L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 16 octobre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

Le paraître dit l'être
Lydie Bodiou   Florence Gherchanoc   Valérie Huet   Véronique Mehl    Collectif   Parures et artifices : le corps exposé dans l'Antiquité
L'Harmattan 2011 /  30 € - 196.5 ffr. / 304 pages
ISBN : 978-2-296-55464-1
FORMAT : 15,5cm x 23,9cm

L'auteur du compte rendu : Après des études d’histoire-géographie à l’Université du Littoral, Gaëlle Deschodt est ATER à l’université de Paris Est - Marne La Vallée où elle prépare une thèse sur le visible et l’invisible dans la cité grecque.
Imprimer

premire vue, un livre sur les parures coordonn par quatre femmes pourrait faire sourire. C'est pourtant un ouvrage scientifique trs document qui est donn lire. Il s'inscrit dans la ligne de recherches rcentes autour du corps et de la beaut, ouvertes par des contemporanistes comme Alain Corbin ou Georges Vigarello, mais peu dveloppes pour l'Antiquit de faon gnrale. Cet ouvrage est le rsultat d'un programme de recherche commun entre plusieurs laboratoires de Rennes 2 (LAHM-UMR 6566), de Paris 1-Paris 7 (Phacie) et de l'EHESS (Centre Gernet). La rencontre entre des recherches sur les corps antiques, les parfums et odeurs menes par Lydie Bodiou et Vronique Mehl et des recherches sur le vtement, la dnudation menes par Florence Gherchanoc et Valrie Huet a produit des rflexions autour des parures et des manires dont le corps est expos. L'objectif est de comprendre comment tout ce que l'on pose sur le corps (parure, bijoux, tatouages) agit sur la dfinition de l'identit des individus et sur leur place dans les socits anciennes. L'artifice est signifiant dans des cultures o le paraitre est important. Il s'agit alors d'une histoire du sensible, du paraitre, des perceptions. Ces problmatiques ont t abordes dans trois journes d'tudes, centres sur trois thmatiques, runies dans ce volume: les parures et la prparation des corps; les identits entre apparences et ambiguts; les parures et le kosmos, de l'harmonie au dsordre.

La premire partie regroupe six articles centrs sur la prparation des corps. Franois Lissarrague, avec ros en tte: femme, miroir et bijoux en Grce ancienne, montre que la parure du corps fminin et celle des objets fminins accordent un rle majeur ros. En effet, ros est un lment qui fait circuler la sduction et la beaut l'intrieur d'une scne, souvent au plus prs du visage d'une femme. Une srie de miroirs reproduit ce schma avec la prsence de cet tre ail en dcor autour du disque. ros, de mme que d'autres motifs, donne une connotation rotique au miroir. Il est galement un motif de boucles d'oreille, donnant par cette parure une aura rotique la femme qui les porte.

Florence Gherchanoc, avec Maquillage et identit: du visage au masque, de la dcence l'outrage, de la parure l'artifice, analyse l'usage du maquillage en Grce ancienne, qui doit se faire de faon mesure et harmonieuse pour rehausser ou parfaire la beaut pour sduire, sous peine de paratre laide ou grotesque. Le maquillage est un signe distinctif mineur face aux vtements et aux bijoux, mais son usage comme parure peut stigmatiser un comportement indcent, un outrage tout autant pour les femmes que pour les hommes, en particulier un comportement politique indigne. Annie Dubourdieu (Regards romains sur la parure des corps: maquillage, coiffure, bijoux, vtements, parfums), s'intresse la socit et ses codes travers la parure et ses usages, qui dfinissent une identit et une place dans la socit romaine. Pour les Romains, la parure est un moyen d'embellir et d'identifier les individus. Selon Cicron, les corps sont le rsultat d'une tension entre nature et culture, en particulier pour les corps d'hommes, produits d'une culture qui se donne les apparences de la nature. Le corps masculin ne doit pas tre par, contrairement au corps fminin ncessitant de nombreux prparatifs. L'excs de parure vient alors dfinir l'inverti, le gigolo, le parvenu. Les frontires entre masculin et fminin sont brouilles par cet excs. La parure permet d'identifier un individu dans un systme d'opposition. La loi Oppia au IIe s. a.C. limite le luxe des femmes, mettant en place une nouvelle opposition entre femmes naturelles et hommes pars. L'volution des normes de parures sert identifier les individus et reflte l'tat de la socit qui les fixe.

Lydie Bodiou et Vronique Mehl (Tel est cet objet de luxe, de tous le plus superflu. De l'envie l'excs, savoir se parfumer dans le monde grco-romain), abordent le parfum en Grce en montrant que l'apparence doit correspondre l'attente sociale. lment peru comme venant d'ailleurs, le parfum est associ au plaisir, la duperie et l'imposture. Il dit un mode de vie ostentatoire, des comportements outranciers. Il fait partie de lieux communs dans son association aux femmes, la sduction. Ce qui pose problme n'est pas tant l'usage de parfums, que leur mauvais usage: l'excs, le dtournement. Le parfum distingue celui ou celle qui le porte; se faire remarquer par son parfum, c'est se poser comme Autre. Il rvle des pratiques mal assimiles. L'abondance de parfum peut tourner au ridicule, mais peut galement tre un rvlateur de pouvoir et de richesse. Une volution est notable de l'artifice du plaisir maitris au plaisir affich vers l'poque hellnistique et impriale. Les artifices poss sur le corps font systme en un tout cohrent, harmonieux et inutile, crant une certaine distinction. Les critiques du paraitre qui se sont leves visent l'tre en une condamnation politique. La conformit est valorise, ainsi que l'attendu du naturel. Le mieux est de faire selon son sexe et selon les circonstances, comme si c'tait naturel.

Avec Parer les corps. Choix et usage des contenants (gobelets, flacons et autres) dans les stles funraires des provinces gallo-germaniques durant l'Empire, Nicolas Mathieu observe les contenants tenus sur des monuments funraires pour comprendre la signification de la reprsentation. Les hommes et les femmes peuvent tenir un gobelet, mais le flacon l'est plus par les femmes. Le corps est par des objets de la vie quotidienne les plus beaux (instrument de travail ou contenant) ou les plus ncessaires son bien tre, lui permettant de passer la vie au-del. David Lavergne (L'pilation fminine en Grce ancienne) explore la pilosit fminine sur les vases. Les scnes d'pilation ne concernent que l'pilation du sexe fminin, par arrachage ou grce une flamme. Quelques femmes prsentent des poils pubiens ; ce sont des femmes sur-rotises, dans un contexte extra-conjugal. Les codes adopts par les peintres ne sont pas forcment rvlateurs des pratiques courantes, mais rvlent des statuts diffrents: pilation des pouses, toison des jeunes filles et des femmes qui maitrisent leur sexualit.

La seconde partie aborde les identits. Vincent Azoulay et Violaine Sbillotte (Parures, genre et politique: le vtement comme oprateur dans les Persica de Ctsias) partent d'une srie d'quivalences entre rois orientaux et parure, artifice, fminisation et dcadence, pour montrer les logiques plurielles des jeux de vtements chez Ctsias. Avec Smiramis, le travestissement est momentan et positif, le vtement n'inverse pas le genre, il le dissimule. La construction de sa personne n'inverse pas les normes mais additionne les traits actifs et passifs qui la sparent de l'humanit commune: sa tenue symbolise sa trajectoire personnelle, elle est un marqueur de pouvoir. Pour Sardanapale, le lien entre travestissement en femme et dcadence politique n'est pas si simple. Le travestissement appartient un dispositif politique plus large d'exercice du pouvoir depuis le palais. La parure ne fminise qu'en apparence, elle participe d'une mise en scne du corps et signifie d'autres divisions que celles du sexe: celles de dominant/domin. La parure fminine porte par un roi est un signe visible de l'indignit exercer l'arch. La parure n'a pas de signification univoque, elle est associe la puissance et la domination et dpend du contexte.

Dominique Frre, dans Parures et protections du corps en Etrurie archaque, aborde le parfum comme phnomne de diffrenciation de l'lite trusque affichant ses croyances et ses valeurs. Le port d'un flacon affiche les valeurs des cits grecques que l'on partage. Les trusques ont emprunt aux Grecs les formes des vases parfum, et les ont intgres leur culture en une acculturation complexe propre leurs croyances. Patrice Faure (Parures, corps et identits militaires dans l'arme romaine impriales) traite de faon anthropologique le corps militaire romain. Les corps des soldats sont marqus, uss, vieillis, tmoins des conditions de service et de la vie militaire. L'altration du vtement est rvlatrice du dclassement social. Ce corps est utilis dans le dialogue avec la hirarchie: les cicatrices sont la mmoire du corps. L'absence d'uniforme ne signifie pas l'absence de parure reconnus comme les grades et les dcorations militaires. Le casque panache des centurions lgionnaires est un point de repre et impressionne. Les dcorations se donnent voir pour mmoire, mais aussi pour rattacher l'individu la communaut militaire.

Ltitia La Follette (Se parer en Vestale: un travail de funambule?) se penche sur les coiffures des vestales. Leur sophistication cre une image publique refltant leur statut de femmes puissantes au service de l'tat, lies la fertilit. Dans l'art imprial, leur image se rapproche de celle de Vnus Gnitrix, ou bien de statues grecques comme Junon Campana ou Fortuna. L'adoption d'un corps de desse cache leur vrai corps et les rattache au domaine de la fcondit faisant des Vestales les vierges et maries de Rome, pures et fcondes. Enfin, Stphanie Wyler (Le phallus sous le pplos: vtements et travestissements dionysiaques sur les images romaines) traite du vtement des mystes, nou la taille, qui les dsigne visuellement comme tel. Sous ce vtement, un postiche de phallus est plac sur les garons, qui est dvoil lors du dshabillage de l'enfant. Symboliquement, il signifie le passage du garon la virilit. Le costume est un marqueur de processus religieux en cours. Ces vtements sont des marqueurs de grades initiatiques et jouent sur le voilement et le dvoilement pour marquer les statuts et les identits, souvent de faon provisoire.

La troisime partie s'intresse l'ordre et au dsordre du kosmos. Luc Renaut (Mains peintes et menton brl黠: la parure tatoue des femmes thraces) montre les diffrents sens des tatouages chez les Thraces. Selon Hrodote, le tatouage a un sens noble chez les Thraces, l o les autres peuples le voient comme un chtiment. Les Grecs ont des difficults penser une culture valorisant les modifications corporelles dfinitives. Les femmes thraces vendues chez les Athniens comme esclaves tatoues proviennent de petites communauts soumises aux dprdations des lites guerrires. Des parallles anthropologiques voient dans les tatouages le parachvement du dveloppement physiologique de la jeune fille; la parure des femmes thraces a probablement le mme sens.

Michel Briand, avec De la parure l'harmonie du monde: esthtique et idologie du kosmos dans la posie mlique grecque archaque, remarque les rfrences constantes aux parures dans la posie mlique. Le kosmos est la parure, l'arrangement, donc l'ordre du monde. Dans la posie mlique, il correspond aux atours fminins, aux couronnes des vainqueurs, l'clat des armes, mais aussi au chant potique lui-mme, qui est un arrangement harmonieux. Kosmos a un sens individuel et moral et un sens collectif et politique, celui du bon gouvernement. Il est une mtaphore efficace de construction de la pense et du monde. La parure est un objet bon penser, pendant que la posie comme parure tablit les valeurs de la socit. Nikolina Kei (Poikila et kosmos floraux dans la cramique attique du vie et du Ve sicle) tablit comment les motifs floraux visualisent les notions de poikilia, bigarrure, de kosmos, parure, et de charis, grce. Les vtements pars de fleurs d'or indiquent un pouvoir de sduction. L'or et la fleur ont en effet en point commun l'clat et la beaut, procurant un plaisir visuel. Les fleurs sont des dtails qui rythment la perception des vases, apportant une lvation esthtique et smantique des objets. La bigarrure, la brillance donnent un effet de vie, propice la charis.

Adeline Grand-Clment (Du bon usage du vtement bariol en Grce ancienne) aborde la polysmie de la poikilia vestimentaire, entre le diapr et le bariol, le convenable et l'inconvenant. Les vtements chamarrs attirent l'il, tout comme les bijoux, les armes ; ils disent la valeur exceptionnelle de la personne. l'poque archaque, le tissu chamarr est un instrument de lien social et un signe de distinction, il peut verser dans l'univers de la sduction de l'habrosun, le luxe ostentatoire. Au Ve s., il devient un marqueur ethnique renvoyant au monde oriental, puis au barbare, l'ennemi, l'altrit, avec des rsonances politiques vers le despotisme, l'hybris. Ce tissu permet de penser l'assemblage d'lment htrogne, comme la cit fait lien entre ses membres. La cit se met rguler l'usage de l'habit bariol pour ne pas offenser les desses, pour identifier une catgorie (les htares portent des fleurs Athnes) ou pour souligner la charis de la canphore pendant les processions civiques. L'usage selon les nomoi de la parure est une garante de l'ordre social. Pour terminer, Franoise Frontisi-Ducroux, dans Les tissus malfiques, s'intresse aux tissus qui exposent des dangers effroyables dans les tragdies. La parure quapportent ces tissus agit sur la vue et suscite le dsir de la femme. Par l'homologie entre le corps et le vtement, l'usage de l'toffe de protection et parure est perverti. Le tissu malfique devient un instrument fminin de mort.

Cet ouvrage est intressant: la problmatique des parures permet de faire une histoire totale. Seul bmol: l'absence de conclusion, exercice difficile, qui relierait tous les apports de ces recherches, les manques, les flous et les perspectives. Deux thmatiques qui apparaissent de faon rcurrente en filigrane de nombreux articles sont la question du genre et des identits, qui permettraient peut-tre d'apporter un lment de conclusion ce livre aux thmatiques nouvelles et fcondes.


Gaëlle Deschodt
( Mis en ligne le 06/09/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd