L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 17 octobre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

''J’ai pleuré et j’ai cru''
Emmanuel Fureix   La France des larmes - Deuils politiques à l'âge romantique (1814-1840)
Champ Vallon - Epoques 2009 /  30 € - 196.5 ffr. / 501 pages
ISBN : 978-2-87673-497-5
FORMAT : 15,5cm x 24cm

L'auteur du compte rendu : Matthieu Lahaye poursuit une thèse consacrée au fils de Louis XIV sous la direction du professeur Joël Cornette à l’Université Paris-VIII.
Imprimer

Cette fameuse sentence de Chateaubriand pourrait à elle seule résumer le brillant travail d’Emmanuel Fureix qui s’est proposé - sur les conseils d’Alain Corbin - il y a maintenant une petite dizaine d’années de consacrer ses recherches de doctorat à la mort publique sous la Restauration et la Monarchie de juillet. Avec un réel talent d’écriture et une force d’évocation assez rare chez un jeune historien, l’auteur parvient à montrer comment le culte des morts en pleine période du romantisme français réussit à cristalliser les imaginaires politiques morcelés de la société post-révolutionnaire.

Dès le début de son livre, l’auteur montre comment à son retour en France en 1814, Louis XVIII, pour s’imposer, tient à recréer un consensus politique entre les Français. Pour ce faire, dans le Paris des années 1820 - qui occupe surtout l’auteur -, Louis XVIII n’hésite pas à théâtraliser sa tristesse et son horreur devant l’assassinat de son frère Louis XVI, le 21 janvier 1793. Il croit ainsi pouvoir inscrire son régime dans une continuité dynastique et dans le même temps canaliser autour du culte du sang royal supplicié le ressentiment des familles victimes de la révolution, tentées par une surenchère commémorative. Aussi, le 21 janvier 1815, la translation des cendres de Louis XVI et de Marie-Antoinette à l’abbaye de Saint-Denis s’accompagne-t-elle d’une interdiction pour les particuliers d’ériger des stèles à l’emplacement des charniers révolutionnaires afin de ménager la susceptibilité des nostalgiques de la Révolution et de l’Empire.

Cependant le manque de représentativité du gouvernement censitaire, l’absence de liberté de la presse et le contrôle policier obligent les mémoires concurrentes à s’emparer des funérailles publiques pour s’exprimer. En effet, la plupart du temps, les deuils des figures révolutionnaires, impériales ou libérales se transforment rapidement en véritable «deuil d’opposition» contre le régime. C’est le cas en novembre 1825 où l’enterrement du général Foy - l’un des chefs du parti libéral -, donne lieu au rassemblement de plus de cent mille personnes aux revendications diverses, mais avec en toile de fond l’opposition à un régime qui se refuse à instituer une véritable souveraineté populaire.

Il faut dire que le raidissement du régime après l’assassinat du duc de Berry, neveu de Louis XVIII, en février 1820, exacerbe cette compétition mémorielle. Le Panthéon, lieu de sépulture des grands commis de l’État révolutionnaire et impérial retourne ainsi au culte catholique en 1822 alors que dès 1821 les tombeaux de Rousseau et de Voltaire sont soigneusement dissimulés à la vue de la foule. L’avènement de Louis-Philippe en 1830 et la volonté de ce fils de régicide de fonder une monarchie nationale en mettant un terme aux luttes civiles infléchissent sensiblement ce combat des mémoires et des deuils. Le retour des cendres de Napoléon à Paris le 15 décembre 1840 constitue l’apothéose des rites funéraires dans ce premier XIXe siècle dans la mesure où le pouvoir tente - en vain - de fonder un deuil consensuel, un deuil national.

Par cette étude consacrée à l’utilisation politique des deuils à l’âge romantique, Emmanuel Fureix nous permet de mieux apprécier une époque encore trop peu en faveur auprès des historiens : la Restauration et la Monarchie de Juillet. Mais plus que cela, l’auteur renouvelle les approches de l’histoire politique dans la lignée de Pierre Nora en se détachant des institutions pour se concentrer sur les expériences politiques concrètes des Français. En somme, il serait bien injuste de ne pas recommander vivement la lecture de cet ouvrage, l’un des plus vivifiants de ces dernières années.


Matthieu Lahaye
( Mis en ligne le 24/02/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd