L'actualité du livre Mercredi 19 juin 2024
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Moderne  
 

A la découverte des trésors cachés
Yves-Marie Bercé   A la découverte des trésors cachés - Du XVIe siècle à nos jours
Perrin - Collection Pour l’Histoire 2004 /  22 € - 144.1 ffr. / 316 pages
ISBN : 2262021953
FORMAT : 14x23 cm

L'auteur du compte rendu : Archiviste-paléographe, docteur de l'université de Paris-I-Sorbonne, Thierry Sarmant est conservateur en chef du patrimoine au Service historique de l'armée de Terre. Il prépare, sous la direction du professeur Daniel Roche, une habilitation à diriger des recherches consacrée à "Louis XIV et ses ministres, 1661-1715". Il a publié une vingtaine d'articles sur l'histoire politique et culturelle de la France moderne et contemporaine et six ouvrages dont Les Demeures du Soleil : Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du roi (2003)et La Roumanie dans la Grande Guerre et l'effondrement de l'armée russe (1999).
Imprimer

Yves-Marie Bercé a formé une audacieuse entreprise : faire l’histoire d’un fantasme. La quête des trésors cachés est un des plus universellement partagés, essaimé qu’il est dans les religions anciennes et modernes, dans les mythes populaires ou savants, dans la littérature comme dans les arcanes de la doctrine juridique.

Dans le patrimoine mental de l’humanité, le trésor revêt de multiples avatars, des plus grandioses aux plus prosaïques. Ce peut être l’or fabuleux caché au fond des abysses ou dans les entrailles de la terre, gardé par les monstres marins, les démons de l’enfer, les nains ou les elfes. Ce peut être aussi le mobilier historique qui accompagne dans l’au-delà les grands de ce monde : trésors des pharaons, trésors des empereurs romains, trésors des rois barbares. Ce peut être également une simple bourse de piécettes cachée sous un plancher ou derrière une plaque de cheminée. Ce peut être enfin l’enfant naturel de la fortune : épaves échouées sur la grève, gains des loteries ou des jeux télévisés, dont l’obtention soudaine s’apparente à la découverte fortuite d’un objet affleurant du sol.

Hélas, la découverte effective des trésors est beaucoup plus rare que leur mention dans la tradition ou la littérature. Cela n’empêche pas la collectivité, comme le montre malicieusement l’auteur, de secréter une morale des trésors. Leur «invention», fruit du hasard, peut être interprétée aussi bien comme une marque d’élection surnaturelle que comme une malédiction : d’une manière ou d’une autre, le diable ou le bon Dieu s’en mêlent. L’enrichissement soudain d’un pauvre, remise en cause des hiérarchies sociales, ne peut manquer de causer sa perte. C’est un thème récurrent depuis l’Antiquité jusqu’à La Perle de John Steinbeck.

Le découvreur – «l’inventeur» suivant le vocabulaire juridique – est donc souvent menacé dans la possession de sa découverte. Des pressions s’exercent en faveur d’un partage de la manne, avec la communauté, avec les pauvres, avec Dieu… et surtout avec l’État. Yves-Marie Bercé met en évidence une tendance propre à l’Europe moderne, qui consiste à faire prévaloir les droits du roi sur ceux de l’inventeur ou du propriétaire du fonds. Dans l’esprit des légistes français ou anglais, il s’agit d’affirmer la souveraineté du prince sur le territoire de son royaume et le caractère divin de son pouvoir. Poussée à l’extrême, cette doctrine ferait du monarque le propriétaire éminent de tous les biens de ses sujets… Les rédacteurs du Code civil ont bien senti le danger, qui, éliminant l’État, ont prévu le partage du trésor par moitié entre l’inventeur et le propriétaire des lieux (article 716, aux dispositions générales du Livre III, «Des différentes manières dont on acquiert la propriété»). Au XXe siècle, la balance penche de nouveau en faveur de la puissance publique, avec les lois qui réglementent les fouilles archéologiques.

La leçon de ce livre est que l’État et ses serviteurs se méfient du hasard, où ils soupçonnent volontiers fraude, malice ou désordre. Sous des prétextes et des habillages divers, ils cherchent donc à l’abolir ou à le confisquer. Mais tandis que l’État travaille à remplir toute la sphère sociale, l’imagination ne cesse de s’en échapper, inépuisable comme ces trésors cachés dont elle fait ses délices depuis l’aube des siècles.


Thierry Sarmant
( Mis en ligne le 01/10/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Trésors engloutis
       de Franck Goddio
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd