L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 6 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

Dieux des poètes, des philosophes et des cités
Sophie Malick-Prunier   Stéphanie Wyler    Collectif   Dieux & hommes de l'antiquité - (VIIIe siècle avant J.-C. - Ve siècle siècle après J.-C.)
Les Belles Lettres 2011 /  19 € - 124.45 ffr. / 294 pages
ISBN : 978-2-251-44411-6
FORMAT : 13,5cm x 21cm

L'auteur du compte rendu : Sébastien Dalmon, diplômé de l’I.E.P. de Toulouse, est titulaire d’une maîtrise en histoire ancienne et d’un DEA de Sciences des Religions (EPHE). Ancien élève de l’Institut Régional d’Administration de Bastia et ancien professeur d’histoire-géographie, il est actuellement conservateur à la Bibliothèque Interuniversitaire Cujas à Paris. Il est engagé dans un travail de thèse en histoire sur les cultes et représentations des Nymphes en Grèce ancienne.
Imprimer

Sophie Malick-Prunier et Loïc Bertrand, professeurs de lettres classiques en classes préparatoires littéraires, se sont associés aux universitaires Stéphanie Wyler (Université de Provence) et Jean-Pierre de Giorgio (Clermont-Ferrand II) pour proposer aux éditions des Belles Lettres une réflexion conjointe sur les religions grecque et romaine, à partir d’une quarantaine de traductions de textes anciens, présentés et amplement commentés – beaucoup plus que dans la collection ''Signets'' du même éditeur. Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme du concours 2012 d’entrée aux Écoles normales supérieures.

Les religions grecque et romaine, avec leur ritualisme et leur absence de dogmes, sont bien éloignées de ce que l’on entend par «religion» dans nos sociétés contemporaines occidentales, encore très marquées par le monothéisme et ses religions révélées. Or, les religions polythéistes de l’Antiquité sont autant des religions du geste que de la parole, se caractérisant surtout par l’orthopraxie, c’est-à-dire l’observation scrupuleuse des rites. Mais l’Antiquité est aussi la période qui voit naître, se développer et triompher le christianisme, religion nouvelle qui sait s’inscrire dans les cadres de l’Empire romain pour s’institutionnaliser sur la longue durée.

Ce livre est bien sûr une réflexion sur les religions de la Grèce et de Rome, mais il se veut aussi une banque de données des textes fondamentaux – connus ou moins connus – sur le sujet, issus d’auteurs, de périodes et de genres variés – poésie, histoire, philosophie… Les traductions des textes anciens sont présentées de manière thématique, avec une étude préliminaire pour chaque sous-chapitre. Chaque texte est suivi d’un commentaire étoffé. Le plan adopté s’attache à tenir compte des catégories de pensée des Anciens, plutôt que de nos propres représentations contemporaines, afin d’éviter au maximum les risques d’ethnocentrisme ou d’interprétation anachronique. Le plan suit ainsi la «théologie tripartite» de Varron, qui écrivit à la fin de la République romaine, et qui fut responsable de l’organisation de la première bibliothèque publique de Rome voulue par César. Selon l’auteur des Antiquités divines, il existe en effet trois sortes de discours sur les dieux : les récits mythologiques, la philosophie et la religion civique. L’étude systématique des sources archéologiques et iconographiques a été ici abandonnée, même si celles-ci sont de premier ordre pour comprendre le polythéisme antique.

Le premier chapitre, «Les dieux des poètes», s’intéresse aux poèmes cosmogoniques et théogoniques, avec une place de choix pour l’œuvre d’Hésiode, même si l’on ne doit pas négliger d’autres théogonies, notamment dans les milieux orphiques. D’autres textes s’intéressent à l’organisation du panthéon, la répartition des compétences entre les différentes puissances divines ; en en trouve des exemples dans les Hymnes homériques. Puis viennent les textes concernant la représentation des dieux, et ceux sur leurs rapports avec les hommes. Le deuxième chapitre traite des «dieux des philosophes». Une place particulière est accordée en effet aux spéculations de ces derniers sur la nature des dieux et les dangers de l’anthropomorphisme. Les philosophes mettent aussi en avant les interprétations allégoriques, les étymologies et les épiclèses, de même que les versions évhéméristes et rationalisantes qui les éloignent des poètes. Certains en viennent même à créer leurs propres mythes (Platon, Épicure).

Le troisième et dernier chapitre a pour objet «Les dieux des cités». En effet, les religions ritualistes des Anciens Grecs et Romains sont également des religions civiques, impliquant l’ensemble de la communauté, et inscrites dans un territoire donné. L’analyse porte ici sur les rituels, notamment le sacrifice, l’organisation des cultes et les communautés cultuelles, sans négliger les cultes privés et d’autres pratiques aux marges de la religion civique, comme les cultes à mystères (mais ceux d’Eleusis sont complètement intégrés dans la religion civique athénienne), l’astrologie ou des sectes qui font parfois l’objet de répressions (les adeptes de Bacchus à Rome en 186 av. J.-C., les Chrétiens refusant le culte impérial).

On peut regretter l’absence des textes grecs ou latins en regard des traductions, qui permettent néanmoins de rendre ces extraits accessibles au plus grand nombre. Mais les commentaires peuvent s’intéresser au vocabulaire grec (en transcription) et latin. Une bibliographie sélective recense les études les plus récentes sur les religions antiques en général ou sur des points plus précis. Nul doute que cet ouvrage rendra service aux étudiants préparant les concours des Écoles normales supérieures, en leur donnant un accès direct à ces textes parfois très connus, mais parfois beaucoup moins.


Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 13/09/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Quand les dieux parlaient aux hommes
       de Catherine Salles
  • Sectes religieuses en Grèce et à Rome dans l'Antiquité païenne
       de Gérard Freyburger , Marie-Laure Freyburger-Galland , Jean-Christian Tautil
  • Religions de l'Antiquité
       de Yves Lehmann
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd