L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 22 juin 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

Au cœur des ambivalences de la Restauration
Emmanuel de Waresquiel   Un groupe d'hommes considérables - Les pairs de France et la Chambre des pairs héréditaire de la Restauration (1814-1831)
Fayard 2006 /  32 € - 209.6 ffr. / 502 pages
ISBN : 2-213-62839-4
FORMAT : 15,0cm x 23,5cm

L'auteur du compte rendu : Agrégé, Pierre Triomphe vient de soutenir une thèse sur «Les mises en scène du passé au Palais-Bourbon (1815-1848). Aux origines d’une mémoire nationale». Il a publié L’Europe de François Guizot (Privat, 2002).
Imprimer

Après avoir publié en 2005 son habilitation de recherche, L’Histoire à rebrousse-poil, Emmanuel de Waresquiel nous livre dans cet ouvrage une version remaniée de sa thèse, soutenue en 1996.

Un groupe d’hommes considérables, Les pairs de France et la Chambre des pairs héréditaires de la Restauration, 1814-1831 se consacre à la seule Chambre haute de notre histoire contemporaine fondée sur l’hérédité. L’ouvrage s’appuie sur les nombreux Mémoires et récits laissés par les pairs, sur le dépouillement de débats et fonds d’archives divers, parfois inédits. La réflexion de l’auteur, qui a consacré des travaux à deux pairs éminents, le duc de Richelieu et Talleyrand, s’enrichit de références aux ouvrages récents relatifs à l’histoire des institutions et des représentations politiques au cours de cette période, notamment les œuvres de P. Rosanvallon et M. Gauchet. Ce spécialiste reconnu de la Restauration, coauteur avec Benoît Yvert du manuel de référence sur la période, vise à réhabiliter une assemblée, souvent délaissée par les spécialistes de l’histoire politique, notamment à cause de sa totale inconsistance lors de la révolution de Juillet.

En outre, la condamnation à mort du maréchal Ney a associé l’image des pairs à la mémoire noire de la «terreur blanche». L’ouvrage d’E. de Waresquiel met en évidence l’ampleur des enjeux liés à la constitution et à la composition de la pairie, élément central du dispositif institutionnel de la Restauration. Il se révèle aussi d’un grand intérêt pour toute étude des pratiques parlementaires en France, dont les origines remontent à la monarchie représentative, comme l’a récemment montré A. Laquièze. Les mécomptes de la pairie sont particulièrement révélateurs : la publicité très restreinte des débats, la méfiance envers les clivages politiques dominants attestée par un positionnement en séance qui ne répond à aucune logique partisane permettent ainsi de mettre en perspective des interprétations souvent focalisées sur le Palais-Bourbon. E. de Waresquiel souligne aussi à juste titre la qualité des débats qui se sont tenus au Luxembourg de 1814 à 1830.

L’ouvrage suit un plan chronologique. Après un rapide parcours des débats sur le bicamérisme depuis 1789, il en vient à la Charte de 1814, qui crée la Chambre des pairs sur les débris du Sénat impérial. Dès l’origine, son rôle pluriel reflète les ambivalences de la Restauration. Emanation de la couronne, qui en nomme librement et à volonté les membres, elle se veut également un instrument de compromis politique et social entre les deux France. En effet, ses rôles législatif, équivalent en principe à celui du Palais-Bourbon, et judiciaire en font un acteur politique essentiel, alors que sa composition reflète la volonté d’en faire le sommet d’une pyramide sociale à recréer après la Révolution. Jusqu’en 1820, et malgré les contrecoups des Cent-Jours, la Chambre apparaît comme «l’institution par excellence de la fusion des anciennes et des nouvelles élites», issues de l’Ancien Régime ou de l’ère révolutionnaire.

Ainsi, les premiers pairs de 1814 sont issus en nombre presque égal de la noblesse d’Ancien Régime et du Sénat impérial. Après la réaction engendrée par l’assassinat du duc de Berry, principalement sous le ministère Villèle, les nouveaux pairs sont essentiellement tirés de la noblesse provinciale fortunée et ultra, ce qui constitue l’élément-clé de la déconsidération de cette Chambre dans l’opinion publique selon l’auteur. C’est pourtant par leur opposition à ce même ministère, en faisant échouer le rétablissement du droit d’aînesse ou le durcissement du régime de la presse, que les pairs connurent brièvement une certaine popularité, et contribuèrent par là même à l’échec et à la chute de ce ministère en 1827.

Cet épisode excepté, le rôle politique de la Chambre haute peut apparaître secondaire, même si les analyses d’E. de Waresquiel laissent parfois entendre le contraire. Les velléités des pairs de s’opposer au ministère en place s’achèvent, en 1827 comme en 1819, par la nomination d’une fournée de pairs qui ramène la Chambre à plus de circonspection. Dans l’ensemble, l’assemblée se caractérise donc par un conservatisme, anti-révolutionnaire mais modéré, qui ne la prédispose guère à l’action lors de la crise ouverte par la formation du ministère Polignac. Son effacement de la scène politique est accentué par la révolution de Juillet et ses suites, avec la suppression de l’hérédité de la pairie en 1831, ce qui ne fait que la rendre plus dépendante du trône, et traduit l’échec de ce groupe d’hommes considérables, comme Chateaubriand, Decazes, Molé, Pasquier, Talleyrand… à se constituer en corps politique influent.

Agrémenté d’une iconographie originale, plus de deux cents portraits de pairs dessinés par le comte de Noé, l’ouvrage se termine par de riches annexes, qui comprennent un index et une bibliographie fournie, et surtout un dictionnaire de tous les pairs de la Restauration.


Pierre Triomphe
( Mis en ligne le 11/01/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L'Histoire à rebrousse-poil
       de Emmanuel de Waresquiel
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd