L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 15 novembre 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

De l’ombre à la lumière
Anne Simonin   Les Editions de Minuit - 1942-1955 - Le devoir d'insoumission
Editions de l'IMEC - L'Edition contemporaine 2008 /  22 € - 144.1 ffr. / 523 pages
ISBN : 978-2-908295-89-4
FORMAT : 15cm x 21,5cm

L'auteur du compte rendu : Diplômé de l'Ecole nationale des chartes et de l'Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques, Rémi Mathis est conservateur, responsable de la bibliothèque de sciences humaines et sociales Paris-Descartes-CNRS. Il prépare une thèse sur Simon Arnauld de Pomponne à l'université Paris-Sorbonne sous la direction de Lucien Bély.
Imprimer

Les éditions de Minuit font partie des quelques maisons qui font rêver tous les écrivains amateurs. Éditeur privilégié du Nouveau roman, des grands sociologues des années 1960-1970 (Bourdieu, Passeron, Goffman…), aujourd’hui d’écrivains reconnus (Jean Échenoz, J.-P. Toussaint…) et de jeunes auteurs inventifs (Tanguy Viel, Éric Chevillard…), la maison a véritablement marqué la vie intellectuelle de la seconde moitié du XXe siècle français. Étant l’une des rares maisons issues de la Résistance et marquée par la très charismatique personnalité de Jérôme Lindon, une certaine mystique l’entoure : c’est dire si, en 1994, le travail d’Anne Simonin était le bienvenu, non pas pour faire tomber les idoles mais pour analyser sereinement une aventure éditoriale, certes intellectuelle et littéraire, mais également politique, économique et entrepreneuriale. Issu de sa thèse de doctorat, l’ouvrage est aujourd’hui réédité augmenté d’annexes.

La Libération constituant un tournant dans l’histoire de la maison, l’auteur devait traiter les deux périodes 1942-1944 et 1944-1955 séparément. La première partie est donc consacrée à la période de clandestinité, qui n’a finalement duré que quelques années mais a donné à la maison une identité à laquelle elle se réfère toujours. Alors que l’on met souvent en avant la personne de Vercors, Anne Simonin appuie sur la figure fondamentale et ambiguë de Pierre de Lescure. Elle montre également que bien loin de l’image des résistants bricolant une presse dans leur sous-sol, les responsables de Minuit sont rapidement en relation avec le monde littéraire et notamment avec Jean Paulhan et la nébuleuse de la NRF qui y jouent un rôle non négligeable. Enfin, elle n’oublie jamais qu’une maison d’édition se place dans un contexte politique, ici particulièrement prégnant à une époque où le paysage est en pleine reconstitution.

À la Libération, la difficulté est donc de convertir le travail effectué sous l’Occupation et le capital symbolique accumulé en une véritable place dans le nouveau paysage de l’édition. Curieusement, les acteurs changent en même temps que le contexte. C’est Jérôme Lindon qui est la grande figure de la seconde partie de l’histoire de la maison. Anne Simonin revient sur l’ascension de ce grand bourgeois parisien (petit-neveu d’André Citroën, gendre d’un riche administrateur de société) qui parvient à prendre les rênes de la maison après l’avoir constamment renflouée grâce à l’argent de sa belle-famille. Minuit est ainsi la seule maison issue de la Résistance à avoir pu s’imposer dans l’immédiat Après-guerre car les conditions ne leur étaient guère favorables.

Ce livre pourrait être sous-titré «défense et illustration de l’intérêt des archives pour l’histoire contemporaine» tant la documentation sur laquelle il se repose est fondamentale. Jusqu’à sa parution, l’histoire des Éditions de Minuit n’était connue que par les livres de souvenirs des différents acteurs (Vercors, Jacques Debû-Bridel…). Mais Anne Simonin a pu avoir accès à de très nombreuses archives conservées en mains privées et inconnues jusqu’alors. C’est cette documentation unique qui donne tout son poids au livre et sa rigueur à la démonstration, qui remet en cause bien des idées reçues.

On saura gré à l’éditeur de ne s’être pas contenté d’une simple réimpression mais – en plus d’avoir rajeuni la maquette – d’avoir ajouté un certain nombre d’annexes consistant essentiellement en des articles scientifiques publiés par Mme Simonin depuis 1994. Sans tout à fait remplacer un véritable livre sur l’histoire des éditions de Minuit de 1955 à nos jours – que nous appelons toujours de nos vœux – cela permet d’ouvrir la réflexion vers quelques importants épisodes de la vie de la maison, notamment le Nouveau Roman et la Guerre d’Algérie, c'est-à-dire les événements auxquels les éditions et son médiatique patron ont directement pris part et dans lesquels ils se sont engagés.

Au final, cet ouvrage fait toujours référence malgré les travaux qui ont été publiés depuis et sa réédition n’est pas inutile puisqu’au-delà de son intérêt propre, il aura contribué à une meilleure connaissance de l’édition clandestine et du monde du livre dans la Résistance et dans l’immédiat après-guerre.


Rémi Mathis
( Mis en ligne le 07/04/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd