L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 20 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

Autant en emportent les microbes
Kyle Harper   Comment l'empire romain s'est effondré - Le climat, les maladies et la chute de Rome
La Découverte 2019 /  25 € - 163.75 ffr. / 542 pages
ISBN : 978-2-348-03714-6
FORMAT : 15,4 cm × 23,8 cm

Philippe Pignarre (Traducteur)

Benoît Rossignol (Préfacier)

Imprimer

Topos : l'Empire romain, submergé par les invasions de barbares chevelus et agressifs venus de l’Est, chute au Ve siècle, incapable de maintenir son modèle politique. Le monde bascule dans un nouvel âge sombre jusqu'à l'émergence de l'Empire carolingien... Cette histoire là a été racontée, étudiée, enseignée. Une histoire simpliste, à taille humaine, qui ne s'embarrasse pas de complexité structurelle ou de contexte global. Une Histoire que Kyle Harper, professeur d'histoire ancienne à l'Université d'Oklahoma, remet en perspective, à grands frais, avec un ouvrage aussi dense qu'enthousiasmant, une autre histoire de l'effondrement de l'Empire romain.

Dans le sillon des travaux de Jared Diamond, et notamment d'Effondrement, son ouvrage séminal, Kyle Harper reprend donc le long procès de la chute de Rome, par une question simple : comment un empire d’une ampleur telle, forgé en quelques siècles, peut-il vaciller à ce point ? Écartant les «siècles obscurs» de l’empire et les explications traditionnelles, l’auteur part en quête de nouvelles données, et de sources peu étudiées, pour faire la chronique de cette crise longue.

Le climat constitue un premier objet de réflexion : usant des travaux des climatologues, ainsi que des techniques actuelles pour élaborer l’histoire du climat, il en analyse les variations sur de longues périodes pour comprendre, d’emblée, ce que fut le climat des Romains, un climat instable, avec des vagues de froid, perturbé par des éruptions volcaniques, et qui pesa lourdement sur la vie agricole et la démographie. Mais le véritable assassin se cache ailleurs : les maladies infectieuses, microbes et épidémies furent les ennemis les plus acharnés de l’empire, bien plus efficaces que les peuples venus de l’Est.

Pour appréhender la réalité sanitaire de l’empire, et notamment de sa capitale, Kyle Harper nous emmène au coeur du cloaque romain, où cohabitent les hommes, les rongeurs, les parasites divers, les microbes, etc. Portée par le projet ambitieux de construire une cité sur un marais dominé par sept collines, l’histoire de l’urbs commence par une rencontre entre l’homme et le moustique, qui débouche sur le paludisme, tueur vicieux et récurrent. Mais d’autres épidémies, telle que la peste antonine (la variole) ou la peste authentique, sont également de la partie, avec des millions de victimes. Que valent, face à cela, les défaite militaires et leur milliers de victimes ?

Partant de l’histoire du climat et de l’histoire sanitaire de l’Empire, l’auteur pose la question du développement de l’empire, de ce qu’il appelle ses «jours heureux» dans un contexte climatique favorable. L’Empire se construit, connait une expansion manifeste, mais avec des problématiques propres à cette évolution : métaphore de l’empire, Rome augmente mais cette croissance s’accompagne de maux nouveaux, de défis de plus en plus complexes en terme de gestion d’un ensemble qui culmine à près d’un million d’habitants. L’approche est chronologique et Kyle Harper, en historien, déroule l’histoire impériale, tout en emmenant son lecteur de part et d’autres de l’empire, pour découvrir quelques-uns de ses plus grands ennemis, tel le bacille de la peste. Face à cela, la médecine, pourtant innovante, est démunie, à l’exemple de Galien de Pergame, grand médecin du IIe siècle, dont la carrière météorique jusqu’à la cour de Rome se heurte à la peste antonine, c’est-à-dire la variole.

Le charme de cet ouvrage singulier réside dans le constant va et vient entre l’histoire et la science dure, entre le quotidien des Romains, les annales de l’empire, et la biologie, la climatologie. Mobilisant diverses techniques qu’il détaille, l’auteur livre à la fois une histoire sociale de Rome, et une étude fouillée du contexte général, du climat, des infrastructures et des défis du quotidien de l’empire. On se promène à l’intérieur de cet empire immense, on profite de la pax romana, on découvre les enjeux, les défis de la gestion d’une telle entité... et l’on suit, de la même manière, les chemins de la peste.

Cet essai d’histoire globale, d’autant plus complexe qu’il s’agit d’une histoire ancienne, est donc très enthousiasmant, en ce qu’il propose de réfléchir autrement à un stéréotype usé comme la chute de l’empire romain. Un essai qui passionnera les amateurs d’histoire ancienne, et plus globalement, tous ceux que la notion d’écologie historique intéresse.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 01/04/2019 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Effondrement
       de Jared Diamond
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd