L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 20 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

Un précieux hommage
 Collectif   Voyages en Antiquité - Mélanges offerts à Hélène Guiraud - Revue Pallas - 76/2008
Presses universitaires du Mirail 2008 /  25 € - 163.75 ffr. / 411 pages
ISBN : 978-2-85816-982-5
FORMAT : 16cm x 24cm

L’auteur du compte-rendu : Yannick Durbec, professeur agrégé de Lettres Classiques, Docteur ès Lettres, enseigne en Lettres Supérieures et a publié une édition des fragments poétiques de Callimaque aux Belles Lettres, ainsi que plusieurs articles dans des revues de philologie.
Imprimer

Ce volume de la Revue Pallas est un hommage rendu à Madame Hélène Guiraud, Professeur d’Histoire de l’Art à l’Université de Toulouse II-Le Mirail, à l’occasion de son départ en retraite. Les textes sont réunis par Pascale Jacquet-Rimassa. Ces mélanges sont constitués de trois dossiers. Le premier est consacré à l’iconographie, sujet de prédilection de Madame Guiraud. Le second rassemble des communications données à l’occasion d’une journée d’étude ouverte sur des périodes géographiques et temporelles autres que l’Antiquité classique, et intitulée «Femmes et genres dans les sociétés anciennes». Le troisième dossier se compose de varia. La grande diversité des sujets abordés rend impossible un compte-rendu détaillé et il ne saurait être question de prétendre exposer en quelques lignes la matière si riche de ce volume. Seuls les deux premiers dossiers, qui présentent une unité thématique, sont ici présentés.

La partie consacrée à l’iconographie comporte neuf contributions. G. Hoffmann montre que dans l’œuvre d’Euripide la sculpture est présentée comme un art du simulacre qui trouble la raison, tandis que la peinture, qui exprime le pathos de la fragilité du destin des humains, ouvre la voie à la lucidité et à la réflexion. E. Nadal analyse la rencontre d’Héraclès et de Poséidon reproduite sur des vases attiques à figures noires. Le dieu, qui se situe entre les domaines de la vie et de la mort, est un intermédiaire sur le chemin qui conduit Héraclès vers l’Olympe et permet un passage. H. Cassimatis examine les représentations d’Eros dans le corpus vasculaire italiote et ses transformations dans certains contextes culturels de la péninsule italienne. P. Jacquet-Rimassa étudie les scènes du jeu du kottabe dans un environnement non pas simplement symposiaque, mais également dionysiaque. Le kottabe devient en effet dans les peintures italiotes la marque d’une offrande dionysiaque.

S. Picaud présente quant à elle une tête de satyre dionysiaque conservée au Musée du Cinquantenaire à Bruxelles. Le propos de l’article d’Hélène Pierre est d’analyser et d’interpréter les «rituels d’excès» dans le cadre des Thesmophories. Le rite de l’aischrologia, la profération de paroles obscènes, en renversant temporairement l’ordre social, appelait la restauration de l’ordre établi de la cité. L. Latour montre comment à Auterive, dans la Basse Vallée de l’Ariège, des potiers gaulois reprirent les décors de poteries campaniennes importées. A. Dardenay pose la question des modèles iconographiques des intailles du Ier siècle av. J.-C., qui figurent la louve romaine. S. Talvas étudie une figurine de terre cuite en terre ocre représentant un couple et découverte sur le site de Grépiac.

Le dossier «Femmes et genres dans les sociétés anciennes» se compose de cinq articles. M.-H. Dias-Meirinho s’intéresse à la question de la construction de la représentation de la distinction des genres chez les préhistoriens. La préhistoire est une jeune discipline et les premières images furent construites en collaboration avec des artistes. L’auteur étudie donc les mécanismes de composition artistique qui ont présidé à l’élaboration des représentations des deux sexes. P. Boissinot s’interroge sur la nature des documents disponibles pour élaborer une image de la femme à partir de l’archéologie. La complexité des rites funéraires jointe à notre ignorance des codes précis selon lesquels furent portés les ornements découverts dans des tombes - notre principale source documentaire – rend très difficile la caractérisation de parures comme féminines et, au-delà, la tenue d’un discours plus général sur le rôle des femmes dans les sociétés examinées. S. Péré-Noguès étudie, en introduisant le concept de genre, certaines données provenant de fouilles anciennement réalisées dans la nécropole de Fusco à Syracuse. Dans cette contribution, elle examine des «marqueurs funéraires» de genre. A. Gorgues reconsidère pour sa part le rôle des femmes dans l’économie du nord-est de la péninsule ibérique à la fin de l’âge du bronze en s’interrogeant sur la structure du groupe domestique. S. Mano examine la maîtrise des pratiques de l’écrit par les femmes de l’Occident romain sous le Haut-Empire, un sujet peu abordé de l’Histoire des femmes dans l’Antiquité.

Ce volume soigneusement édité ne se signale donc pas seulement par la personnalité de l’universitaire à qui il est dédié, mais aussi par le profond intérêt de certains des articles qui le composent.


Yannick Durbec
( Mis en ligne le 26/08/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd