L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 5 décembre 2022
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Moyen-Age  
 

Mieux comprendre la Somme théologique de Thomas d'Aquin
Jean-Pierre Torrell   Saint Thomas d'Aquin   Somme théologique : Le Verbe incarné en ses mystères - Tome 2, La vie du Christ en ce monde
Cerf 2004 /  39 € - 255.45 ffr. / 376 pages
ISBN : 2-204-07406-3
FORMAT : 13x20 cm

L'auteur du compte rendu : Claire Angotti, enseigne l'histoire médiévale à l'Université de Paris IV - Paris Sorbonne en tant qu'attachée temporaire d'enseignement et de recherche. Chercheur associée à la Bibliothèque Nationale de France, elle achève une thèse d'histoire médiévale à l'École Pratique des Hautes Études (IVe section).
Imprimer

La fameuse collection de la Revue des jeunes fait, depuis quelques années, peau neuve. Lancée dans les années 1920, elle avait pour but de promouvoir l'étude de la pensée de Thomas d'Aquin auprès d'un public plus large, notamment étudiant. Les éditions du Cerf ont repris cette entreprise et proposet, dans un format légèrement plus grand, groupée par thèmes, l'intégralité de l'œuvre essentielle du plus grand théologien du Moyen Âge occidental, la Somme théologique. L'entreprise n'est pas encore menée à son terme.

Thomas d'Aquin avait strictement construit son œuvre selon les principes scolastiques : appartenant à la tertia pars, ces passages de la Somme théologique abordent la question des grands moments de l'existence du Christ, depuis avant sa naissance jusqu'à sa glorification et son retour dans la gloire. Plusieurs tomes sont donc prévus pour aborder l'ensemble de ce thème : deux sont déjà parus (Jésus avant sa naissance pour le premier ; naissance du Christ jusqu'à son baptême pour le deuxième), le quatrième est à venir (retour du Christ dans la gloire). Le troisième tome s'intitule "la vie du Christ en ce monde". Thomas aborde tous les épisodes marquants de la vie du Christ et les classe en fonction de différents thèmes. D'abord la vie du Christ parmi les hommes (question 40), puis la tentation du Christ (question 41), son enseignement (question 42), enfin ses miracles (questions 43-45).

Le maître d'œuvre de cette traduction est J. P. Torrell, l’un des plus éminents spécialistes de Thomas d'Aquin. Est-ce à dire que nous n'avons affaire là qu'à une traduction ? Les objectifs de la Revue des Jeunes dans les années 1920 étaient non seulement de fournir le texte latin sur la même page que la traduction mais aussi de fournir des appendices qui permettaient d'expliquer le texte même de la Somme théologique et d'éclairer la pensée de Thomas. La nouvelle édition respecte les ambitions de son illustre ancêtre, et les dépasse même.

La traduction de la Somme est tout particulièrement soignée : les principes mis en œuvre par le traducteur ne sont pas exposés dans ce volume. J. P. Torrell rappelle qu'il suit les règles qu'il a exposées dans le premier tome du Verbe incarné en ses mystères. Chaque page est divisée en deux parties : en haut, la traduction française, en bas le texte latin. Les lecteurs peuvent de cette manière avoir facilement accès au texte original de la Somme.
J. P. Torrell s'efforce de mettre à portée du lecteur les méthodes et les raisonnements en usage chez les scolastiques. Chaque citation est bien sûr identifiée et, au besoin, corrigée ou précisée. Le traducteur justifie et motive tous ses choix : ainsi, l'expression doctrina Christi est traduite comme "enseignement du Christ" pour que le lecteur comprenne qu'il s'agit là pour Thomas d'analyser l'acte du maître – le Christ - qui enseigne à ses disciples.

Outre la traduction, la nouvelle mouture de la Revue des Jeunes respecte le principe des appendices qui permettent au lecteur d'approfondir sa compréhension de la pensée complexe de Thomas. Ils sont divisés en trois sous parties. La première, intitulée "notes explicatives", est constituée de notes, allant de quelques lignes à deux pages, suivant de près le texte traduit. Leur contenu est très variable : il peut s'agir de la justification de la traduction, mais, plus fréquemment, d'un commentaire ligne à ligne ou du moins paragraphe par paragraphe d'un article, d'une question ou d'une solution développés par Thomas. Lors de ce commentaire littéral, J. P. Torrell explicite, parfois longuement, ses propos, établit des parallèles avec d'autres chapitres de la Somme, fait un point historiographique sur la façon dont ses commentateurs ont compris la pensée du célèbre maître dominicain et renvoie à des études ponctuelles sur le thème abordé par Thomas.

Le deuxième appendice, intitulé "renseignements techniques", approfondit certains des aspects de la pensée du théologien. J. P. Torrell a choisi d'en mettre trois en valeur : d'abord, il insiste sur l'importance qu'il y a, pour Thomas, à "transmettre aux autres les vérités contemplées", en conformité avec les idéaux du fondateur de son ordre, quant à la supériorité d'une vie religieuse qui a pour but d'enseigner et de prêcher sur le modèle apostolique. L'intérêt de la pensée de Thomas est qu'il fonde cet idéal sur l'exemple du Christ et qu'il en exploite tous les aspects s'interrogeant sur la définition de l'activité de contemplation. De fait, elle reste, pour Thomas, "une activité à hauteur d'homme" (p.257), qui peut donc faire l'objet d'une transmission. Il n'est pas question ici de la contemplation telle qu'elle est pratiquée par les mystiques. De fait, la contemplation devient source de l'activité du prédicateur ou du maître en théologie. Cette doctrine, dont J. P. Torrell montre combien elle était révolutionnaire au XIIIe s., a rencontré de fortes oppositions, notamment dans le milieu des maîtres séculiers de l'Université : Thomas, en effet, soulignait ainsi le bien-fondé de l'ordre dominicain qui substituait au travail manuel des ordres traditionnels, l'étude et la formation intellectuelle.

J. P. Torrell aborde dans un deuxième temps la question de la réalité des tentations de Jésus à laquelle Thomas se confronte. Il s'agit là d'un enjeu théologique majeur : la plupart des Pères de l'Église, dont Thomas manie la pensée avec brio, insistaient sur la réalité physique de ces tentations. Le théologien dominicain dépasse cette question et est conduit à s'interroger sur la nature et le contenu des tentations auxquelles était soumis le Christ. Pour Thomas, il s'agit de comprendre comment le Christ qui n'avait en lui aucun foyer de péché, dont la vie sensible restait toujours sous le contrôle de la raison, pouvait être soumis à la tentation. J. P. Torrell, exploitant de manière complète les éléments de réflexion de Thomas, rejoint certaines problématiques des théologiens contemporains : il insiste alors sur la tentation liée à la découverte progressive de la nature de sa mission.

Enfin, l'auteur s'attache à proposer des "éléments pour une théologie du miracle". Il rappelle que Thomas insère la question du miracle dans une problématique plus large, celle de la normalité de l'action divine, et est alors conduit à définir précisément le miracle notamment en soulignant sa subordination fondamentale à l'univers de la grâce. Ce point a été largement étudié et approfondi par les thomistes dont J. P. Torrell analyse avec clarté le vocabulaire parfois extrêmement technique. On relève toutefois un affinement de la doctrine du miracle chez Thomas, visible dans son effort de classement et de hiérarchisation typique de la pensée scolastique. J. P. Torrell cite alors différents textes du théologien (commentaires bibliques, questions disputées), qui illustrent l'évolution et la volonté de précision maximale de sa réflexion. Le miracle de l'Incarnation du Verbe est considéré par Thomas comme étant le "miracle des miracles" : il est toutefois conduit à s'interroger sur Celui ou ceux susceptibles d'accomplir des miracles. Tout en admettant que l'homme peut parfois participer au pouvoir de faire des miracles, il insiste sur le fait que seul Dieu peut les accomplir ; le Christ étant, quant à lui, habité en permanence par cette vertu divine. Enfin, Thomas s'interroge sur le rôle du miracle qui peut amener une personne à la foi. J. P. Torrell insiste sur l'actualité de cette réflexion dans la mesure où la question du miracle rejoint la problématique du rapport de la raison et de la foi.

Chacun des trois thèmes est accompagné d'une bibliographie très précise où figurent les noms des plus importants thomistes (anciens et actuels) répondant aux aspects théologiques et historiques de la pensée de Thomas analysée par J. P. Torrell.

Le troisième appendice est constitué de textes choisis qui complètent les passages de la Somme et qui éclairent certains éléments du deuxième appendice. On peut regretter qu'il ne s'agisse là que de traductions sans texte latin. L'ouvrage s'achève sur une bibliographie succincte donnant les titres des textes cités, les ouvrages généraux sur Thomas d'Aquin et diverses études. Quatre tables complètent ce court mais dense ouvrage : une table analytique donnant les principaux thèmes abordés par Thomas, une table des auteurs cités dans le texte de la Somme puis dans les appendices I et II, et la table des matières

J. P. Torrell fait la démonstration, une nouvelle fois, de sa profonde connaissance de la pensée de Thomas dont il parvient à souligner l'originalité et le caractère unique en théologie. Il insiste, dans cet ouvrage, sur la réflexion christologique, moins connue et moins étudiée, de s. Thomas. Il s'agit là d'une véritable et remarquable initiation théologique, en pleine conformité avec les ambitions de l'auteur de la Somme de théologie, et, plus précisément, d'une initiation à la théologie spirituelle. On pourra la poursuivre et l'enrichir en consultant le second des deux volumes de J. P. Torrell consacrés à Thomas d'Aquin et intitulé Saint Thomas d'Aquin, maître spirituel, réédité, revu et augmenté en 2002 aux éditions du Cerf.


Claire Angotti
( Mis en ligne le 01/12/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd