L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 23 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Moyen-Age  
 

Panorama sur le Moyen Âge
Laure Verdon   Le Moyen Age
Belin 2003 /  21.50 € - 140.83 ffr. / 288 pages
ISBN : 2-7011-2803-X
FORMAT : 15x22 cm

L'auteur du compte rendu : Sophie Delmas, professeur d’histoire et géographie, est actuellement allocataire de recherche à Lyon 2 où elle prépare une thèse en histoire médiévale.
Imprimer

Après un douzaine de titres consacrés à des sujets très éclectiques, allant des mythes grecs à la science-fiction, la collection Sujets de chez Belin traite, dans ce nouveau volume, du Moyen Âge.

L’ouvrage de Laure Verdon se veut novateur en demandant dès l’introduction «le Moyen Âge existe-t-il ?», abordant ainsi la question de l’image négative qu’a longtemps eu à supporter cette période comme celle de sa diversité et de sa richesse. Cependant, il ne l’est guère : la remise en question de la «légende noire» du Moyen Âge a désormais plus de vingt-cinq ans, avec la parution en 1977 de l’ouvrage de Régine Pernoud, et la problématique générale de l’ouvrage plaidant pour «une originalité du Moyen Âge – ou plutôt des Moyen Âge-» (p.58) n’offre rien d’inédit. Sur ce point, le travail de Laure Verdon arrive donc trop tard. Mais peut-être faut-il faire son deuil de ces reproches lorsqu’on a entre les mains un ouvrage destiné aux étudiants et médiévistes en herbe.

L’intérêt principal de cette synthèse réside surtout dans ses deux premiers chapitres consacrés à l’historiographie. Les développements qu’ils contiennent ne se lisent que rarement dans ce type de manuel. Le premier décrit les différentes périodes qui ont vu se développer le concept de Moyen Âge entre les XIVe (et non XVIe) et XIXe siècles. Le second chapitre s’attarde sur le tournant épistémologique que constitue le XXe siècle : il insiste en particulier sur l’orientation donnée à l’histoire médiévale par Marc Bloch et les Annales, sur son ouverture vers les autres sciences, la géographie, l’économie et la sociologie. Les historiens de la seconde moitié du XXe siècle ont ainsi livré de nouvelles recherches sur des thèmes inexplorés, les mentalités, les marginaux, les femmes… Cet intéressant chapitre se termine cependant de façon surprenante : l’auteur présente trois oeuvres qui lui semblent caractéristiques de la façon dont l’image du Moyen Âge a été revue et corrigée à partir des recherches récentes. Outre l’ouvrage de Régine Pernoud, sont retenus Le Moyen Âge, une imposture de Jacques Heers et L’Idée de Moyen Âge. Entre sens commun et pratique historique de l’italien G. Sergi. Pourtant, ces ouvrages, hormis le premier d’entre eux, ne paraissent pas si représentatifs que le dit l’auteur ; ensuite, alors que le reste de son travail reste plutôt objectif et synthétique, Laure Verdon s’en prend avec véhémence à Jacques Heers dont les «postulats idéologiques nettement conservateurs sont gênants.» (p.57). Le lecteur est un peu surpris par ces a priori politiques, d’autant que, quelques pages auparavant, les accointances de Kantorowicz avec la révolution conservatrice allemande ne semblaient pas poser problème.

Les chapitres suivants constituent une bonne synthèse sur les composantes idéologiques, sociales et culturelles du Moyen Âge. Chaque chapitre s’articule autour des deux ou trois siècles qui correspondent à cinq grandes périodes : un monde ancien en mutations (IV-VIIIe s.) (chapitre 3), la naissance du Moyen Âge (les bouleversements du moment carolingien - chapitre 4), autour de l’An Mil (chapitre 5), le temps des mises en ordre (XII-XIIIe s. - chapitre 6) et le temps des remises en cause (XIV-XVe s. - chapitre 7). De nombreuses sources sont citées, rendant la lecture de l’ouvrage variée et agréable. Cependant, le style est parfois un peu lourd, haché, notamment en raison de la multiplication de parenthèses. On a l’impression que la taille de l’ouvrage, sans doute voulu par la collection, a conduit l’auteur à réduire son texte et qu’elle a essayé de fournir le maximum de noms, de dates par ce biais. Par ailleurs, le souci de synthèse mène parfois à des raccourcis et des erreurs grossières : ainsi, le médiéviste ne peut manquer de sursauter en lisant qu’ «en 1277, l’interdiction de l’enseignement des œuvres d’Aristote est renouvelé à Paris par l’évêque Etienne Tempier.» ! (p.185).

Le livre de Laure Verdon, surtout digne d’intérêt pour ses deux premiers chapitres consacrés à l’historiographie, se révèle finalement être un bon manuel dont la lecture est utilement guidée par une chronologie, des cartes, un lexique et une bibliographie en fin de volume. Cependant, quelques lourdeurs de style, quelques maladresses et approximations sont à déplorer.


Sophie Delmas
( Mis en ligne le 08/07/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Une histoire symbolique du Moyen Age occidental
       de Michel Pastoureau
  • Religion et mentalités au Moyen Age
       de Daniel Pichot , Sophie Cassagnes-Brouquet , Lionel Rousselot , collectif
  • La littérature française du Moyen Age
       de Jean Dufournet , Claude Lachet
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd