L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 21 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Temps Présent  
 

Éduquer et punir
Emmanuel Droit   La Stasi à l'école - Surveiller pour éduquer en RDA (1950-1989)
Nouveau monde 2009 /  21 € - 137.55 ffr. / 242 pages
ISBN : 978-2-84736-471-2
FORMAT : 14cm x 22,5cm

L'auteur du compte rendu : Gilles Ferragu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.
Imprimer

C’est une figure classique du totalitarisme : l’emprise sur la jeunesse, première étape dans la confection de cet «homme nouveau» (socialiste, fasciste, communiste…) qui est au cœur du projet totalitaire. Dans les faits, cela donne un encadrement de la jeunesse par des structures partisanes, mais cela suppose également – sur le plan scolaire – une forme de contrôle : la capacité d’un État à «politiser» l’espace scolaire et l’enfance fait donc partie de l’attirail des dictateurs. Du reste, la figure de l’enfant dénonçant ses parents est un classique de cette forme d’aliénation. A cet égard, la RDA aura, sous l’emprise soviétique, largement développé les divers moyens de cette ambition et c’est tout l’intérêt de l’ouvrage bien pensé et bien écrit d’Emmanuel Droit, que de s’attaquer à cet aspect plus spécifique de la Stasi, en marge du renseignement, mais fondamental pour la vie des Allemands de l’Est.

La Stasi fait partie des fantômes de la Guerre froide : elle naît sous la forme d’un «commissariat 5», contrôlé par les Soviétiques dans leur zone, et - en parallèle à l’organisation Gehlen – s’impose peu à peu comme un acteur de premier rang dans la guerre de l’ombre… mais ce n’est pas cette Stasi-là qui est au cœur de l’ouvrage : c’est plutôt la police politique, immense, invisible, omniprésente, omnisciente… Dès l’introduction, Emmanuel Droit défend un point de vue original : la Stasi est ici perçue non comme une émanation de «l’Etat au secret», mais comme une institution publique. L’enjeu de cet ouvrage n’est pas de faire l’histoire d’un service secret en charge du renseignement, mais plutôt l’histoire d’une police politique puissante, qui, de 1949 à 1989, aura constitué un outil de surveillance… Une illustration parfaite de cette terreur totalitaire d’autant plus prégnante que la société est – au bout de quelques années de répression - sous contrôle. La traque d’un hypothétique ennemi intérieur justifie tout.

Pour analyser son objet, l’historien a recours à la comparaison, tant avec des polices politiques contemporaines au sein du bloc socialiste (le cas hongrois notamment) qu’avec la Gestapo : cette dernière comparaison est d’autant plus éclairante que la jeunesse scrutée par la Stasi dans les années 50 appartient à une génération qui a connu le nazisme et qui s’est trouvée impliquée – de gré ou de force – dans les jeunesses hitlériennes. Autre mode d’analyse, les «affaires» et autres cas particuliers – autant d’anecdotes édifiantes où de jeunes (voire très jeunes) «opposants à la politique soviétique» font connaissance avec la bureaucratie de la Stasi. Serait-ce alors l’indice d’une société allemande finalement rétive au socialisme, corsetée par un système et ses nervis ? L’enjeu de l’ouvrage est ailleurs. La thèse de l’auteur est que les archives de la Stasi ne révèlent pas la réalité de la société est-allemande, mais bien la réalité des représentations que s’en faisait la Stasi. Autrement dit, les archives de la Stasi ne parleraient que de la Stasi… mais elles sont justement très loquaces.

Définissant des époques – et des générations est-allemandes – diverses, E. Droit montre les approches variées et évolutives de la Stasi, ses stratégies et leurs enjeux, depuis la répression initiale (face à une société allemande qui sort du conflit et n’est pas forcément prête à se soumettre au diktat soviétique : les militants du parti communiste sont minoritaires, mais les institutions politiques travaillent pour eux) jusqu’à la surveillance finale. Une surveillance censée être d’autant plus efficace qu’elle est invisible : le principe du panoptique appliqué à une société entière, dont chaque membre est le suspect d’un autre… Mais Emmanuel Droit montre bien que cette surveillance finit par s’intégrer à la vie quotidienne et être intériorisée. La Stasi se meut alors en un acteur de l’éducation socialiste, évoluant entre ses diverses attributions. Une troisième partie, consacrée à la trace mémorielle de la Stasi, replace cette institution et cette mission spécifique (la formation et l’aliénation de la jeunesse) dans la perspective plus large de l’histoire allemande.

Maître de conférences à l’université de Rennes II, Emmanuel Droit est un bon connaisseur des affaires allemandes, en particulier de la défunte RDA. Après un premier ouvrage, publié au PUR, sur l’éducation socialiste en RDA, on peut considérer que cet ouvrage au sujet connexe explore un pan inattendu de cette éducation et de ce projet totalitaire. Toutefois, le choix d’une problématique plutôt centrée sur la Stasi, et l’optique même de l’ouvrage – donner à voir moins la société est-allemande que sa police politique – donne à ce volume une réelle cohérence. Le style est clair, très pédagogique et l’ouvrage fourmille de questions et de pistes de réflexions : une contribution importante à l’histoire de la RDA, et plus largement, à la question de la jeunesse en dictature.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 15/12/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd