L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 14 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

L'''étalon indépassable''
Marion Fontaine   Frédéric Monier   Christophe Prochasson    Collectif   Une contre-histoire de la IIIe République
La Découverte - Cahiers libres 2013 /  26,50 € - 173.58 ffr. / 401 pages
ISBN : 978-2-7071-7423-9
FORMAT : 15,7 cm × 24,2 cm
Imprimer

Républicain : les Républicains ne sont pas tous voleurs, mais les voleurs sont tous républicains». Comme le rappellent d’emblée les auteurs d'Une contre-histoire de la IIIe République, récemment parue aux éditions La Découverte, c’est ainsi que Gustave Flaubert définissait les Républicains dans son Dictionnaire des idées reçues. Naturellement, cette «définition» est déphasée et ne correspond plus à notre époque. Aujourd’hui, d’aucuns proposeraient une autre approche, proche de celle-ci : «Républicain : Les valeurs républicaines. Bases de la société française. Les défendre quand on les attaque».

Ces dernières années, a eu lieu une véritable «course à la République» : de plus en plus d’hommes politiques se sont de plus en plus vigoureusement réclamés des principes et valeurs fondateurs du régime politique français pour justifier à peu près tout, les thèmes défendus par la classe politique allant de la sécurité à la méritocratie, en passant notamment par la morale ou l’intégration. Le patrimoine républicain n’est plus l’apanage exclusif de la gauche, puisque tous les partis politiques s’en revendiquent, ce qui tend à dénoter l’extrême ouverture du corpus républicain, ou plutôt sa volatilité…

Lorsqu’il est question des valeurs républicaines, il s’agirait en réalité de celles de la IIIe République. Ce qui revient à faire bon marché de la continuité qui relie la République de Léon Gambetta et Jules Ferry à l’expérience révolutionnaire, la valse des systèmes de gouvernement s’opérant depuis 1789 dissimulant en fait la marche progressive – difficile, mais consciente - vers une démocratie sans cesse plus exigeante et perfectionnée. Telle était en tout cas la présentation qu’en faisait, autrefois, le professeur Georges Burdeau. La IIIe République était tributaire des évolutions politiques qui débutèrent avec la Révolution française.

Cette référence constante et enthousiaste à l’expérience de la IIIe République irait de pair avec une excessive idéalisation de cette dernière. Né de la défaite face à l’Allemagne, le régime de la IIIe République ferait en effet office d’«étalon indépassable», de modèle, à propos d’un grand nombre d’institutions, telles que l’école, l’armée et l’assemblée nationale, et d’idées désormais incontournables, telles que par exemple l’égalité, la laïcité, le vivre-ensemble ou la démocratie parlementaire. Toutefois, le mythe ainsi qu’une certaine méconnaissance du fonctionnement de la IIIe République affleureraient derrière cette présentation probablement trop idyllique.

Soucieux de se défaire du «halo émotif» nimbant l’expérience de la IIIe République, les auteurs de cette Contre-histoire ont entendu nuancer l’héritage de ce régime vaincu en 1940, prendre leurs distances et donc d’une certaine façon rétablir la vérité. Cet âge d’or n’en serait probablement pas un, loin s’en faut. L’objectif des auteurs est de s’attaquer aux idées reçues, sans pour autant «remplacer une essence par une autre, l’hagiographie par le pamphlet, la légende dorée par la légende noire». Pour ce faire, des historiens reconnus ont traité des thèmes comme les pratiques du pouvoir, la régulation sociale, la question de l’exclusion ainsi que l’élaboration d’une légitimité, la fabrique des normes et les processus de républicanisation du pays.

Bref, un ouvrage d’excellente facture tendant à déconstruire les poncifs sur la IIIe République. A lire !


Jean-Paul Fourmont
( Mis en ligne le 02/04/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Grands discours parlementaires de la IIIe République
       de Jean Garrigues
  • Gambetta - Le commis-voyageur de la République
       de Jean-Philippe Dumas
  • La République imaginée (1870-1914)
       de Vincent Duclert
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd