L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 15 novembre 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Moderne  
 

Le cicérone d’un monde disparu
François Bluche    Collectif   Dictionnaire du Grand Siècle
Fayard - Les Indispensables de l'Histoire 2005 /  60 € - 393 ffr. / 1640 pages
ISBN : 2-213-62144-6
FORMAT : 17,0cm x 24,0cm

L'auteur du compte rendu : Rémi Mathis est élève à l'Ecole Nationale des Chartes. Il prépare une thèse sur Simon Arnauld de Pomponne sous la direction d'Olivier Poncet (ENC) et Lucien Bély (Paris IV).
Imprimer

Les éditeurs ont des responsabilités. Parfois, certains ouvrages obtiennent une large reconnaissance, ils deviennent des outils nécessaires, ils sont de ceux qu’on se doit de citer dans une bibliographie. Ils n’appartiennent plus à leur éditeur mais à leur public. Dès lors, un éditeur doit les proposer afin que chacun y ait accès. Or, depuis quelques temps, le Dictionnaire du Grand Siècle, paru en 1990, était épuisé. C’est donc un geste heureux de le rééditer, surtout à un prix plus abordable!

François Bluche, en historien rigoureux, commence dans sa préface par définir ce qu’il entend par Grand Siècle. Il choisit de le prendre dans son acception la plus large, de 1589, avènement de Henri IV, à 1715, mort de Louis XIV. Un siècle de 126 ans, donc, qui a une logique politique, peut-être religieuse, beaucoup moins sûrement culturelle ou sociale. Quoi qu’il en soit, cette large acception permet d’enrichir le dictionnaire et de remettre les articles dans leur contexte ou d’ouvrir sur une postérité redevable au XVIIe siècle. La largeur chronologique de l’ouvrage nécessite de se limiter à la France mais on n’hésite cependant pas à faire des incursions à l’étranger dès que cela est nécessaire pour comprendre un royaume qui est en relation constante, tant politiques que culturelles, avec ses voisins.

Ce dictionnaire possède un grand avantage, qui est la grande diversité des articles proposés. Bien loin d’être un recueil de biographies, bien loin de la vision d’un âge classique compassé et morne, il tente d’expliquer le Grand Siècle sous tous ses aspects. Certes, on y trouve des notices sur les grands personnages mais, là encore, le choix est large et original puisque François Bluche ne s’est pas limité aux quelques grands généraux ou officiers de la couronne : on y trouve des étrangers s’ils ont une influence en France (Guillén de Castro auteur de comedias sources du Cid), des personnages du XVIe siècle (Castiglione, à l’immense audience tout au long du XVIIe siècle), des mathématiciens (Desargues…), des comédiens (Du Parc…), des artistes ou des pédagogues.

Mais une attention toute particulière est prêtée à des thèmes de la vie quotidienne (art. sur l’état dentaire de la population), à des questions sociales (art. sur la distinction entre condition et qualité), à la culture (luth,…), à la religion (salut,…) ou à l’économie (lettre de change…). La vision n’est pas non plus centrée sur Paris puisque les caractéristiques des diverses provinces sont rappelées, jusqu’aux plus petites (Soule, Aunis…). Enfin, de très courts articles ne sont là que pour préciser des définitions, apporter des nuances, rappeler le sens particulier de certains mots de l’époque, éviter l’anachronisme. Nous avons donc à notre disposition une mine de renseignements dans laquelle puiser qui comble les plus curieux : autant ceux qui désirent une analyse d’un large problème (révolte populaire, classicisme, diplomatie…) que ceux qui recherchent un renseignement ponctuel (généalogie des principales familles régnantes d’Europe, liste des maréchaux de France…).

Quelques illustrations, tableaux et graphiques illustrent les articles, toujours dans un but pédagogique et didactique : explication d’une crise démographique à partir d’un graphe des naissances et décès dans une commune, carte des gains territoriaux de la Suède au cours du siècle… Un véritable outil de travail donc. Son défaut le plus grave est peut-être qu’il fait nous perdre un temps précieux lorsqu’on l’ouvre : on passe d’un article à l’autre, on se passionne pour un problème qui ne nous avait jamais effleuré, on découvre des personnages, on se perd très agréablement, au fil des pages, dans les arcanes des articles. L’ensemble est repris dans un index thématique qui permet de se servir du dictionnaire pour effectuer une recherche sur une question plus large : le lecteur est alors renvoyé aux divers articles qui peuvent l’intéresser.

François Bluche s’était fait connaître par quelques ouvrages dédiés à l’Ancien Régime – particulièrement au XVIIe siècle – dont une utile prosopographie des magistrats du parlement de Paris au XVIIIe siècle et surtout un Louis XIV érudit, habile et contesté, à la gloire du Grand Roi. Afin de proposer cette somme, le maître d’œuvre s’était entouré des meilleurs spécialistes. Ont été convoqués près de deux cent cinquante personnes, des professeurs de l’enseignement supérieur comme Y.-M. Bercé, Michel Antoine, Jean Bérenger, Olivier Chaline, André Corvisier, Pierre Goubert, Georges Livet ou Bruno Neveu : ils forment évidemment le gros des troupes mais les meilleurs connaisseurs de la période sont également des conservateurs des bibliothèques (Maxime Préaud, spécialiste des estampes), d’archives (Étienne Taillemite pour la marine) ou des musées (J.-P. Babelon, Pierre Rosenberg), et bien d’autres. Chacun dans sa spécialité expose clairement des problématiques complexes dans des contributions qui font rarement plus d’une page. M. Bluche rédige lui-même un certains nombre d’articles écrits dans un style plein de malice.

Bien sûr, on regrettera qu’il ne s’agisse que d’une réimpression pure et simple, sans aucune mise à jour (qu’on aurait au moins souhaitée pour ne pas présenter comme vivants des chercheurs décédés depuis la première parution !). Notons aussi que deux outils sont nécessaires à sa consultation : une table où le poser car le volume pèse son poids (et sa couverture souple n’en facilite pas la prise en main) et des lunettes pour déchiffrer les articles composés en corps 7 sur deux colonnes.

Mais il s’agit d’un classique, d’un ouvrage de référence que l’on conserve à portée de main pendant ses recherches, et qui se feuillette également avec grand plaisir, le plaisir de s’immerger quelques minutes dans un monde disparu, original, complexe et passionnant. Un monde dans lequel on se perd si l’on n’en a pas les clefs, qui nous sont ici offertes. Ainsi, l’ouvrage reste indispensable à l’étudiant moderniste et au curieux de ce siècle qu’on dit Grand : avis à ceux qui cherchent des idées de cadeau pour Noël !


Rémi Mathis
( Mis en ligne le 09/12/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Despotisme éclairé
       de François Bluche
  • Richelieu
       de François Bluche
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd