L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 13 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

Commémorons, commémorons (il en restera toujours quelque chose !)
Maurice Vaïsse    collectif   L'entente cordiale de Fachoda à la Grande Guerre
Complexe 2004 /  24.90 € - 163.1 ffr. / 141 pages
ISBN : 2-8048-0006-7
FORMAT : 21x21 cm

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est maître de conférences à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.
Imprimer

Les commémorations sont souvent l’occasion, pour les éditeurs et les historiens, de publier des ouvrages d’actualité tout en exhumant une figure, un événement un peu oublié ou considéré avec indifférence. Ainsi en est-il de l’Entente cordiale, expression devenue récurrente dans le discours diplomatique, synonyme de rapprochement entre deux nations autant qu’entre deux Etats. Le centenaire de ce grand traité, et les diverses célébrations (colloques, visites officielles…) consécutives, invitent à se pencher sur un événement qui fut, en son temps, un véritable coup de tonnerre dans le ciel des chancelleries et de peuples européens, prémices du grand conflit de 1914-1918. C’est là le sens de cette Entente cordiale de Fachoda à la Grande Guerre, qui, sous la plume d’une éminente équipe d’historiens (Maurice Vaïsse, Robert Frank, Paul Vallet…) et d’archivistes du Quai d’Orsay, résume ces années de réconciliation sur le mode symbolique et spectaculaire.

Car l’ouvrage démarre sur une dispute, celle de Fachoda, en 1898 : pour saisir l’ampleur du bouleversement provoqué par l’accord de 1904, il fallait en passer par les désaccords et les tensions qui, au début du siècle, s’accumulaient. A vaincre sans périls… L’Afrique est alors le théâtre d’une montée des tensions entre Paris et Londres, deux puissances coloniales fermement décidées à s’imposer sur le continent. Si la France doit, à cette occasion, se retirer au risque d’un conflit, elle n’en conserve pas moins de rancœur et les difficultés anglaises en Afrique du Sud lors de la guerre des Boers excitent ses moqueries. La presse parisienne satirique s’en donne alors à cœur joie, tandis que les journaux plus sérieux dénoncent les camps de concentration mis en place par l’envahisseur anglais. Il fallait dans un tel climat une puissante volonté pou ramener la sérénité entre les deux nations. C’est plutôt un choeur de volonté qui s’organise, tant en Angleterre qu’en France. A Londres, le nouveau roi , Edouard VII, est un francophile déterminé qui trouve dans son ministre, Lansdowne, un instrument précieux et convaincu de la nécessité d’un apaisement. A Paris, le ministre Delcassé, qui opère alors un vaste remaniement diplomatique, conseillé par l’ambassadeur Cambon, songe lui aussi à une entente anglaise. Il est temps de réunir les bonnes volontés. La diplomatie fait son œuvre et le 8 avril 1904, les deux puissances s’accordent sur leurs ambitions respectives (Egypte et Maroc), mais, plus largement, s’engagent dans une entente qui, sans être formelle, n’en sera pas moins solide, rythmée par divers événements symboliques. On constate en effet, à la lecture de ce bel album, l’importance d’une diplomatie spectaculaire, qui sait s’appuyer sur des événements symboliques (exposition commune, traversée de la Manche en avion, visites officielles, projet de tunnel sous la Manche…). Il n’en fallait pas moins pour abolir les préventions, de part et d’autres du Channel.

L’ouvrage dirigé par le professeur Maurice Vaïsse, de l’IEP de Paris, à mi-chemin entre le catalogue d’une exposition – virtuelle – sur les relations franco-anglaises et la monographie historique, est déjà d’un abord plaisant et se laisse feuilleter. Les amateurs d’histoire se réjouiront d’une présentation qui, alternant les documents d’archives et les courts articles scientifiques (une page, toujours très pédagogique), permet de saisir les enjeux et les ressorts d’un traité plus complexe qu’une simple poignée de mains. Une chronologie des relations franco-anglaises, ainsi qu’une bonne bibliographie, viennent ponctuer un ouvrage qui est plus que de circonstance. Le quai d’Orsay, qui patronne la publication, a fourni des documents issus de ses fonds, documents variés (dépêches diplomatiques, extraits de journaux, photographies et portraits crayonnés, programmes officiels…) et instructifs. Un ensemble de cartes issues du même fonds et fort pédagogiques, permettent de mesurer les enjeux territoriaux et coloniaux qui se précisent derrière cette réconciliation. Le spécialiste notera sans doute l’absence d’articles portant sur des décisions plus concrètes (comme l’accord naval de 1912) : la concorde ne se nourrit pas seulement de gloire et de symboles. Au final, il s’agit d’un bon exemple d’une collaboration entre historiens et archivistes, au service d’un traité finalement un peu oublié, et dont seule la bonne volonté commune est demeurée.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 19/05/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Coulisses de l'Entente cordiale
       de Christine Geoffroy
  • Edouard VII
       de Antoine d' Arjuzon
  • La Guerre au XXe siècle
       de Jean-Louis Dufour , Maurice Vaïsse
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd