L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 18 août 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

Naissance d'une civilisation mythique
Beatrix Midant-Reynes   Aux origines de l'Egypte - Du Néolithique à l'émergence de l'Etat
Fayard 2003 /  25 € - 163.75 ffr. / 441 pages
ISBN : 2-213-61570-5
FORMAT : 16 x 24 cm

Préface de Jean Guilaine et Nicolas Grimal

L'auteur du compte rendu : Laurent Bricault, docteur en égyptologie (Paris-Sorbonne), est l'auteur d'un Atlas de la diffusion des cultes isiaques (2001) et du Recueil des Inscriptions concernant les cultes isiaques (2003).

Imprimer

L’avènement des premières civilisations historiques du pourtour oriental de la Méditerranée avait, depuis de nombreuses décennies, été expliqué en termes de ruptures, d’interactions migratoires et d’impacts culturels extérieurs. Dans cet important ouvrage de synthèse, à bien des égards pionnier en son domaine, et d’une haute valeur scientifique, B. Midant-Reynes nous montre, de façon claire et précise, que dans le cas de l’Égypte, tel n’est pas le facteur explicatif essentiel. L’approche autochtoniste qui est ici privilégiée montre à quel point le substrat indigène a largement contribué à l’éclosion de l’État pharaonique.

À côté des civilisations néolithiques qui se développent au Proche-Orient vers 8000 av. J.-C., l’Égypte est en retard. Ce n’est qu’au début du Vème millénaire que progressivement, les populations de la vallée du Nil, du bassin du Nil devrions-nous dire, passent d’un système chasse-pêche-cueillette à un système de producteurs de céréales (blé, orge) et d’éleveurs d’animaux domestiqués (vaches, chèvres et cochons). L’Égypte qui se dessine apparaît alors en quelque sorte comme le réceptacle de deux zones de développements proches, le Moyen-Orient et l’Afrique orientale.

Initialement, cette évolution se repère en deux zones géo-culturelles distinctes : la Haute-Égypte et le Delta. Progressivement, le Sud prend le pas sur le Nord. La constitution précoce d’une élite en Haute-Égypte, autour de cités promises à un bel avenir – Nagada, Hiérakônpolis, Abydos - accélère le processus. Les puissants nagadiens attirent les meilleurs artisans, dont les productions renvoient une image valorisante de leurs commanditaires qui, sans doute, ajoutent bientôt le pouvoir politique à leur richesse économique. Vers 3300 av. J.-C., la compétition entre dynastes locaux semble s’exacerber, les luttes s’amplifier, pour aboutir à la mainmise d’un roi unique sur la vallée.

Cette naissance de l’État est au cœur du livre. Au travers de l’étude fouillée des nécropoles qui nous est ici proposée (on se souvient de l’excellent volume du même auteur Adaïma II. La nécropole prédynastique, Le Caire, FIFAO 47, 2002), on voit se constituer cette élite, selon un schéma de plus en plus pyramidal. Toutefois, plus que les cités de vivants comme de morts, c’est l’iconographie qui fournit à l’auteur, au terme d’analyses souvent d’une grande finesse, les meilleures informations. C’est l’un des apports essentiels de l’ouvrage.

Pour B. Midant-Reynes, et nous sommes infiniment tentés de la suivre, la royauté égyptienne se forge à la fois sur un socle économique fort (possession et mise en valeur des sols, gestion sociale de ceux-ci) et une idéologie qui est au moins aussi importante : du pharaon comme médiateur avec les divinités, comme foyer de l’unité et de l’âme du pays. Ordre et harmonie, il est le garant de la prospérité et de la perpétuité de l’Égypte.

Une abondante illustration (105 figures dans le texte), plusieurs tableaux synoptiques, une très riche bibliographie (p. 392-418) font de cet ouvrage la lecture de base pour qui souhaite comprendre comment, où et quand est née l’Égypte pharaonique. On regrettera seulement un index un peu court et sec, qui ne permet pas vraiment d’entrer par son intermédiaire dans ce volume passionnant et bien écrit.


Laurent Bricault
( Mis en ligne le 26/08/2003 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd