L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 6 décembre 2022
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

''Le silence de la Muette''
Annette Wieviorka   Michel Laffitte   À l’intérieur du camp de Drancy
Perrin 2012 /  23 € - 150.65 ffr. / 384 pages
ISBN : 978-2-262-03423-8
FORMAT : 14,0 cm × 20,9 cm
Imprimer

D'aot 1941 aot 1944, environ 76 000 Juifs ont t interns dans les btiments de la cit de La Muette Drancy, commune de la rgion parisienne.
 Prs de 65000 d'entre eux ont t dports Auschwitz.
 2 500 seulement sont revenus. Telles sont les premires lignes inscrites sur le site officiel du Mmorial de la dportation
 
du Camp de Drancy. Et pourtant, en croire les donnes bibliographiques actuelles, relativement peu de travaux ont t raliss sur cet aspect spcifique de lhistoire de la Shoah en France. En sappuyant, entre autres, sur les tmoignages de rares survivants, dont certains sont encore indits, Annette Wiervioka et Michel Laffitte proposent de revenir de faon concrte et nuance sur ce que furent au quotidien la vie et la mort La Muette, depuis son affectation nouvelle en aot 1941 laquelle le projet architectural inachev ntait ni destin ni prpar頗 jusquen aot 1944, date de la fermeture des lieux en tant que camp dinternement.

Lhistorique est retrac ici mois par mois, cest l son principal intrt, pour rapporter comment, ds la rafle du 20 aot 1941 Paris, ltau exterminateur envers les personnes dcrtes juives sest resserr. Lhypothse centrale des auteurs revient dire que la vise gnocidaire tait luvre ds les premiers internements dicts titre de reprsailles. Tous les rcits dinterns dnoncent en effet lhorreur absolue de cette premire tape mal connue de grave maltraitance, pour lessentiel passive jusquen juin 1942, qui nexclut ni les brimades ni le cachot. Dans les faits, les hommes (combien? les chiffres manquent) arrts en aot pour un bref contrle sont morts par centaines avant lhiver Drancy: de faim, de froid et de vermine, comme Dachau,disent les tmoins.

Plus nombreuses sont les chroniques relatives la difficile cohabitation des interns dorigines trs diverses, de juillet 1942 juillet 1943, priode durant laquelle La Muette a fait fonction de camp de transit vers la Pologne en vue de la Solution finale, llment nouveau tant larrive de familles entires, de femmes, denfants de 2 12 ans sans leurs parents (4000 autour du 15 aot), avre massive aux lendemains de la rafle du Vel dhiv et celles de la zone sud. Un rgime de violence et de corruption grande chelle sabat dans ce qui est dsormais une vaste plateforme de tri, jusquau tournant proprement concentrationnaire pris en juillet 1943 avec la nomination dAlos Brunner, par laquelle jusquen aot 1944 lhorreur change de nature.

Dsormais aux mains dun professionnel de la mort, expert en rgime de terreur et de manipulation de groupes, celle-ci (lhorreur) infiltre tous les rouages et propage, sous peine de torture et dhumiliation, les germes ns de sa propre logique: les interns sont ainsi amens uvrer par eux-mmes lanantissement de leurs proches et collaborer ce quils croient empcher par leur illusoire pouvoir. Ce qui nexclut pas la prsence dauthentiques collaborateurs juifs, les piqueurs, promus dans la hirarchie du camp moyennant arrestations: les seuls, comme le soulignent les auteurs, avoir rellement pay leurs exploits lors des parodiques procs dpuration, en reflet de lantismitisme persistant. Notons que lorsque Maurice Rajsfus a soulev ce problme en 1980 (Des Juifs dans la collaboration, L'U.G.I.F. 1941-1944, EDI), il a failli tre excommuni. Dautres collaborateurs notoires les noms sont prcisment cits, parfois aprs un bref sjour rpressif Drancy jug par eux inconfortable, ont russi sans entrave une brillante carrire et bnficient encore aujourdhui dun prestige sans mmoire.

Comment comprendre le silencede la Muette (titre de J-A. Mazaud, 1995) ? On ne savait pas. cette allgation difficile soutenir, comme le reconnat depuis peu lactuel prsident de la SNCF alors que soixante quatre convois, en moyenne de mille personnes, ont quitt Drancy et les gares environnantes sous les yeux de la population, en direction dAuschwitz, Sobibor ou Majdanek, soppose un surcrot de rminiscences toutes plus inexactes ou incompltes les unes que les autres. Au gr des enjeux historiques, architecturaux et politiques, qui ont confr la cit de la Muette de multiples et coteuses affectations successives, chacun des divers groupes sociaux impliqus a tent de sapproprier ou deffacer un morceau de mmoire selon ses intrts ou ses convictions: une passionnante discussion trs documente. Toujours est-il que le compromis ralis aujourdhuiest de restituer aux btiments leur vocation premire dhabitation au sein dun quartier en pleine rnovation; en face de lancien camp sera inaugur le 16 juillet 2012 (soixante dix ans aprs la rafle du Vl dHiv) le Centre de mmoire et dhistoire.


Monika Boekholt
( Mis en ligne le 26/06/2012 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Obéir - Les déshonneurs du capitaine Vieux Drancy
       de Didier Epelbaum
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd