L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 20 janvier 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

La Grèce, des origines à Actium
Marie-Claire Amouretti   Françoise Ruzé   Le Monde grec antique - Des palais crétois à la conquête romaine
Hachette - HU Histoire 2003 /  25.40 € - 166.37 ffr. / 346 pages
ISBN : 2-01-145541-3
FORMAT : 17x24 cm

L'auteur du compte-rendu: Professeur certifié d’histoire-géographie, Alexandra Souty est titulaire d’une maîtrise en histoire de l’antiquité grecque sur «l’images du Thrace dans la Grèce archaïque et classique» (Paris IV).
Imprimer

Le classique manuel de Mesdames Amouretti et Ruzé vient de reparaître, amélioré et mis à jour. L’objectif de ce manuel est de dresser un panorama de l’histoire grecque depuis les premiers temps, c’est-à-dire l’arrivée des premiers Grecs, jusqu’à la bataille d’Actium en 31 avant J-C, qui marque la fin de l’Egypte lagide, dernier royaume hellénistique, et des rêves hellénistiques sur le monde méditerranéen. L’ouvrage suit un plan chronologique simple, respectant le découpage traditionnel de l’histoire grecque.

Il évoque d’abord les premiers temps de l’histoire grecque, puis les mondes égéen et mycénien. La période archaïque (VIIIe – VIe s.) voit la naissance de la polis et les débuts de l’expansion coloniale grecque vers l’Ouest de la Méditerranée d’abord puis vers la Mer noire et le nord de l’Afrique. La monnaie apparaît à ce moment, venue d’Asie mineure, peut-être pour payer la solde de mercenaires.
Cette période est aussi celle où se met en place l’univers religieux de la cité : les rites, mais aussi les premiers bâtiments cultuels en pierre. Dès le VIIe s., le plan classique (périptère avec naos et pronaos) est adopté. Les grands mythes sont en place ainsi que les dieux et leurs fonctions, et, progressivement, les cultes quotidiens ou civiques.

La période classique est au cœur de cet ouvrage. Cette période est celle de l’apogée de la Cité dont le modèle est Athènes. Sa prééminence s’explique d’abord par un régime politique original, la démocratie fondée sur l’isonomie des citoyens. L’autre élément fondamental qui explique la domination athénienne est sa victoire contre les Perses lors des Guerres médiques (490-480) avec les victoires de Marathon mais surtout de Salamine qui consacre le pouvoir du Démos. Athènes va ansi se mettre à la tête d’un véritable empire qui repose sur les capacités de sa flotte à défendre les cités membres de la ligue de Délos contre d’éventuelles attaques. C’est dans ce contexte que Périclès arrive au pouvoir, élu en continu de 443 à 431 à la stratégie. Athènes prend alors sa physionomie classique : édification des Longs-Murs qui relient la ville au Pirée, reconstruction de l’Acropole détruite par les Perses; le rayonnement culturel de la cité atteint son acmè. La guerre du Péloponnèse, dont le récit nous a été transmis par l’historien Thucydide, met fin à l’hégémonie athénienne. Elle oppose Athènes qui possède la supériorité sur mer, à Sparte qui a la supériorité sur terre grâce à ses hoplites. Dans le même temps, Athènes est ravagée par la peste qui emporte Périclès. Cette guerre met fin à la domination. Des confédérations de cités ou de tribus s’organisent. De nouveaux centres culturels se développent hors d’Athènes (Péloponnèse, Asie Mineure), ce qui n’empêche pas la cité d’Athéna d’accueillir quelques uns des plus brillants intellectuels (Praxitèle, Platon, Aristote).

L’ouvrage s’achève sur la période hellénistique. Profitant des dissensions entre les cités grecques et à l’intérieur de ces mêmes cités, le royaume macédonien fait irruption sur la scène politique. Philippe II, roi de Macédoine, annexe d’abord les régions du nord avant d’intervenir directement dans les affaires des cités de Grèce centrale. La mort de Philippe assassiné laisse la place à son jeune fils et successeur, Alexandre III, surnommé postérieurement Alexandre le Grand. Il part à la conquête du monde. En 323, lorsqu’il meurt à Babylone, les frontières de son empire touchent l’Himalaya. Il maintient en Orient les structures administratives existantes, se contentant de les contrôler par la présence d’un ou deux administrateurs grecs. Sa mort laisse son empire en proie aux divisions entre ses généraux, les Diadoques. La carte politique qui naît de ces conflits ne variera quasiment plus jusqu’à la conquête romaine.

Les capitales se transforment car le roi y est le seul mécène (Pergame, Alexandrie) : bâtiments monumentaux, plan hippodamien. C’est ce monde que Rome va conquérir petit à petit sans qu’aucune rupture ne se fasse dans l’expression culturelle hellénistique. La langue grecque (koinè) est le ferment de cette civilisation hellénistique. Elle fait partie de l’éducation que reçoivent les élites indigènes aussi bien que grecques. Des cultes nouveaux apparaissent qui viennent s’ajouter aux cultes civiques, faisant la part belle aux dieux étrangers (Isis, Sarapis, Cybèle). L’hellénisation va de pair avec une naissance des résistances nationales qui provoquent la fin des cités les plus éloignées et l’apparition de royaumes (royaume parthe) qui se défendent contre l’emprise romaine.

Les contenus scientifiques sont complétés par une chronologie assez détaillée, et des cartes thématiques ainsi qu’un index très précieux. Afin d’aider les étudiants, auxquels ce manuel est destiné en premier lieu, l’introduction comporte, outre une bibliographie de base comprenant tant les sources que les manuels, deux modèles destinés à leur présenter la méthode historique d’étude des documents (essentiellement des sources littéraires et archéologiques pour cette période). Des bibliographies, mises à jour, placées à la fin de chaque chapitre, permettront d’approfondir les différents sujets évoqués dans le chapitre.

La présentation de ce manuel en rend l’utilisation fort commode car en marge du cours proprement dit, on trouve tout à la fois, des définitions ou des biographies, des extraits des sources historiques (littéraires ou iconographiques) ou scientifiques de référence et des renvois aux cartes du manuel.


Alexandra Souty
( Mis en ligne le 24/11/2003 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Guerre et guerriers dans la Grèce antique
       de Pierre Ducrey
  • Les Femmes grecques à l’époque classique
       de Pierre Brulé
  • Le Récit en Grèce ancienne
       de Claude Calame
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd