L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 20 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 
Dossier PARIS
Sous le ciel de Paris
Paris et la photographie
Paris au XVIIIe siècle
Un Parisien à travers Paris
I hate Paris
Violences et passions dans le Paris de la Renaissance
Paris pour mémoire
Vivre à Paris de la Restauration à la Belle Epoque
Les Cocottes. Reines du Paris 1900
Histoire insolite des cafés parisiens
Louvre secret et insolite
Paris, Avant Après
Une histoire de Paris par ceux qui l'ont fait
Quel maire pour Paris ?
Le Piéton du Grand Paris
Le Monde à Paris
Paris, La forme d’une ville
Paris et ses grands monuments en 3 D
Paris, Restaurants d’antan et de toujours
Atlas du crime à Paris du Moyen-âge à nos jours
Paris promenades au bord de l’eau
Huit quartiers de roture
Saint-Germain-des-Prés
Les Plus beaux panoramas de Paris
Le Carreau du Temple
Paris en latin / Legenda est Lutetia
Curiosités du Paris haussmannien
Les Halles de Paris et leur quartier
Paris dans la collaboration
Mémoire des rues. Paris 6e arrondissement
Un peu de Paris
Le Paris arabe
Place des Victoires
Les Douze heures noires
Balades littéraires dans Paris
Paris 1200
Regard d'un Parisien sur la Commune
Paris d'église en église
Les Maux & les soins
Paris 1900
Nous irons chanter sur vos tombes
Haussmann
Haussmann le Grand
Les Grands Boulevards
Les Ponts de Paris
La Ville promise
Pays parisiens
Le carnaval des Halles
Henri d’orléans, comte de Paris (1908-1999)
La Trace du fleuve
Napoléon III contre Haussmann ?
Mémoires
Histoire politique de Paris au XXe siècle

Courtisanes de haut vol !
Catherine Guigon   Les Cocottes. Reines du Paris 1900
Parigramme 2012 /  45 € - 294.75 ffr. / 190 pages
ISBN : 978-2-84096-727-9
FORMAT : 25,7 cm × 32,0 cm

L’auteur du compte rendu : agrégée d’histoire et docteur en histoire médiévale (thèse sur La tradition manuscrite de la lettre du Prêtre Jean, XIIe-XVIe siècle), Marie-Paule Caire-Jabinet est professeur honoraire de Première Supérieure au lycée Lakanal de Sceaux. Elle a notamment publié L’Histoire en France du Moyen Age à nos jours. Introduction à l’historiographie (Flammarion, 2002).
Imprimer

Les éditions Parigramme ont conçu une superbe maquette pour l’ouvrage de la journaliste Catherine Guigon : couverture habillée d’un tissu jaune d’or, incrustation d’une photographie en noir et blanc de la très belle Cléo de Mérode, l’ouvrage parle d’emblée de luxe, d'élégance, de féminité…

Un livre tout entier dédié aux femmes que l’on nommait dans le meilleur des cas «demi-mondaines» («une demi-mondaine est une femme qui se donne à un homme sur deux» - Sacha Guitry), ou encore «cocottes», ces petites sœurs de l’Odette de la Recherche, qui avaient fait de la séduction leur métier et occupèrent de façon plus ou moins durable le haut du pavé parisien à une époque - la Belle ! - où Paris était encore capitale internationale. Leur période de gloire commence avec la «fête impériale», sous Napoléon III on les nommait alors «biches» ou «lionnes» : Hortense Schneider, La Païva, la comtesse de Castiglione mènent grand train de courtisanes enviées et en vue.

Avant d’entrer dans le texte, on plonge dans les images. Catherine Guigon a rassemblé une iconographie abondante et bien choisie qui présente ces dames, toutes superbes et d’une beauté qui souvent s’impose encore aujourd’hui, alors que notre regard et nos codes esthétiques ont évolué depuis 1900… Recueil de belles photographies, en noir et blanc ou colorisées, mais aussi de dessins, caricatures, affiches, sur scène ou en privé, qui les montrent habillées… plus ou moins !

Venues dans de nombreux cas de milieux modestes ou pauvres, elles sont les artisanes de leur réussite spectaculaire, qui démarre souvent sur une scène de théâtre ou de ballet. Elles profitent pleinement du renouvellement des salles de spectacle, des revues, du joyeux Montmartre. Femmes «entretenues», elles gèrent leur carrière avec efficacité et sans scrupule. Elles lancent les lieux à la mode, sont aimées des rois, collectionnent les riches amants, accumulent les bijoux, paradent dans leurs hôtels particuliers pour des journalistes avides de sensationnel. Elles savent se mettre en valeur, sont rivales et sans pitié entre elles. Plaire est une occupation à plein temps et leur métier ; elles s’y consacrent entièrement, soucieuses de leurs toilettes, présentes partout où il faut être : bois de Boulogne, hippodromes, patinoires, sans oublier les cafés et restaurants étapes obligées de «la tournée des grands ducs», au premier rang desquels Maxim’s ; Riviera l’hiver, Paris en saison... Elles sont très modernes dans leur façon de saisir l’occasion, de faire l’actualité. Conscientes de leur image, intelligentes, elles ont souvent écrit leurs mémoires et construit leur légende de leur vivant : on n’est jamais si bien servi que par soi-même. Femmes à hommes, elles n’en apprécient pas moins les femmes et Catherine Guigon consacre un chapitre à leurs amours saphiques : ''Du côté de Lesbos''.

Un jour pourtant ces dames vieillissent, et le dernier chapitre intitulé «Des fins édifiantes» est émouvant, illustré entre autres par deux belles photos de Cléo de Mérode et de la belle Otero très âgées, mais encore séduisantes, chacune à sa façon. Face à l’adversité qui a souvent marqué la seconde partie de leur vie, elles ont montré du panache. Mata Hari refuse de se laisser bander les yeux face au poteau d’exécution : «N’ayez pas peur. Je sais comment mourir». Certaines meurent dans la misère, telle Emilienne d’Alençon, d’autres dans la piété, c’est le cas de Liane de Pougy, devenue tertiaire de l’ordre de saint Dominique. Ruinée par les fonds russes et par le jeu, la belle Otero s’éteint à 97 ans à Nice, en 1965, aidée par l’association La Roue tourne, fondée en 1957 pour soutenir les artistes dans le besoin. Cléo de Mérode vit difficilement à Paris où elle meurt à 96 ans.

Cléo de Mérode, la belle Otero, Emilienne d’Alençon, Liane de Pougy, et tant d’autres : Catherine Guigon campe ces personnalités étonnantes dans un texte bien documenté, qui accumule les anecdotes. Elles ont scandalisé mais aussi fait rêver la société de leur époque comme elles nous font rêver encore aujourd’hui lorsque Catherine Guigon, pleinement sous leur charme, les fait revivre d’une plume alerte.

Un beau livre plaisant sur un aspect séduisant de l’histoire parisienne…


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 06/11/2012 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd