L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 23 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

Une mégalopole antique
La Ville de Rome sous le Haut-Empire. Nouvelles connaissances, nouvelles réflexions - Pallas. Revue d’études antiques, n° 55
 14 € - 91.7 ffr. / 327 pages
ISBN : 2-85816-590-4
Imprimer

En mai 2001 s’est tenu dans la capitale italienne un important colloque organisé par l’Ecole Française de Rome et la Société des professeurs d’histoire ancienne de l’Université. Consacré à la ville de Rome aux deux premiers siècles de notre ère, ce colloque a réuni, pendant quatre jours, les grands spécialistes de la cité antique, afin de mettre à jour les connaissances historiographiques et archéologiques sur l’Urbs. Ce sont les actes de cette manifestation que la revue Pallas publie aujourd’hui

Depuis une vingtaine d’années, l’Urbs jouit d’une historiographie très dynamique, enrichie par d’incessants renouvellements nés des études archéologiques, épigraphiques et numismatiques. La topographie romaine, son urbanisme, les politiques des différents césars, la vie sociale et économique enfin, s’en trouvent affinées. Les divers articles ici publiés présentent leurs conclusions sur ces aspects nombreux d’une ville dont on s’accorde à dire qu’elle abrita durant cette période entre 800 000 et 1,2 millions d’habitants. Mégalopole inégalée, Rome pose au chercheur de multiples questions quant à ses infrastructures politiques, économiques et sociales.

Parmi les grands spécialistes ayant contribué au colloque, citons Filippo Coarelli, auteur du fameux Guide archéologique de Rome, qui présente ici une étude sur les Saepta Iulia, édifice du Champ de Mars destiné au vote. Pierre Gros, auteur d’une somme archéologique non moins fameuse, explique quant à lui à quel point les grands édifices religieux et publics étaient aussi les sièges d’administrations dignes de nos bureaucraties modernes. Par-delà leur splendeur marmoréenne, ces bâtiments impériaux renfermaient très souvent des archives importantes, des tribunaux et des bureaux nécessaires au bon fonctionnement d’une cité de la taille de Rome. L’exemple le plus frappant en la matière est celui du Forum de Trajan.

La gestion d’une ville suppose également l’existence de corps militaires pour son contrôle, cohortes vigiles et urbaines créées sous Auguste et progressivement améliorées, conformément au pragmatisme romain, comme l’explique Robert Sablayrolles. La question épineuse de l’approvisionnement de la ville en blé, vin, huile et poisson notamment, est abordée par Antoinette Hesnard, dans la lignée des travaux de Catherine Virlouvet et André Tchernia. La Rome économique des horrea, des marchés, des ports et de l’artisanat est traitée de façon éclairante par Jean-Paul Morel, Fausto Zevi et Jean Andreau. Ces articles permettent de relativiser l’image fort répandue d’une ville omnivore et fainéante. Si Rome absorbe d’énormes quantités de produits venus de tout l’Empire, elle est aussi un centre économique dont il ne faut pas minimiser l’importance. Grand centre financier - quand on sait l’importance du crédit dans la société romaine de l’époque -, elle est aussi un centre manufacturier et agricole non négligeable (les jardins du Suburbium fournissent à la ville légumes, fruits et viandes).

Ces éclairages économiques et sociaux, passionnants, donnent à une ville souvent réduite aux temples, aux jeux et aux caprices impériaux la chair qui lui manquait. La Rome politique n’est pas oubliée pour autant et c’est le grand mérite des articles de Stéphane Benoist, Manuel Royo ou Gilles Sauron que de présenter les changements idéologiques et politiques qui, de l’époque tardo-républicaine au dernier Antonin, ont également marqué la ville dans son marbre. La transfiguration du Palatin en colline impériale, avec la fameuse Domus Augustana d’époque domitienne ou la symbolique très recherchée des décorations de l’autel de la paix auguste sont là pour le montrer.

Ce recueil d’articles mérite par conséquent une lecture attentive. Agrémenté de cartes, de croquis parlants et d’une impressionnante bibliographie pour chaque article, il aide à comprendre un peu mieux le fonctionnement d’une véritable mégalopole antique.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 14/05/2002 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Guide Archéologique de Rome
       de Filippo Coarelli
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd