L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 12 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

Cronstadt : la nécessité tragique des bolcheviks
Jean-Jacques Marie   Cronstadt
Fayard 2005 /  23 € - 150.65 ffr. / 481 pages
ISBN : 2-213-62605-7
FORMAT : 14,0cm x 21,5cm

L’auteur du compte rendu : Ludivine Bantigny est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Rouen.
Imprimer

la quasi-unanimit, le 1er mars 1921, quelque 15 000 marins et soldats de Cronstadt votent une rsolution qui brave le gouvernement du Conseil des commissaires du peuple. Leur insurrection, qui dure deux semaines et est finalement rprime militairement par le gouvernement bolchevik, na cess depuis dalimenter les interprtations les plus diverses : du complot monarchiste la rvolte anarchiste. En spcialiste de lhistoire sovitique, Jean-Jacques Marie a dcid de revisiter Cronstadt.

Mme si ce statut ne figure pas dans sa prsentation biographique, on sait que J.-J. Marie dirige le Centre dtudes et de recherches des mouvements trotskistes et rvolutionnaires internationaux (CERMTRI). Si lauteur accomplit son travail dhistorien en toute objectivit, la tonalit gnrale de louvrage indique la faveur quil accorde aux dcisions des bolcheviks. Il faut rappeler que Cronstadt est une des pierres dachoppement dans toute discussion entre trotskistes et anarchistes : le prsent ouvrage sinscrit par l mme aussi en rupture avec lhistoriographie sur le sujet. En effet, parmi les ouvrages qui lui avaient dj t consacrs, on compte en particulier ceux des historiens Paul Avrich (La Tragdie de Cronstadt 1921, [1970], Seuil, 1975) et Henri Arvon (La Rvolte de Cronstadt, Complexe, 1980) ; leur inclination, en raison de leurs sympathies anarchistes, allait aux insurgs. Mais aucun navait pu consulter les archives sovitiques. Au contraire, J.-J. marie a profit de leur ouverture, qui a suivi la rhabilitation des Cronstadtiens par Boris Eltsine en 1994. On aurait dailleurs aim que ces archives, composes entre autres de rapports de la Tcheka, soient plus rigoureusement prsentes. On peut aussi dplorer la curieuse absence de bibliographie en fin de volume.

Le fruit de cette recherche est un livre dense et parfois touffu dans sa profusion de dtails. Mais sans doute fallait-il bien cela pour rompre des lances avec les mythologies que ne manqua pas dengendrer Cronstadt. Cela conduit dailleurs Jean-Jacques Marie se poser en contradicteur. Il croise le fer tant avec des auteurs staliniens comme Sergue Semanov quavec des historiens hostiles au lninisme comme Nicolas Werth. La conclusion du livre gratigne mme la Ligue communiste rvolutionnaire : en cause, un article paru en mars 2001 dans Rouge, lhebdomadaire de la LCR, intitul Le mythe de la tragique ncessit锻 et stigmatisant la politique des bolcheviks au cours de cette priode.

Une tragique ncessit : la formule est de Trotsky. Elle indique quaux yeux des bolcheviks, le gouvernement navait pas le choix : aprs avoir accord un dlai dune semaine aux insurgs, il lui fallait les battre militairement, car le risque politique tait selon eux trop important. La rbellion, rcupre par les blancs, pouvait tre la brche par laquelle les ennemis de la rvolution attaqueraient tout ldifice dOctobre. Certains documents montrent, de fait, que les Russes blancs sattendaient une rvolte et rclamaient de laide aux gouvernements occidentaux pour la soutenir afin de renverser le rgime sovitique. Cet enjeu idologique se doublait dun problme directement militaire : Cronstadt se situe sur lle de Kotiline, une trentaine de kilomtres louest de Petrograd ; en cette fin dhiver, la fonte des glaces risquait dempcher les troupes de lArme rouge de marcher sur la citadelle ; en revanche, elle pouvait favoriser larrive de bateaux, dhommes et darmes en provenance des pays ennemis. Pour les bolcheviks, il fallait donc faire vite.

Parmi les mythes que J.-J. Marie contribue briser figure celui dune continuit entre les Cronstadt de 1905, de 1917 et de 1921. Si la vigueur rvolutionnaire des marins ne sest jamais dmentie entre la premire rvolution russe et Octobre, il est dsormais tabli que les Cronstadtiens de 1921 nont plus rien voir avec lavant-garde de 1917 : les marins ne sont tout simplement plus les mmes. En raison prcisment de leurs qualits rvolutionnaires et de leurs vertus combatives, les soldats de Cronstadt ont t envoys sur tous les fronts de la guerre civile ; beaucoup y ont pri. En 1921, ces marins sont principalement des paysans, en grande majorit originaires dUkraine ( forte tradition anti-bolchevik). Or, durant les mois prcdents, la Russie a t traverse par de grandes rvoltes paysannes, dont celle mene par lanarchiste Makhno en Ukraine, contre le communisme de guerre et son cortge de rquisitions impos par les bolcheviks.

Parmi les revendications des matelots figurent la libert de parole et de runion, la libration des paysans politiques, labolition des rquisitions et la pleine libert daction des paysans sur leurs terres. Ce dernier mot dordre apparat aux yeux de Lnine comme le plus dangereux : selon lui, il signifie, terme, le rtablissement du capitalisme. Pourtant, alors mme que linsurrection est son fate, le Xe Congrs du Parti adopte la libralisation partielle du commerce pour les paysans : cest le lancement de la NEP (Nouvelle politique conomique). Lune des revendications essentielles des insurgs est ainsi satisfaite. Demeurent leurs aspirations proprement politiques qui, quant elles, restent en suspens.

Jean-Jacques Marie parvient restituer latmosphre de la Russie dalors : les squelles de la guerre civile, un pays aux abois en raison de la prcarit de son conomie, les privations dues au communisme de guerre, les grves ouvrires Moscou et Petrograd, la situation du parti o ont afflu bon nombre dadhrents post-rvolutionnaires, la propagande employe dans chaque camp. Il dcrit aussi prcisment la duret des combats et tablit un bilan des pertes de lArme rouge Cronstadt (1 600 soldats et officiers tus), en rejetant les chiffres des rapports policiers et militaires, bien trop optimistes daprs lui. J.-J. Marie montre enfin que la rpression fut expditive et parfois incohrente dans ses diffrences de traitement. Au total, sur 6 528 insurgs arrts, 2 168 ont t fusills, 1 272 librs et 1 955 condamns des peines de travaux forcs.

Cronstadt occupe une place importante dans lhistoire sovitique, car beaucoup y ont vu les prmisses dune dgnrescence bureaucratique et totalitaire. Lnine lui-mme tait conscient de cette importance, lui qui assurait : Les vnements de Cronstadt sont un clair qui a illumin la ralit plus vivement que tout. Louvrage de Jean-Jacques Marie permet de sen faire une ide objective, afin que chaque lecteur puisse, selon ses opinions et engagements, en juger politiquement.


Ludivine Bantigny
( Mis en ligne le 26/09/2006 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Lénine
       de Jean-Jacques Marie
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd