L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 16 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

Confessions d’un cinéphile
Michel Jacquet   Travelling sur les années noires - L'occupation vue par le cinéma français depuis 1945
Alvik éditions 2004 /  19 € - 124.45 ffr. / 141 pages
ISBN : 2-914833-20-2
FORMAT : 12x21 cm

L'auteur du compte rendu : Raphaël Muller, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, est allocataire-moniteur en histoire contemporaine à l'université de Paris I.
Imprimer

Voici un bien étrange ouvrage, que viennent de publier les éditions Alvik. Travelling sur les années noires n’est pas un livre d’histoire, à savoir une tentative patiente et méthodique pour conceptualiser, dans leur complexité, les rapports entretenus par le champ cinématographique, dans son ensemble, avec la France de l’Occupation. Il s’agit plutôt d’un récit, et plus précisément d’un emboîtement de récits.

Récits innombrables tout d’abord : Michel Jaquet prend en effet le parti de nous raconter – tel est bien le mot juste - les films qui lui plaisent, qui le touchent. D’une à deux pages chacun, ces propos s’assemblent pour composer un autre récit, plus ample, celui de soixante années de fascination cinématographique pour cette période troublée de l’histoire de France. Sur le mode anecdotique (le premier chapitre s’intitule «Mes dimanches soir avec Bourvil»), l’auteur décrit et raconte plus qu’il n’analyse, faisant la part belle aux jugements de valeur. Le Corbeau est de la sorte un «film génial inspiré d’un fait divers réel», le «happy-end» du Retour de Louis est «plus ou moins convainquant», et Le Caporal épinglé, un «superbe roman de Jacques Perret». L’auteur en profite pour régler au passage quelques comptes personnels, pourtant bien éloignés du propos. Il est ainsi question de «la ‘’tontonmania’’ plus ou moins spontanée qui commençait à sévir chez les jeunes», dans les années 80…

Certaines formulations posent vraiment problème : lorsqu’il évoque le personnage joué par Gérard Jugnot («acteur assez «cru», issu du café-théâtre et voué aux personnages de français «très moyens» - râleurs impénitents et éternels insatisfaits») dans Monsieur Batignole, Michel Jacquet note qu’«un certain nombre de péripéties montrent alors de quoi peut être capable un type des plus ordinaires, commerçant sans relief particulier, lorsqu’il choisit de mener un juste combat». Or un film ne montre rien et ne peut surtout pas servir de clé explicative pour comprendre la sinuosité des chemins de l’engagement ou du non-engagement entre 1940 et 1944.

En revanche, il peut s’avérer passionnant de tenter de comprendre pourquoi une société donnée, à un moment précis, représente sa propre histoire de telle ou telle manière, et surtout tenter de comprendre pourquoi cette représentation du passé évolue. Cette problématique, brillamment traitée par Sylvie Lindeperg dans Les Ecrans de l’ombre ou par Henry Rousso dans Le Syndrome de Vichy, est bien entendu présente dans l’ouvrage de Michel Jacquet, elle affleure de temps à autre, mais demeure le plus souvent implicite, recouverte par le flot anecdotique du récit.

Il ne s’agit en aucun cas de reprocher à l’auteur de ne pas s’être attelé à l’examen de cette problématique. D’ailleurs, il faut lui savoir gré de délimiter très précisément le cadre de son propos : «on aura bien compris que c’est l’admiration qui a guidé cette balade sur pellicule, avant toute autre considération. Il ne pouvait donc être question, sous prétexte d’objectivité, de se livrer à un nivellement qui put être perçu comme une profanation des «objets du culte»». On a bien compris, effectivement, qu’il s’agit des confessions d’un cinéphile qui ne cherche pas à faire œuvre d’historien, mais pourquoi avoir attendu la conclusion pour préciser la nature du projet, qui aurait gagné à être défini dès les premières lignes ?

Confessions donc d’un cinéphile qui n’hésite pas à avouer sa «vénération» pour Le Vieil homme et l’enfant et qui, comme dans une cérémonie de remise de prix, prend le soin de préciser, à la toute fin de l’ouvrage : «Nous saluerons donc les acteurs avec tous les égards qui leur sont dus, puisque c’est à eux que s’accrochent le plus solidement nos représentations personnelles. Plus encore qu’à des scènes, c’est à des visages qu’est arrimée la conscience que nous avons de certaines époques. Les acteurs sont les intermédiaires vivants d’une réalité recomposée qui leur doit sa crédibilité et son pouvoir émotionnel. Grâce à eux, le cinéma a recréé l’Histoire d’une façon beaucoup plus convaincante que ne le feront jamais les manuels scolaires». Les acteurs apprécieront sans doute le compliment, mais précisons tout de même que le projet des historiens n’est pas de recréer l’histoire.

Travelling sur les années noires est en fait un bon guide pratique pour celui qui voudrait regarder un film sur la France de cette épouqe troublée ou de l’immédiat après-guerre, et qui ne saurait lequel choisir. Dommage toutefois que l’auteur ait pris le parti de raconter également le dénouement des films qu’il évoque…


Raphaël Muller
( Mis en ligne le 07/11/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L'Historien et le film
       de Vincent Guigueno , Christian Delage
  • La Photographie d'actualité et de propagande
       de Françoise Denoyelle
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd