L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 23 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

Rome, apogées et décadences
Marcel Le Glay   Rome - Tome 1, Grandeur et déclin de la République
Perrin - Tempus 2005 /  11 € - 72.05 ffr. / 514 pages
ISBN : 2-262-01897-9
FORMAT : 11x18 cm

Voir aussi : Marcel Le Glay, Rome. Tome 2. Grandeur et chute de l'Empire, Perrin (Tempus), juin 2005, 892p., 12 €, 11x18 cm, ISBN : 2-262-01898-7.

L’auteur du compte rendu : Christophe Badel, professeur d'histoire romaine à l'Université de Rennes II, est un spécialiste des structures politiques et sociales de la Rome impériale. Il a étudié le modèle social de la noblesse romaine dans La Noblesse de l'Empire romain. Les masques et la vertu (Champ Vallon, 2005). Il a aussi dirigé un recueil de documents, Sources d'histoire romaine, Ier siècle av. J.-C.-début du Ve siècle apr. J.-C. (Larousse, 1993), et rédigé plusieurs ouvrages liés au programme de l'agrégation et du CAPES (dont L'Empire romain au IIIe siècle après J.-C., Textes et documents, SEDES, 1998).

Imprimer

Ce livre résonne comme un testament intellectuel. Ancien professeur d'art romain à la Sorbonne, spécialiste de l'Afrique romaine, auteur d'une thèse classique sur le dieu Saturne en Afrique, M. Le Glay venait de terminer le deuxième tome de cet ouvrage lorsqu'il décéda prématurément en août 1992. Les éditions Perrin ont eu la bonne idée de rééditer cette somme, dont les deux parties étaient parues respectivement en 1990 et 1992, dans un format de poche. À l'origine, elle s'inscrivait dans le cadre d'une collection dont le fil rouge était constitué par le thème de la grandeur et de la décadence. Nulle mieux que Rome ne se prêtait à cette problématique et M. Le Glay entreprit donc de relire l'histoire romaine à la lumière de ce questionnement. L'ampleur temporelle et géographique de la civilisation romaine nécessita deux tomes, le premier consacré à la République, le second à l'Empire.

C'est dire qu'il ne s'agit pas d'une histoire romaine de plus. Le plan de l'ouvrage porte clairement la marque du problème qui lui imprime toute sa dynamique. Rapide sur les origines de la cité, le premier tome s'attarde au contraire sur l'impérialisme romain puisqu'il se situe à l'origine de sa grandeur. Il consacre de même une grande place à la crise de la République à partir de 133 (deux parties sur quatre) afin de comprendre et d'interpréter les phénomènes qui ont entraîné sa disparition. De la même façon, le deuxième tome, sur l'Empire, détaille la fondation du Principat par Auguste, qui jeta les bases de la grandeur du régime impérial. Le reste du Haut-Empire est au contraire abordé rapidement comme une simple annexe de l'oeuvre augustéenne. En revanche, la crise du IIIe siècle occupe le tiers de ce tome (une partie sur trois), parce qu'elle apparaît comme la plaque tournante de l'histoire impériale, propre à analyser les problèmes de l'Empire comme les solutions expérimentées par les souverains.

Une telle démarche amène M. Le Glay à passer en revue les grands débats historiographiques ponctuant l'histoire romaine. L'impérialisme romain fut-il délibéré ou le fruit d'un enchaînement de faits indépendants de la volonté de Rome ? Il semble qu'au départ les Romains n'avaient pas de projets conquérants et ne combattaient que pour défendre l'Italie, mais le tournant de 146 av. J.-C., marqué par les créations des provinces d'Achaïe (Grèce) et d'Afrique, inaugura une ère d'expansion consciente, voulue par les imperatores. Le Principat augustéen fut-il un véritable régime mixte, caractérisé par le maintien d'un héritage républicain, ou l'habillage habile d'une authentique monarchie ? Au rebours des conceptions actuelles, l'auteur tranche clairement pour l'interprétation monarchique, en raison du discours des auteurs romains eux-mêmes. Le monde romain connut-il une véritable crise au IIIe siècle ou les problèmes restèrent-ils limités et localisés ? Tout en reconnaissant que toutes les régions ne furent pas touchées de la même façon ni au même moment, l'ouvrage insiste assez sur la convergence de multiples "crises" pour donner l'impression d'une crise générale, là aussi en opposition avec l'interprétation dominante.

En définitive, comment interpréter la chute, ou plutôt les deux chutes, de Rome, puisque les régimes républicain et impérial connurent également l'échec final ? Depuis Montesquieu et Gibbon, au XVIIIe siècle, une telle question pose le problème de la décadence, concept dont la connotation moralisante répugne aux historiens modernes. De fait, M. Le Glay ne s'y rallie pas et démontre au contraire avec brio que les périodes de crise ne furent en rien des époques de décadence. À la fin de la République, la société romaine manifeste une telle vitalité, marquée par la mobilité sociale et la créativité artistique, que l'auteur parle sans détour de "Renaissance". À la fin de l'Antiquité, un dynamisme intact se manifeste par les réformes politiques de Dioclétien et Constantin ainsi que par l'avènement d'une nouvelle culture, christianisée mais aussi plus "démocratique". En fait, c'est ce dynamisme même qui était un facteur de crise puisque les structures politiques devaient s'adapter à de nouvelles conditions. C'est pourquoi les deux crises du monde romain débouchèrent, non sur la décadence, mais sur de nouveaux enfantements : l'Empire tout d'abord, la civilisation du Haut Moyen Âge ensuite.


Christophe Badel
( Mis en ligne le 17/09/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Religion, institutions et société de la Rome antique
       de John Scheid
  • Rome. Paysage urbain et idéologie,
       de Nathalie de Chaisemartin
  • Histoire de la civilisation romaine
       de Hervé Inglebert , Gilles Sauron , Pierre Gros
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd