L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 24 février 2024
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Moderne  
 

Somme d'une passion d'historien
Jean-Claude Hocquet   Venise et la mer - XIIe-XVIIIe siècle
Fayard 2006 /  26 € - 170.3 ffr. / 508 pages
ISBN : 2-213-63089-5
FORMAT : 15,5cm x 24,0cm

L'auteur du compte rendu : agrégé d’histoire, Nicolas Plagne est un ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure. Il a fait des études d’histoire et de philosophie. Après avoir été assistant à l’Institut national des langues et civilisations orientales, il enseigne dans un lycée de la région rouennaise et finit de rédiger une thèse consacrée à l’histoire des polémiques autour des origines de l’Etat russe.
Imprimer

Professeur des universités de Venise et Charles-de-Gaulle-Lille III puis directeur de recherche au CNRS et directeur de laboratoire à Lille III, J.-C. Hocquet est historien de l’Italie médiévale et moderne, spécialiste du sel dans l’histoire et excellent connaisseur de l’histoire maritime de l’Europe. Il est le conseiller historique de la grande exposition présentée par l’Institut du Monde Arabe à Paris d’octobre 2006 à avril 2007 sur «Venise et la mer», thème de ce recueil édité au même moment. Il vaut donc sûrement la peine pour les plus motivés de préparer et de prolonger la visite de l’exposition par la lecture de cette somme d’historien passionné de son sujet.

Passion d’historien et pas seulement d’esthète amoureux de l’Italie et de ses arts (Canaletto en couverture, seule touche de couleur). C’est en observateur et analyste de ses affaires politiques intérieures et extérieures, de ses intérêts économiques, de sa puissance géopolitique et maritime que l’auteur suit sur six siècles l’aventure vénitienne, de son décollage commercial et de son indépendance de république marchande émancipée de Byzance à son élimination comme Etat, en passant par l’apogée de sa puissance : la thalassocratie du XIVe siècle. Pendant cette existence pluriséculaire, la fastueuse et ambitieuse cité oligarchique s’active en Adriatique aussi bien que sur la mer Ionienne, sur les côtes des Balkans, à Chypre et en Crète, au Levant, jusqu’au Pont en mer Noire, mais aussi en Méditerranée occidentale, malgré l’hostilité de Gênes. Puissance méditerranéenne mais aussi européenne, car la ville rayonne par son commerce et sa richesse dans la chrétienté et l’Europe continentale, à la défense de laquelle elle participe face aux Turcs. Puissance militaire maritime aussi depuis les Croisades, qui transporte et arme les troupes chrétiennes au nom de la religion et de la liberté, mais contribue à l’écroulement de Byzance ; cité cupide qui n’oublie jamais ses intérêts économiques et place habilement les pions d’un impérialisme dynamique, dans le but de rester l’intermédiaire obligé entre Occident et Orient.

Du point de vue thématique de cette histoire du rapport de la république à la Méditerranée (les prolongements indirects vers l’Atlantique sont absents) comme en général pour l’histoire économique et sociale pré-industrielle, il serait inutile et discutable, explique J.-C. Hocquet, de tenir compte de la prétendue charnière de la fin du Moyen âge et de la Renaissance, car l’historien ne note aucune rupture majeure du XIIe siècle à la chute de la Sérénissime, lorsque Bonaparte mit fin à son indépendance et la vendit à l’Autriche.

Les divers aspects et ressorts de la puissance et de la fortune de Venise font la matière de ce livre : de la construction des bateaux au financement des voyages, des marchandises transportées aux contrats des équipages, des tarifs douaniers, de la fiscalité et du crédit aux questions monétaires, de la formation et de la perpétuation d’une noblesse marchande aux compétitions politiques et aux entreprises guerrières (traduisant les conceptions militaires de l’Etat vénitien de l’embauche des condottiere au choix des capitaines de la flotte), sans oublier les relations du public et du privé. L’ouvrage est divisé en quatre parties : (I) «L’économie marchande au XIVe siècle» - consacrée exclusivement à un tableau d’état initial ; (II) «Ports, bateaux et marins», étudiant armateurs, chantiers navals et équipages, mais aussi la structure et l’évolution du port, la politique d’aménagement d’un site mouvant et hostile de lagune ; (III) «Venise et les îles» ; (IV) «La mer et l’argent» sur les finances publiques et le cas d’un marchand drapier d’outre-mer, manieur de poids et mesures et de monnaies étrangères à Constantinople, exemple emblématique du rôle stratégique de Venise. Rappelons que J.-C. Hocquet est l’auteur d’une somme sur Le Sel et la fortune de Venise (1978-79).

Ces études thématiques ont été publiées séparément dans des revues ou des ouvrages collectifs et sont rassemblées pour la première fois en un volume d’ensemble. Elles constituent les éléments d’une synthèse pratique, bien structurée, érudite et de lecture aisée. Les illustrations en noir et blanc (des reproductions de vues du port, des graphiques, des cartes pas toujours très claires…) ainsi que des tableaux de données chiffrées accompagnent utilement le texte, qui se termine par un riche index. Manquent peut-être une conclusion et une bibliographie raisonnée sur le thème, outre celle des publications de l’auteur. Le lecteur cherchera dans les nombreuses et riches notes de bas de page des idées de lectures complémentaires ou de relectures… Mentionnons en particulier les excellents livres de Frederick C. Lane : Venice A Maritime Republic (John Hopkins University Press, 1973) et Venitians Ships and Shipbuilders of the Renaissance toujours passionnants et disponibles. Venise : une passion européenne et américaine.


Nicolas Plagne
( Mis en ligne le 06/04/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Histoire de Venise
       de Alvise Zorzi
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd