L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 21 octobre 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 
Dossier : GUERRE D'ALGÉRIE
L’Algérie indépendante : l’ambassade de Jean-Marcel Jeanneney
Comment de Gaulle fit échouer le putsch d'Alger
Le Putsch des généraux
De Gaulle, les services secrets et l'Algérie
Pour comprendre la guerre d'Algérie
Mon père, ce harki
Histoire de la guerre d'Algérie
Histoire de la guerre d'indépendance algérienne
''Barbouze'' du général
Ces officiers qui ont dit non à la torture
Le Rappel
Soldats en Algérie 1954-1962 (nouvelle édition)
Oran, 5 juillet 1962
La France en guerre. 1954-1962
La Temesguida. Une enfance dans la guerre d’Algérie
Général du contingent
De Gaulle et l'Algérie
Appelés en Algérie
La Guerre d'Algérie par les documents
Entretien avec Bernard Droz
Alger 1940-1962
Police contre F.L.N.
Soldats en Algérie 1954-1962.
le Onzième Commandement
Services spéciaux. Algérie 1955-1957
La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie
Une Drôle de Justice
Massacres coloniaux
Le Transfert d'une mémoire
Francis Jeanson
Chronologie de la Guerre d'Algérie

Paris, 17 octobre 1961 : de la mémoire à l'histoire
Jean-Paul Brunet   Police contre F.L.N. - Le drame d'octobre 1961
Flammarion 1999 /  18.32 € - 120 ffr. / 346 pages
ISBN : 2-08-067691-1
Imprimer

Confronté à la lecture d'un bon ouvrage, celui dont la vocation est d'en faire la critique éprouve régulièrement une déception teintée d'une certaine frustration. Cela ne peut surprendre qu'au premier abord. En effet, face à un travail solide, argumenté, objectif, scientifique en un mot, le plumitif ne saurait décocher saillies assassines et comparaisons mortifiantes qu'avec mauvaise foi et suffisance.

Dans son dernier ouvrage, Jean-Paul Brunet s'engage dans une voie qui, a priori, ne pouvait que satisfaire les bas instincts du critique. En travaillant sur les manifestations organisées par le F.L.N. dans les rues de Paris en octobre 1961 et sur la répression policière qui les suivit, l'auteur est conduit à aborder une série de thèmes aux résonances foncièrement polémiques : la guerre d'Algérie, l'immigration algérienne en France, ou encore le rôle de Maurice Papon à la tête de la préfecture de police. Comment, sur un tel casus belli, ne pas laisser échapper l'information erronée, l'analyse rapide ou la connotation idéologique qui pouvaient déclencher l'hallali de l'observateur ravi ? Dans un pays où les sphères intellectuelles ont pris goût aux lynchages médiatiques confortables, un tel pari pourrait paraître une gageure. Jean-Paul Brunet l'a néanmoins réussi..

Comment l'expliquer ? Professeur à l'E.N.S. et à Paris IV, Jean-Paul Brunet est déjà l'auteur de nombreux travaux ayant notamment trait à l'histoire sociale et à l'histoire politique. Il a par ailleurs rédigé plusieurs manuels portant sur l'explication de documents historiques. C'est sans doute cet aspect méthodologique qui permet de répondre en premier lieu à notre interrogation initiale. A ce titre, le premier chapitre de l'ouvrage devrait être étudié dans tous les séminaires de méthodologies des facultés d'histoire. La méthode mise en oeuvre par l'auteur, de par son exhaustivité et sa rigueur, apparaît comme la condition essentielle d'un travail réussi. Toute la réflexion initiale de l'historien porte sur les sources mobilisables et sur leur critique.

Quelles sources ! Après s'être heurté à de multiples obstacles, Jean-Paul Brunet a pu avoir accès à des fonds d'archives qui, pour bon nombre d'entre eux étaient hermétiquement fermés. On songe notamment aux archives du parquet de la Seine, à certaines archives de la préfecture de police, ou encore aux archives de la direction de la police judiciaire. L'auteur a également eu recours à de nombreux témoignages parfois inattendus, toujours éclairants. Toutefois, loin d'être aveuglé par ces nouvelles sources qui permettaient de renouveler fondamentalement la pauvre historiographie de l'événement, procédant généralement de revues de presse plus ou moins exhaustives, l'auteur a su en faire une critique efficace qui en permet la meilleure exploitation. Jean-Paul Brunet n'est pas dupe de la rhétorique policière édulcorée, de la récupération idéologique faite par les mouvements et journaux "progressistes" de l'époque, de la part de reconstruction dans les témoignages contemporains; il n'est même pas dupe de la grille d'interprétation personnelle que sa propre histoire et ses engagements passés peuvent conférer à son analyse présente.

Fort de ces préalables méthodologiques et épistémologiques, l'auteur s'engage alors dans la narration de ces manifestations après avoir rappelé le contexte de La guerre d'Algérie en France (pour reprendre le titre d'une étude de Raymond Muelle, parue en 1994 aux Presses de la Cité). L'amateur de grandes fresques historiques sera déçu : point de grand souffle ici, mais la description minutieuse des événements, heure par heure, rue par rue, de commissariat en centre de regroupement, de la Seine à la morgue. Le coeur du lecteur doit être bien accroché : les descriptions sont chirurgicales et la violence diffuse et exprimée particulièrement prégnante. L'auteur, et on le loue, ne cherche pas à prendre parti : il décrit, analyse et argumente. Les notes infrapaginales, nombreuses et étayées, contribuent largement à consolider l'édifice. Peut-être est-il seulement possible de déplorer l'absence d'une bibliographie synthétique en fin de volume.

Largement occultée par la répression dont furent victimes des manifestants anti-O.A.S. au métro Charonne, la répression des manifestations du F.L.N., incomparablement plus meurtrière, a récemment acquis une certaine résonance médiatique au cours du procès de Maurice Papon. Mais, dans cette réactivation d'une mémoire enfouie, c'est l'idéologie qui, à nouveau, a pris le dessus. L'ouvrage de Jean-Luc Einaudi paru en 1991, La bataille de Paris, 17 octobre 1961, constituait jusqu'à présent la référence des travaux relatifs à cet épisode, mais était symptomatique d'une tendance à l'idéologisation. A partir de témoignages de manifestants et d'un dépouillement de la presse, le journaliste annonçait alors un bilan de la répression variant entre 150 et 200 morts. A partir des archives, mais sans omettre pour autant les témoignages des victimes, l'historien propose une fourchette variant entre 30 et 50 victimes. Précisons que selon l'auteur, cette diminution ne constitue pas pour autant une déculpabilisation des forces de police : à ses yeux, ces chiffres sont simplement plus proches de la vérité historique. Espérons donc que l'ouvrage de Jean-Paul Brunet contribuera à accélérer le passage de la mémoire à l'histoire.


Guillaume Zeller
( Mis en ligne le 17/10/2001 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Octobre 1961
       de Jean-Luc Einaudi

    Ailleurs sur le web :
  • Libération du 17/10/2001 : Une tragique soirée en toute discrétion
  • Le Monde du 17/10/2001 : 40e anniversaire de la répression du 17 octobre 1961 sur fond de polémique
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd