L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 1 avril 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Moyen-Age  
 

Une traduction du livre de l'évêque au XIIIe s.
Monique Goullet   Guy Lobrichon   Eric Palazzo   Le Pontifical de la Curie romaine au XIIIe siècle
Cerf - Sources liturgiques 2004 /  50 € - 327.5 ffr. / 408 pages
ISBN : 2-204-07332-6
FORMAT : 15x24 cm

L'auteur du compte rendu : Claire Angotti, enseigne l'histoire médiévale à l'Université de Paris IV - Paris Sorbonne en tant qu'attachée temporaire d'enseignement et de recherche. Chercheur associée à la Bibliothèque Nationale de France, elle achève une thèse d'histoire médiévale à l'École Pratique des Hautes Études (IVe section).
Imprimer

Monique Goullet, Guy Lobrichon et Eric Palazzo présentent, dans la collection "Sources liturgiques" aux éditions du Cerf, une traduction du Pontifical de la curie romaine au XIIIe s. Les auteurs se sont pliés, avec talent, aux ambitions de la collection : ils transmettent ainsi l'un des textes majeurs du patrimoine liturgique de l'Occident médiéval.
La traduction suit bien entendu les règles de l'édition scientifique : rigueur, respect du texte, identification des citations. Les choix, les difficultés posées par le texte et les principes d'édition sont clairement exposés et justifiés dans un chapitre bref et synthétique, intitulé "Remarques sur le texte latin et la traduction".

Les auteurs, dans leur introduction, soulignent combien ils sont tributaires des travaux de M. Andrieu qui, en 1938-1939, avait le premier présenté, analysé et édité les pontificaux des XIIe et XIIIe siècles (Le pontifical romain au Moyen Âge. 1. Le pontifical romain du XIIe siècle, 2. Le pontifical romain de la curie au XIIIe siècle, "Studi e Testi 86, 87", Cité du Vatican, 1938-1939). Respectant cette édition de qualité, ils ont simplement réintroduit, pour les traduire, les éléments, les formules, hérités du pontifical du XIIe s. que M. Andrieu, ayant aussi édité les pontificaux du XIIe s., n'avait pas jugé utile de reproduire. De cette manière, le principal livre liturgique utilisé par l'évêque au XIIIe s. se trouve traduit dans son intégralité : seules les pièces appartenant au répertoire liturgique collectif, tels les hymnes, les antiennes, les psaumes, n'ont pas été restituées in extenso. Les auteurs s'efforcent toutefois de renvoyer leur lecteur aux recueils et aux manuels dans lesquels il peut trouver ce complément. En cela d'ailleurs, ils ne font que se conformer aux usages liturgiques médiévaux puisque la plupart des manuscrits contenant un pontifical, du fait des contraintes de place, se contentaient de désigner ces éléments par leur incipit.

Pour cette traduction, les auteurs ont avant tout pensé aux historiens médiévistes. Cela met à leur portée un livre qui témoigne de la liturgie médiévale, domaine dans lequel la plupart des historiens sont très peu formés. Ainsi, on apprendra quel est le rituel de bénédiction des abbés et des abbesses, celui d'une vierge ou encore le rituel du vendredi saint. Cet ouvrage ouvre aussi, plus largement, sur des enjeux de l'histoire du christianisme : il s'adresse aux évêques et au premier d'entre eux, le pape. Ainsi, le pontifical du XIIIe s. est l'un des instruments privilégiés de la centralisation romaine et témoigne, dans le contenu même des rituels, de la mise en place de la monarchie pontificale : on relève, par exemple, la description du rituel pour la bénédiction et le couronnement de l'empereur, celle du rituel de l'ordination du pontife romain dans la basilique de saint Pierre apôtre. Indirectement, la liturgie romaine se donne donc aussi comme modèle à imiter.

Les traducteurs ont su trouver les termes exacts qui serrent au plus près les cérémonies et les paroles prononcées telles qu'elles sont données par les manuscrits ; le texte est alors en caratères italiques ; mais il fallait aussi mettre en valeur les indications, les commentaires, les justifications qui accompagnent la formulation du rituel, que les auteurs désignent, de manière tout à fait adroite, par le terme de "didascalies": ils donnent alors le texte en caractères romains. Ainsi, grâce aux disdacalies, sont explicités et justifiés les devoirs de l'évêque (chapitre XII) qui suivent le rituel pour l'appel, l'examen et la consécration de l'évêque élu : ces recommandations sont directement héritées du grand mouvement de reprise en main de la hiérarchie ecclésiastique par la papauté au cours du XIe s., que l'on a coutume de désigner sous le terme de "réforme grégorienne".

La traduction présentait des difficultés : le texte liturgique, héritier d'une très ancienne tradition, mêlant parfois les langues (grec "kyrie eleison", hébreu "amen, alleluia") a un caractère d'étrangeté – y compris pour l'auditeur médiéval – dans la mesure où l'on a affaire à une langue hiératique, sacrée, qui s'exprime souvent de manière certes poétique et expressive, mais au détriment de la communication. Le texte des didascalies, à l'opposé, se veut essentiellement efficace : il faut être aussi bref et précis que possible dans la description du rituel (gestes à exécuter, ton sur lequel il faut prononcer telle ou telle parole etc.). La traduction s'efforce de mettre en valeur ces différences.
Enfin, les auteurs se conformant à l'édition scientifique élaborée par M. Andrieu, tiennent compte de la diversité de la tradition du pontifical du XIIIe s. : il existe en effet une tradition brève et une tradition longue. Ils présentent alors la traduction sous forme de colonnes, ce qui permet au lecteur de saisir d'un coup d'œil les transformations et les modifications dont le texte a été l'objet ou les versions concurrentes, les variantes, circulant pour un même rituel.

Cette traduction est accompagnée de notes de bas de page qui, au fil du texte, permettent aux auteurs de restituer au pontifical sa dimension historique, d'éclairer certaines allusions, de justifier certaines expressions. Elle est précédée d'une brève introduction qui s'efforce de présenter les enjeux de cette traduction, le genre même du pontifical, la complexité et les difficultés posées par tout texte liturgique : seul regret, certains de ces aspects sont à peine effleurés. Ainsi, la question de la "performance" liturgique, de la langue liturgique en tant qu'elle se veut efficace, seulement évoquée, est un des points sur lesquels la recherche historique actuelle centre sa réflexion. Deux index concluent ce livre : l'un concernant les citations bibliques, l'autre indiquant les incipit latins des hymnes, oraisons, psaumes cités lors des cérémonies. On peut déplorer l'absence d'un index thématique qui aurait facilité une lecture ponctuelle de l'ouvrage.

Le travail remarquable de Monique Goullet, Guy Lobrichon et Eric Palazzo permet aux historiens de se familiariser avec une source rare, complexe, qui décrit et analyse les rites les plus essentiels du christianisme à un moment clé de la construction de l'Église occidentale organisée par les papes. Il met à jour des pratiques, des gestes, des rites et des symboles qui permettent de mieux saisir la société médiévale, s'offrent à l'anthropologie historique et conduisent à poser une nouvelle fois, à la suite de J. C. Schmitt (Dictionnaire raisonné de l'Occident médiéval) la question suivante : quelle est, dans cette société, la fonction des rituels ?


Claire Angotti
( Mis en ligne le 12/10/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd