L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 20 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Moderne  
 
Les Daliès de Montauban
Dossier LE SOLEIL ET SES RAYONS
Dossier LE SOLEIL ET SES RAYONS
Le Chancelier Séguier (1588-1672)
La Santé de Louis XIV
Louis XIV
Les Oisivetés de Monsieur Vauban
Fontenelle et l'invention de l'histoire des sciences à l'aube des Lumières
Politique, guerre et fortification au Grand Siècle
Monsieur de Saint-Simon
Louis XIV
Vauban
Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV
Vauban
Sauver le Grand Siècle ?
L'Intendance de Lorraine et Barrois à la fin du XVIIe siècle
Richelieu
La Maison médicale du Roi - XVIe-XVIIIe siècles
Le Versailles de Louis XIV
Le Roi, la cour et Versailles
Le Versailles de Louis XIV - Un palais pour la sculpture
André Le Nôtre
Louis XIV - Homme et roi
Le Roi-Soleil et Dieu
Alexandre Bontemps
Chamlay - Le stratège secret du Louis XIV
Louis XIV et vingt millions de Français
Colbert - La vertu usurpée
Régner et gouverner - Louis XIV et ses ministres
Louis XIV - L'Homme et le roi
Le Discours de vérité dans les Mémoires du duc de Saint-Simon
L'Année des quatre dauphins
Le Grand règne
L'Impôt du sang
Les Demeures du soleil
Richelieu
Colbert
Tourville
Une singulière famille
Le comte d'Argenson (1696-1764)
Stanislas Ier
Turgot
Mazarin
Colbert, marquis de Seignelay
la Monarchie entre Renaissance et Révolution
Le roi Stanislas
Colbert ou le serpent venimeux
Souvenirs du marquis de Valfons
Le Règne de Louis XIV (2 vol.)
Le Courrier du Roi en Orient
Crown, Church and Episcopate under Louis XIV
Splendeurs et misères du XVIIe siècle
Louis XIV à la conquête des Pays-Bas espagnols
Carlo Vigarani, intendant des plaisirs de Louis XIV
Les Daliès de Montauban
Mémoires de Monsieur de Gourville
Michel Chamillart
Richelieu
Les Fastes de la renommée
Les Valets de chambre de Louis XIV
Etre femme au temps de Louis XIV
Chronique de la Fronde
Le Despotisme éclairé

Les financiers, vingt ans après
Daniel Dessert   - Une dynastie protestante de financiers sous Louis XIV
Perrin - Collection Pour l’Histoire 2005 /  22 € - 144.1 ffr. / 304 pages
ISBN : 2-262-01960-6
FORMAT : 14x23 cm

L'auteur du compte rendu : Archiviste-paléographe, docteur de l'université de Paris-I-Sorbonne, Thierry Sarmant est conservateur en chef du patrimoine au Service historique de l'armée de Terre. Il prépare, sous la direction du professeur Daniel Roche, une habilitation à diriger des recherches consacrée à "Louis XIV et ses ministres, 1661-1715". Il a publié une vingtaine d'articles sur l'histoire politique et culturelle de la France moderne et contemporaine et six ouvrages dont Les Demeures du Soleil : Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du roi (2003)et La Roumanie dans la Grande Guerre et l'effondrement de l'armée russe (1999).
Imprimer

En 1984, Daniel Dessert publiait Argent, pouvoir et société au Grand Siècle. Dans ce maître-livre de l’historiographie moderniste, il démontait les mécanismes du «système fisco-financier» louis-quatorzien. Les «traitants et partisans», à la fois collecteurs de l’impôt et banquiers de la monarchie, si décriés, se révélaient n’être que la façade d’un édifice beaucoup plus vaste, où une grande partie des élites, nobles comme roturières, se réunissaient pour faire crédit à l’Etat.

Vingt ans après, l’auteur prolonge sa grande synthèse par une étude de cas : celle d’une famille protestante de Montauban, les Daliès. Issus du milieu des officiers de justice, Antoine Daliès entre dans la finance dans le dernier tiers du XVIe siècle ; il est trésorier général de la maison de Navarre et receveur des tailles du Quercy. Son fils, Jean Daliès (1600-1687), trésorier de France et receveur des tailles à Montauban, appartient à la clientèle des Condé. L’entrée dans la haute finance a lieu avec les fils de Jean : Antoine, baron de Caussade, vit noblement et doit assurer la promotion sociale du lignage, mais les trois autres fils, Jean Daliès de Martel (1633-1715), Samuel Daliès de La Tour (1635-1713) et Nicolas Daliès sont «intéressés dans les affaires du roi».

Si la carrière de Jean Daliès prend fin avec la Chambre de justice qui suit la chute de Nicolas Fouquet, son fils Samuel, le véritable héros de cette saga familiale, sait négocier le virage colbertien. Le 15 décembre 1661, un arrêt du Conseil le confirme dans l’office de receveur général des finances du Dauphiné. Pour complaire à Jean-Baptiste Colbert, son nouveau protecteur, Daliès de La Tour étend son action hors de la finance. Il se fait exploitant forestier, pour fournir du bois à la marine, métallurgiste et marchand de canons. Si Daliès de Martel fait banqueroute en 1672, Samuel connaît alors l’apogée de sa prospérité : il achète la charge de maître de la Chambre aux deniers en 1676, le comté de Jouy-en-Josas en 1683. À cette date, sa fortune se monte à 1 400 000 livres environ (passif déduit), soit le niveau atteint par les ducs et pairs ou les magistrats de la grande robe parisienne.

La mort de Colbert, en 1683, et celle du Grand Condé, en 1686, conduisent Daliès de La Tour, qui sent le vent tourner, à se retirer progressivement des affaires du roi. En 1684, il renonce à l’achat de Jouy, cède la moitié de l’office de receveur général, l’autre moitié en 1687 et fait passer sa fortune, quelque peu écornée, sur la tête de son neveu. Converti au catholicisme depuis 1676, Samuel Daliès consacre les dernières décennies de sa vie à apurer le passif de sa gestion financière et à jouer les prosélytes à Montauban, où les conversions sont non moins massives qu’insincères. Pendant ce temps, après la révocation de l’édit de Nantes, une partie de sa famille s’exile hors de France. Dans les années 1700, Daliès publie plusieurs écrits de controverse. Son rôle religieux lui vaut de garder des appuis à la cour, notamment celui du chancelier de Pontchartrain, sans doute rencontré lors de ses retraites à l’Oratoire. Ainsi il obtient pour son neveu une charge de président à la Cour des aides de Montauban. Quand Samuel meurt, en 1713, ses héritiers renoncent à la succession. Les Daliès sont devenus une famille de magistrature provinciale, sans éclat particulier.

De cette suite de carrières, Daniel Dessert tire plusieurs leçons. Tout d’abord, l’examen des liaisons financières des Daliès montre que la «finance protestante» est pour partie un mythe : les protestants font des affaires ensemble, moins pour des raisons religieuses que familiales ; les financiers catholiques traitent, eux aussi, avec leurs parents et alliés ; enfin, rien n’interdit catholiques et protestants de s’associer pour leur profit commun. Le cas de Daliès de La Tour permet aussi de mettre en lumière les défauts de conception de l’action économique colbertienne. La construction est largement artificielle, car les revenus industriels sont loin de valoir les revenus financiers ; sans l’impulsion de l’Etat, les entreprises se défont d’elles-mêmes. Le résultat mitigé de la carrière de Samuel Daliès montre enfin que les principaux bénéficiaires du «système fisco-financier» ne sont pas forcément les financiers eux-mêmes, dont beaucoup finissent ruinés, mais plutôt les puissants dont ils sont les truchements. Les publicains, dont la carrière dépend étroitement de la faveur du roi, des grands et des ministres, ne sont nullement les maîtres de l’Etat. En revanche, les véritables bailleurs de fonds, à savoir les plus fortunés des privilégiés, pèsent incontestablement, en tant que classe sociale, sur la politique d’une monarchie impécunieuse.


Thierry Sarmant
( Mis en ligne le 16/05/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Colbert ou le serpent venimeux
       de Daniel Dessert
  • Tourville
       de Daniel Dessert
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd