L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 2 mars 2021
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Moyen-Age  
 

Une réédition exemplaire
Saint Thomas d'Aquin   Jean-Pierre Torrell   La Prophétie - 2-2, Questions 171-178
Cerf - Somme théologique 2005 /  45 € - 294.75 ffr. / 403 pages
ISBN : 2-204-38903-X
FORMAT : 12,5cm x 19,5cm

L'auteur du compte rendu : Emmanuel Bain est agrégé d’histoire ; il est actuellement allocataire-moniteur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, où il prépare une thèse en histoire médiévale.
Imprimer

Nul n’était plus autorisé que Jean-Pierre Torrell à donner une réédition du traité sur la prophétie de Thomas d’Aquin. Il est non seulement un éminent spécialiste de l’Aquinate (son Initiation à saint Thomas d’Aquin fait désormais autorité pour la connaissance de la vie et de l’œuvre de Thomas, tandis que le Saint Thomas d’Aquin maître spirituel a ouvert de fécondes voies d’analyse), mais aussi le principal artisan des recherches sur la théologie de la prophétie au XIIIe siècle. La longue introduction qu’il ajoute (pp.1* à 133*) à la première édition de P. Synave et P. Benoit, fait bien de cette réédition une deuxième édition mise à jour : il complète la bibliographie, corrige ou enrichit la traduction et les notes.

Mais cette introduction a surtout pour objet de combler un manque de l’édition précédente en replaçant le traité sur la prophétie dans son contexte. J-P Torrell le resitue d’abord dans l’œuvre de Thomas d’Aquin, puis dans la Somme Théologique pour montrer d’une part qu’il est un aboutissement, d’autre part que sa position à la fin de la seconde section de la deuxième partie (IIaIIae) est prévue dès le début et significative. Il présente ensuite le traité question par question, en replaçant les propositions thomasiennes dans l’évolution intellectuelle du maître, et dans le contexte des réflexions juive, arabe, et scolastique sur la prophétie. Cette mise en perspective qui souligne bien les enjeux du texte, est complétée par une réflexion plus synthétique sur la conception de la prophétie et la théorie aristotélicienne de la connaissance.

En effet le texte de Thomas d’Aquin lui-même montre dès le départ que la prophétie doit être comprise dans un sens large comme une connaissance (p.13 : «tous les dons qui sont relatifs à la connaissance peuvent être compris sous le nom de prophétie») donnée surnaturellement, d’éléments alors cachés. Le plan des questions suit l’ordre suivant : l’essence de la prophétie, les causes de la prophétie, le mode de connaissance prophétique, les divisions de la prophétie, le ravissement, le don des langues, le charisme du discours et le don des miracles. Le lecteur particulièrement intéressé pourra, comme toujours dans cette collection, consulter le texte latin et les nombreuses et très riches «notes explicatives». Le lecteur moins directement intéressé pourra, comme dans les autres traités de la Somme Théologique, admirer la rigueur intellectuelle de la démarche scolastique qui part d’une question, recherche des objections dans des arguments d’autorité ou de raison, apporte une autorité contraire, conclut dans ce sens en faisant toutes les distinctions nécessaires, et répond ensuite à toutes les objections initialement émises.

Enfin, outre les notes explicatives, la première édition ici reprise contenait des «renseignements techniques» sous forme de longues «notes doctrinales thomistes» (pp.269-377) particulièrement intéressantes à plusieurs titres. Il s’agit d’une réflexion sur l’inspiration des Écritures, qui révèle d’abord, par l’étude des utilisations qui en ont été faites, l’intérêt de ce traité de Thomas d’Aquin pour approfondir ce sujet. Mais au-delà de cet aspect, cette étude constitue en elle-même une passionnante réflexion sur le statut du texte biblique, sur la signification de l’inspiration divine et le rôle des auteurs humains, et par conséquent sur le rôle de la critique historique, sur la possibilité et les méthodes de l’exégèse.

Il s’agit bien sûr pour les auteurs dominicains de défendre, à la lumière de schémas de pensée thomistes, l’idée que la voie catholique de l’exégèse, qui associe le magistère de l’Église – dans certaines limites – et un travail rationnel de critique historique, est le seul chemin d’accès à la vérité de la Bible. Mais que l’on suive ou non le raisonnement, il soulève dans tous les cas des questions fondamentales sur l’approche – catholique ou non – de tout «texte sacré» pris dans une tension entre le fait d’être supposé intemporel car venant directement de Dieu, et pourtant apparu dans une société donnée, dans un contexte littéraire précis, sous l’impulsion d’un ou plusieurs hommes. Ce problème, souvent posé aujourd’hui à propos de l’interprétation coranique, trouve ici une belle et stimulante formulation.


Emmanuel Bain
( Mis en ligne le 31/10/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L'Histoire de saint Thomas d'Aquin
       de Guillaume de Tocco
  • Somme théologique : Le Verbe incarné en ses mystères
       de Jean-Pierre Torrell , Saint Thomas d'Aquin
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd