L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 21 août 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

La Roumanie dans la guerre
Jean-Noël Grandhomme   La Roumanie - De la triplice à l'entente - 1914-1919
14-18 Editions 2009 /  25 € - 163.75 ffr. / 273 pages
ISBN : 978-2-916385-25-9

Jean-Noël Grandhomme collabore à Parutions.com

L'auteur du compte rendu : Thérèse Krempp mène une recherche en doctorat à l'Ecole des hautes études en sciences sociales sur l'armée française d'Orient pendant la Première Guerre mondiale. Avec Jean-Noël Grandhomme, elle a publié Charles de Rose, pionnier de l'aviation de chasse (éditions de la Nuée Bleue, septembre 2003).

Imprimer

La Roumanie, dans ses frontières géographiques actuelles, est largement issue de la période 1913-1920 pendant laquelle elle a plus que doublé la superficie de son territoire. On peut dire aussi que la Roumanie reste le seul véritable vestige de l’Europe telle que conçue lors du traité de Versailles en 1919. L’ouvrage de Jean-Noël Grandhomme, maître de conférences à l’université de Strasbourg et spécialiste des conflits en Europe, est une excellente synthèse de cette période décisive de l’histoire de la Roumanie, entre 1914 et 1919.

Au début de la guerre, la Roumanie est un État jeune, aux dimensions modestes, qui a cependant réussi à agrandir son territoire national au moment de la seconde guerre balkanique contre la Bulgarie (août 1913). Le roi roumain Carol Ier se trouve dans une situation très délicate au moment de la déclaration de guerre. Cousin des Hohenzollern de Prusse, il s’était placé secrètement sous la protection de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie. Mais en août 1914, les aspirations de l’opinion publique roumaine, et notamment de la classe dirigeante, ne correspondent plus à ce système d’alliance. En effet, dans le contexte de l’éveil des nationalités, l’attention du pays s’est tournée vers la Transylvanie, où vit une importante population roumaine. Le conseil de la Couronne, le 3 août 1914, décide alors, contre l’avis du roi, la neutralité du pays.

Carol Ier meurt en octobre 1914 et le nouveau roi, Ferdinand Ier, ne souhaite pas aller à l’encontre du sentiment dominant de son pays. Le rapprochement avec l’Entente se fait par l’intermédiaire de la Russie. Finalement, après de longues négociations, la Roumanie déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie le 27 août 1916 ; et dès le lendemain c’est au tour de l’Allemagne de déclarer la guerre à la Roumanie. L’intervention de l’armée roumaine tourne très vite au désastre, malgré les efforts considérables qui avaient été faits pour moderniser le potentiel militaire du pays. La Roumanie est battue en trois mois. Bucarest tombe le 6 décembre, le roi et le gouvernement sont obligés de se réfugier en Moldavie, et l'on assiste à un exode massif des civils. L’armée bulgare avance jusqu’en Dobroudja à la fin du mois de décembre.

Face à une situation militaire très mauvaise, le gouvernement roumain avait, dès le mois de septembre, fait appel à la France pour lui demander l’envoi d’un certain nombre de spécialistes. Mais la mission militaire française, commandée par le général Berthelot, était arrivée trop tard pour conjurer la défaite. Berthelot, avec les concours russe et britannique, prend en main la réorganisation de l’armée roumaine pendant tout le printemps 1917 et l’offensive peut reprendre au mois de juillet. La défection russe provoque l’arrêt des combats sur le front roumain et la Roumanie est obligée de signer des préliminaires de paix le 5 mars 1918, obligeant Berthelot et les missions alliées à quitter le pays. Les Puissances Centrales et la Roumanie signent le 7 mai la paix de Bucarest, permettant de ce fait à l’Allemagne de ramener quarante divisions sur le front Ouest. L’offensive victorieuse des armées alliées en Orient contre les Bulgares en septembre 1918 a pour conséquence la seconde entrée en guerre de la Roumanie, le 10 novembre.

Quelques annexes, des cartes et une bibliographie fournie viennent enrichir cet ouvrage de référence qui fait partie d’une jeune collection fort intéressante : ''Les Nations dans la Grande Guerre''. Écrites par des spécialistes, ces monographies fouillées ont la volonté de s’ouvrir au grand public tout en conservant un appareil scientifique solide. Elles constituent probablement les meilleures synthèses en la matière. Les prochaines publications de cette collection sont donc à suivre avec intérêt.


Thérèse Krempp
( Mis en ligne le 31/08/2010 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Général Berthelot
       de Jean-Noël Grandhomme
  • Charles de Rose
       de Jean-Noël Grandhomme , Thérèse Krempp
  • Ultimes sentinelles
       de Jean-Noël Grandhomme
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd