L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 8 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

L'Orient méditerranéen actualisé
Francis Prost    collectif   L'Orient méditerranéen - de la mort d'Alexandre aux campagnes de Pompée. Cités et royaumes à l'époque hellénistique
Presses universitaires de Rennes 2003 /  23 € - 150.65 ffr. / 414 pages
ISBN : 2-86847-840-9
FORMAT : 16x24 cm

L'auteur du compte-rendu : Laurent Bricault, docteur en égyptologie (Paris-Sorbonne), est l'auteur d'un Atlas de la diffusion des cultes isiaques (2001) et du Recueil des Inscriptions concernant les cultes isiaques (2003).
Imprimer

Ce beau volume est un nouvel exemple de l’activité inlassable de Francis Prost et des Presses Universitaires de Rennes, associées ici à celles du Mirail. On ne peut que les en remercier. Tenu en avril 2003, ce colloque voit ses actes paraître moins de quatre mois plus tard, performance d’autant plus remarquable qu’il y a peu à redire quant à l’édition des textes de ces 17 communications.

Comme le reconnaît Pierre Brûlé en introduction, la nouvelle question d’histoire ancienne proposée aux concours de recrutement des professeurs d’histoire-géographie de l’Éducation nationale n’est pas totalement étrangère à la tenue d’une telle rencontre. Tant mieux dirons-nous. On ne peut en effet que s’en réjouir, tant le monde hellénistique a bien du mal à trouver sa place dans l’historiographie française, sinon francophone, et ce depuis de - trop - nombreuses années.

Certes, on pourra reprocher au titre de ce volume de vouloir trop embrasser. Mais on se doit de reconnaître que l’étreinte n’est pas si désagréable. L’apport le plus précieux de cette collection d’études repose indéniablement sur le parti pris très stimulant des auteurs de poser de nouvelles questions, renversant parfois les perspectives et bouleversant des idées reçues – parfois depuis fort longtemps. Qu’il s’agisse du politique, de l’institutionnel, de l’économique, du culturel ou du religieux, on trouvera dans cet ouvrage matière à réflexions et à discussions nouvelles.

L’ouvrage s’articule en 7 parties relativement équilibrées. Ivana Savelli–Lestrade et Anne Bielman Sánchez s’intéressent dans une première partie aux décisionnaires royaux et au pouvoir des reines attalides et séleucides. Une deuxième partie regroupe, de façon peut-être un peu artificielle, trois contributions qui auraient pu trouver leur place ailleurs, celle de Marie-Thérèse Couilloud-Le Dinahet sur les rituels funéraires en Asie Mineure et en Syrie, de Pierre-Louis Gatier sur les évolutions culturelles au Proche-Orient syrien, celle enfin de Pierre Leriche se –et nous - posant la question un brin provocatrice de savoir s’il est possible d’étudier dans son ensemble la Syrie séleucide. Suivent trois études plus économiques dues à Raymond Descat, Alain Bresson et Christophe Chandezon respectivement sur l’économie royale, les intérêts rhodiens en Carie et les campagnes d’Asie Mineure occidentale. L’empire séleucide est au centre de la quatrième partie, dans laquelle Laurianne Sève-Martinez fait un point sur les apports récents de la recherche sur le sujet, tandis que John Ma évoque la place de l’Asie Mineure dans la politique d’Antiochos III. Les rapports entre religion et politique sont ensuite abordés par Marie-Françoise Baslez et Pierre Debord, qui s’interrogent, l’une sur la position des Juifs face à la culture grecque, l’autre sur le culte royal chez les Séleucides. La sixième partie propose trois fructueux et bienvenus essais de synthèse, celui de Claude Vial sur les concours, de Brigitte Le Guen sur le(s) théâtre(s), et de Roland Etienne sur la politique culturelle des Attalides. Enfin, Patrick Baker et Jean-Louis Ferrary complètent cet ensemble très dense par deux études sur la guerre et les rapports entre Rome et les monarchies hellénistiques.

Au sein de cet Orient hellénistique propice aux recherches les plus nouvelles et les plus stimulantes, on pourra cependant regretter la quasi absence du domaine lagide. Certes, les pages consacrées à l’Égypte dans la monographie de Claire Préaux sur Le monde hellénistique firent date, mais la recherche de ces trente dernières années fut féconde, et bien des données contenues dans cet ouvrage très prisé des étudiants demandent à être actualisées, sinon révisées. Cet oubli, sans doute réparé dans un avenir proche, ne saurait toutefois assombrir le plaisir que l’on a pu prendre à la lecture de ce volume, qui incite bien souvent à se poser de nouvelles questions sur ce que l’on croyait savoir. Ce n’est pas là le moindre de ses mérites.


Laurent Bricault
( Mis en ligne le 10/10/2003 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Histoire politique du monde hellénistique
       de Edouard Will
  • Alexandre le Grand
       de Georges Le Rider
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd