dans l’étude des fictions contemporaines sur l’Antiquité, s’intéressant par exemple aux films et à la bande dessinée autant qu’aux romans historiques. Il a ainsi par exemple édité des recueils sur Pompéi (Presses de la Cité, 1992), Carthage (Presses de la Cité, 1993), Jérusalem (Omnibus, 1994) ou encore la Crète minoenne (Omnibus, 1995), sans parler de ses nombreux articles dans la revue de vulgarisation L’Histoire.

Il nous offre aujourd’hui un guide de cette «Antiquité imaginaire», que l’on peut considérer comme une synthèse de ses recherches. Après avoir rappelé dans un prologue que l’Antiquité a inspiré les arts et les lettres au Moyen-Âge et à l’époque moderne, il propose successivement un panorama par genre – dans les trois premières parties consacrées au roman historique, au cinéma et à la bande dessinée –, puis une analyse plus thématique et chronologique – de la quatrième à la septième partie, s’intéressant successivement à la mythologie et aux lieux mythiques, à la Grèce et au monde grec, à la République romaine, puis à l’Empire.

La première partie s’ouvre sur le genre le plus ancien, celui du roman, qui se développe avec la vague romantique dès le début du XIXe siècle. Les Martyrs de Chateaubriand (1809) apparaissent ainsi comme la contrepartie fictionnelle de son essai sur Le Génie du christianisme (1802). Bulwer-Lytton ressuscite avec Les Derniers Jours de Pompéi (1834) l’ancienne cité ensevelie sous les cendres du Vésuve. Le grand Alexandre Dumas lui-même s’essaye au roman antique avec Acté (1839), tandis que le cardinal Wiseman écrit en 1854 Fabiola ou l’Eglise des catacombes. Deux ans plus tard, J.H. Newman, théologien anglican converti au catholicisme, livre sa propre fiction exaltant les martyrs avec Callista, bien avant le militantisme chrétien du Quo Vadis ? de Sienkiewicz, qui commence à être publié en feuilleton en Pologne à partir de mars 1895, ou du fameux Ben Hur de Wallace (1880), où le prince juif héros du roman, après s’être vengé de son ancien ami, le Romain Messala, finit par rencontrer l’amour et la révélation divine, assistant même à la Crucifixion. Théophile Gautier, avec son Roman de la momie (1857), dissuade Flaubert de s’inspirer de l’Egypte, et le conduit, avec Salammbô (1862), sur les traces de l’ancienne civilisation punique. Le père d’Emma Bovary s’intéresse aussi aux débuts du christianisme avec le dernier et le plus important des Trois Contes, Hérodias (1877). Au début du XXe siècle, Freud est marqué par la lecture d’une nouvelle de Jensen, Gradiva, fantaisie pompéienne (1903). D’autres récits montraient, avant la lettre, une manifestation troublante de l’inconscient, comme La Vénus d’Ille (1837) de Mérimée. Les mémoires fictifs de personnages de l’Antiquité donnent lieu à des romans majeurs : la trilogie Moi, Claude de Robert Graves (qui commence en 1934) et surtout les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar (1951).

La deuxième partie est consacrée au cinéma, un genre qui s’adresse dès l’origine à un large public populaire. Claude Aziza fait un sort au terme «péplum», souvent employé de manière péjorative. Il n’est apparu que vers les années 1960, en France, sous la plume de quelques cinéphiles, dont le futur réalisateur Bertrand Tavernier, par imitation de l’expression «film à costumes» désignant les films historiques. Claude Aziza préfère employer, quant à lui, l’expression de «film à l’antique». Le genre apparaît dès la naissance du cinéma, avec le très court (moins d’une minute) Néron essayant des poisons sur un esclave (G. Hatot, production Lumière, 1896). On sent dans ces premiers films toute l’influence de la peinture pompier alors fort en vogue. Le cinéma italien a ensuite exalté Rome, non sans arrière-pensées nationalistes. Sont également adaptés à l’écran les grands romans historiques du siècle précédent, des Derniers Jours de Pompéi à Quo Vadis ? en passant par Ben Hur ou Fabiola. L’Antiquité biblique n’est pas oubliée, mais triomphe surtout après la Seconde Guerre mondiale : en 1949, Cécil B. De Mille livre une quatrième version de Samson et Dalila, avant d’atteindre la consécration avec Les Dix Commandements (1956). H. King réalise David et Bethsabée en 1951, tandis que K. Vidor tourne en 1959 Salomon et la Reine de Saba. L’Antiquité judéo-chrétienne est aussi une source d’inspiration, à la fois pour F. Zeffirelli (Jésus de Nazareth, 1977) et P. P. Pasolini (L’Evangile selon Saint Matthieu, 1964), mais aussi dans les parodies des Monty Python (La Vie de Brian, 1979) et de M. Brooks (La Folle Histoire du Monde, 1981) ; elle provoque même la polémique avec La Dernière Tentation du Christ de M. Scorcese (1988). Le cinéma s’inspire également beaucoup de la mythologie gréco-romaine. Les Travaux d’Hercule de P. Francisci (1957) est le premier film à exalter le demi-dieu auquel S. Reeves prête ses traits. Les aventures d’Ulysse, Hélène ou Achille font également l’objet de films, sans parler des réalisations de P. P. Pasolini (Médée, Œdipe-Roi) ou de M. Cacoyannis (Iphigénie, Electre, Antigone, Les Troyennes). César et Cléopâtre apparaissent également comme les héros de nombreuses productions (notamment celles de Mankiewicz), de même que Spartacus (incarné par K. Douglas dans le film de S. Kubrick). On voit apparaître à partir des années 1970 une déferlante érotique, dont le Caligula de T. Brass (1977) donne le coup d’envoi. Le genre du film à l’antique ressuscite dans les années 2000 avec le succès du Gladiator de Ridley Scott (2000), puis Troie de W. Petersen (2004), Alexandre d’Oliver Stone (2005) ou 300 de Z. Snyder (tiré de la BD homonyme de F. Miller, 1993), sans parler des deux saisons de la série télévisée Rome (2006 et 2007).

La troisième partie traite de la bande dessinée, genre qui a vu le jour presque en même temps que le cinéma à la fin du XIXe siècle. Longtemps méprisée, elle peine à s’imposer comme art et comme outil pédagogique, et connaît surtout un grand développement après la Seconde Guerre mondiale. En 1948, Alix fait son apparition dans le journal Tintin ; onze ans plus tard, c’est le tour de son compatriote comique Astérix dans Pilote. Les Gaulois inspirent d’autres œuvres, comme la série Vae Victis, inaugurée en 1991. D’autres ennemis des Romains connaissent aussi une fortune dans l’univers de la BD, à l’instar du roi numide Jugurtha ou de Spartacus. L’Egypte est également une importante source d’inspiration (Papyrus, Les Héritiers du Soleil, Kéos...), de même que la Bible. La mythologie grecque n’est pas en reste, se prêtant même au comique animalier avec Socrate le demi-chien (Sfar et Blain, 2003 et 2004). Cependant, Claude Aziza oublie curieusement la belle série L’Âge de Bronze (Shanower ; 3 volumes parus depuis 2004), consacrée à la guerre de Troie, de même que les mangas japonais Les Chevaliers du Zodiaque. L’Antiquité romaine donne parfois lieu à des adaptations un peu lestes (Les Sorcières de Thessalie de Pichard en 1985, et La Métamorphose de Lucius de Manara en 1999, albums inspirés de L’Âne d’or d’Apulée, bien que le dernier reprenne de nombreux éléments iconographiques du Satyricon de Fellini) ; mais les éloges abondent sur la série Muréna qui a pour véritable héros l’empereur Néron.

Les quatrième, cinquième, sixième et septième parties de l’ouvrage ont une structure très différente des trois premières. Elles se présentent comme un répertoire des ressources fictionnelles aujourd’hui accessibles, classées par thèmes (De l’Atlantide à l’Olympe, d’Athènes à Alexandrie, de Romulus à Auguste, d’Auguste à Romulus Augustule). Chaque thème se présente de la même manière : sur la ou les pages de gauche, quatre rubriques listent les romans, les films et les bandes dessinées qui y sont associés ; une rubrique «L’essentiel» présente une courte bibliographie permettant d’aller plus loin sur le sujet. Sur la ou les pages de droite, un texte présente un des aspects du thème, un roman, un film ou une BD. La recherche de références dans le livre est facilitée par la présence de cinq index (personnages, îles et cités antiques, antiqua realia, démons et merveilles, films catastrophe).

Ce guide utile et original est l’un des rares ouvrages sur ce sujet, au confluent de l’histoire ancienne et de l’histoire culturelle contemporaine. Les études universitaires sur la référence antique dans ces fictions des XIXe, XXe ou XXIe siècles commencent néanmoins à se développer, y compris concernant des genres comme le manga ou le dessin animé.


Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 29/09/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd