L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 20 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

En passant le Rubicon
Pierre Cosme   L’Année des quatre empereurs
Fayard 2012 /  20 € - 131 ffr. / 366 pages
ISBN : 978-2-213-65518-5
FORMAT : 15,3 cm × 23,5 cm

L'auteur du compte rendu : Gilles Ferragu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.
Imprimer

Avec Néron, qui se suicide en l’an 68 de notre ère, s’achève une dynastie – celle des Julio-Claudiens. L’empire fondé par Auguste vacille et le pouvoir est à prendre, mais sa conquête est une affaire complexe qui voit s’affronter divers prétendants, organisés en factions. Othon, Vitellius, Galba et Vespasien s’emparent tour à tour du pouvoir – ou du moins tentent-ils de le faire. C’est l’occasion, pour l’historien, après avoir retracé la chronologie de cette année tumultueuse, de saisir les mécanismes qui favorisent l’accès au trône : le rôle des légions - instance de légitimation et d’affirmation du pouvoir (au moins de candidature à la magistrature suprême), l’enjeu de la proclamation et de la reconnaissance, l’importance de l’information et de sa vitesse (et le fonctionnement de la vehiculatio, la poste impériale), la place des civils dans le conflit - au risque de «l’ensauvagement», la question des finances…

Mais dans un empire vaste, où chaque légion est en quelque sorte une république et où chaque territoire couve un désir d’autonomie qui ne demande qu’à rencontrer un chef pour l’incarner, l’établissement d’un pouvoir unique suppose non seulement la force mais également le consensus. Et, au cœur de la mêlée, Rome fait plus figure de chambre d’enregistrement pour des prétendants qui s’appuient d’abord sur la province dont ils ont la charge : le pouvoir se conquiert aux marges, et se trouve disputé par des élites et des factions locales (avec des armées plus ou moins «barbarisées») : il est au bout du pilum.

Spécialiste de l’histoire de l’armée romaine, biographe de l’empereur Auguste, Pierre Cosme, professeur à l’université de Rouen, retrace, avec aisance cette année déterminante, en partant du soulèvement organisé par le gouverneur des Gaules, Vindex, jusqu’au triomphe final de Vespasien. La naissance d’une nouvelle dynastie, après une guerre civile qui vit se succéder quatre empereurs, est un tournant dans l’histoire romaine : encore faut-il en saisir les rouages. Dans son récit d’une autre ''guerre civile'', César avait su mettre en lumière l’interaction entre stratégie et conquête de l’opinion : Pierre Cosme systématise les pratiques de la guerre civile à la romaine. En s’appuyant sur les sources antiques, ainsi que sur une vaste bibliographie – qui va au-delà de la période antique et sait emprunter à l’histoire contemporaine (les violences de guerre notamment), il livre une fresque dense et sait dénouer – en passant d’un individu à l’autre et d’un territoire à l’autre, le nœud des évènements imbriqués. Redonnant une cohérence à une année qui peut sembler chaotique, explorant les crises, éclairant les rapports de forces et les enjeux, il ajoute à la chronologie fine une réflexion sur la stratégie – militaire, politique, diplomatique – de la guerre civile dans l’antiquité romaine.

Tiré d’une thèse d’habilitation soutenue en 2009 à la Sorbonne, cet ouvrage, très dense, en a les qualités mais aussi les lourdeurs : si l’auteur procède avec méticulosité et prudence, il sait toutefois présenter efficacement les mécanismes et la dynamique de cette crise politique majeure. Aussi l’ouvrage peut-il intéresser un public large, féru d’histoire et que la problématique de la guerre civile et de la conquête du pouvoir intéresse. Le récit, chronologiquement fin, de cette année charnière, semble destiner l’ouvrage aux spécialistes de la période ; la réflexion générale, mais aussi les nombreuses digressions sur les divers aspects de la société romaine du 1er siècle, et notamment sur le rapport entre armée et pouvoir, ainsi que sur le poids manifeste de l’opinion publique, en font une lecture finalement accessible et de grande qualité.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 15/05/2012 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Auguste
       de Pierre Cosme
  • Empereurs et sénateurs. Une histoire politique de l’Empire romain
       de Yves Roman
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd