L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 23 août 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Moyen-Age  
 

Chevalerie et violence symbolique
Dominique Barthélemy   Chevaliers et miracles - La violence et le sacré dans la société féodale
Armand Colin - Les enjeux de l'histoire 2004 /  24 € - 157.2 ffr. / 296 pages
ISBN : 2-200-26619-7
FORMAT : 16x24 cm

L'auteur du compte rendu : Eliza Zingesser est étudiante en deuxième cycle de littérature française à Smith College aux Etats-Unis.
Imprimer

La société féodale autour de l’an mil apparaît à nos yeux comme ayant été d’une telle violence que les liens sociaux en furent menacés. On aurait tendance à y distinguer deux pôles : celui des chevaliers, singulièrement irascibles, et celui de l’Eglise, force neutralisante et civilisatrice à l’égard de ces derniers. Dans son ouvrage destiné surtout aux spécialistes, Chevaliers et miracles: la violence et le sacré dans la société féodale, Dominique Barthélemy s’efforce de réexaminer ce point de vue, qu’il considère comme erroné, à travers l’étude de chroniques, de récits de vengeance divine et de chartes d’époque.

Dans une approche plus anthropologique, il propose de repenser la notion de guerre féodale, chère aux historiens modernes, en termes de faide chevaleresque, filtre qu’avait déjà suggéré Jacques Le Goff en 1974. Plus particulièrement, D. Barthélemy conclut que ces faides chevaleresques furent les plus nuisibles non pas à leurs participants mais aux plus faibles, les paysans qui subirent ce que Pierre Bourdieu appellerait une «violence symbolique». Notre perception bipolaire de la société féodale devrait donc être reconsidérée puisque les intérêts des chevaliers et des représentants de l’Eglise semblent parfois converger.

Pour mieux comprendre cette violence symbolique et tout ce qui ne peut être perçu qu’au plus près du premier degré des textes sources, D. Barthélemy prend une distance critique qui tente de cerner leur «construction» et leur «efficacité sociale». Il réussit par ailleurs à déconstruire son objet d’étude grâce à ce recul, ce qui, en contrepartie, relègue au second plan les textes que l’historien est censé mettre en lumière. L’apparition sporadique de courtes citations n’offre qu’une vision fragmentée de ces textes sources au lecteur qui ne les connaît pas déjà. A celui qui voudrait les découvrir – et il le faut bien pour tirer profit de cet ouvrage – sont destinées les références des traductions françaises (lorsqu’elles existent) précisées au début de chaque chapitre. Bien qu’elle puisse sembler aride aux non-spécialistes, l’analyse de D. Barthélemy nuance de façon subtile et convaincante la conception moderne de la société féodale. Pour apprécier à sa juste valeur cette intéressante étude, la lecture de deux autres de ses ouvrages, La mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu? (Fayard, 1997) et L’an mil et la paix de Dieu (Fayard, 1999), s’avère néanmoins indispensable.


Eliza Zingesser
( Mis en ligne le 07/04/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Saladin, le Sultan chevalier
       de Jean-Michel Mouton
  • La Société du haut Moyen Âge
       de Régine Le Jan
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd