L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 8 décembre 2021
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Histoire Générale  
 

Un sentiment à travers les âges
Jean Claude Bologne   Pudeurs féminines - Voilées, dévoilées, révélées
Seuil - L'univers historique 2010 /  22 € - 144.1 ffr. / 391 pages
ISBN : 978-2-02-097990-0
FORMAT : 15,4cm x 24cm

L'auteur du compte rendu : Docteur en sociologie, diplômé de l’Institut d’Etudes politiques de Paris et de la Sorbonne (maîtrise de philosophie), chercheur associé au Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe de l'Université de Strasbourg, Christophe Colera est l'auteur, entre autre, aux Éditions du Cygne, de La Nudité, pratiques et significations (2009).
Imprimer

Auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire des mœurs et notamment, en 1986, d’une Histoire de la pudeur, qui a inspiré une génération de chercheurs, d’étudiants et de curieux dans ce domaine, Jean Claude Bologne propose cette année, vingt-cinq ans plus tard, un complément à ce travail. Il justifie ce choix par la nécessité d’affiner les concepts et les conclusions de son ancien livre, d’intégrer les résultats de la recherche récente, et de mieux étudier le sentiment de pudeur, pas seulement le comportement, en s’intéressant plus particulièrement aux femmes.

Sur le plan des concepts, l’ouvrage de 1986 en comprenait déjà beaucoup. Après une étude thématique (la pudeur au lit, au théâtre, etc.), la conclusion attribuait à chaque époque un type de pudeur : pudeur sacrée dans l’Antiquité, pudeur religieuse au Moyen Âge, pudeur conventionnelle à la Renaissance, pudeur sociale au XVIIe siècle. Le livre de 2010 fait de même et attribue de nouvelles catégories à chaque époque : pudeur naturelle antique, pudeur théologique médiévale, pudeur naturelle à l’époque classique.

On trouvera dans ce dernier livre des développements nouveaux et très utiles pour éclairer le débat contemporain sur le thème du voile (en remontant à Rome, au Moyen-Âge, dans le monde musulman, juif, chrétien) qui en précisent le statut social et théologique. Beaucoup de subtilités des controverse oubliées sont restituées, qui permettent de mieux comprendre non seulement l’époque considérée, mais aussi celles qui la suivront. Ainsi, lorsque Bologne insiste sur le fait que la nature peccamineuse attachée aux parties génitales dans la chrétienté médiévale est presque entièrement liée à leur propension à désobéir à la conscience, non seulement il instruit le lecteur sur le Moyen-Âge, mais encore il lui permet de comprendre les considérations de Montaigne sur l’imprévisibilité de l’érection masculine, que l’on pourrait croire, de prime abord mais à tort, propres aux problématiques de la Renaissance.

Le côté récurrent des thématiques, d’un siècle à l’autre – avec des inflexions liées aux représentations de chaque génération –, est bien rendu par l’approche historique sur une longue période : ainsi sur la question de la naturalité de la pudeur ou celle de l’appréhension de la pudeur tantôt comme une source d’excitation, tantôt comme un moyen de réprimer le désir. En même temps, il ne s’agit jamais d’un «éternel retour du même». A mesure que l’humanité tisse (en Europe occidentale) un arrière-plan rationaliste, les interrogations se déplacent pour ainsi dire du divin vers les organes.

On recommandera particulièrement les pages que Bologne consacre au moment (au XIXe siècle) où le problème de la naturalité de la pudeur est mis en perspective avec celui de la fécondité humaine. L’historien ne le mentionne pas, mais il y a là une étonnante préfiguration d’interrogations qui ont cours aujourd’hui dans le monde anglo-saxon. Évidemment, le risque – inhérent à la réduction des problèmes humains à de successions narratives toujours sources de relativisme –, serait alors de ne voir dans les débats néodarwiniens contemporains qu’une répétition d’une mode d’il y a cent-trente ans. Il faudra se garder de trop suivre cette pente.

D’une manière générale, en ce qui concerne le XIXe siècle, le lecteur trouvera sous la plume de J.C. Bologne un long chapitre très complet et très suggestif qui exploite divers traités de l’époque aussi bien que des analyses récentes (notamment de Marcela Iacub) et offre un panorama très riche des rapports à la nudité dans les divers domaines du droit, des beaux-arts, de la médecine. Pour le siècle suivant, l’auteur fournit un dossier intéressant sur les approches de Nietzsche, Freud, Beauvoir, Merleau-Ponty, le darwinisme, le naturisme, le nazisme, et le communisme sexuel (l’amour libre). Son travail rend justice aux recherches les plus récentes sur la pudeur contemporaine : aussi bien celles qui voient en elle une forme de «respect» d’autrui que signifie le voilement, que celles qui s’intéressent au besoin de transgression (d’«extimité») dont les médias offrent des illustrations quasi-hebdomadaires. Pour terminer, l’historien se départit de sa neutralité académique, et confesse un penchant, inspiré de François Jullien, pour la pudeur contre la décence, c’est-à-dire pour un sentiment qui laisse place au jeu des regards et ne fige pas les identités et les espaces, un parti pris auquel on peut ne pas adhérer mais qui a le mérite d’être énoncé… sans fausse pudeur.

Dans chaque remontée du temps qu’il nous offre, J.C. Bologne prend le soin de revenir aux sources contemporaines de l’époque qu’il traite, un travail de philologue scrupuleux qui lui fait rechercher la racine des expressions couramment citées, qu’il s’agisse des théories de Freud comme du Coran (dont il a vérifié près d’une dizaine d’éditions en français depuis 1840). Ce goût pour les sources classiques s’avère fécond pour les derniers siècles car il restitue le point de vue des acteurs dans leur langage même.

Il devient cependant plus aléatoire quand il s’agit de temps plus anciens où les ressources textuelles de première main se font rares. Ainsi pour la Grèce, Bologne ne se fonde que sur des textes littéraires de l’Antiquité (qui, sur le rapport au corps sont peu nombreux et très souvent partiaux), ce qui le conduit à négliger beaucoup d’apports de l’archéologie et de l’iconographie. Par exemple sur le thème du voile, l’historien aurait beaucoup gagné à exploiter le livre récent de Lloyd Llewellyn-Jones, Aphrodite's tortoise. Cela lui aurait permis d’historiciser plus précisément les normes de pudeur féminines (loin d’être constantes d’un siècle à l’autre chez les Hellènes comme le laisse entendre J.C. Bologne) et aussi de penser plus profondément la connexion Grèce-Proche Orient. Sans doute la lecture de ses collègues aurait également épargné à l’historien certaines généralisations excessives comme celle que l’on trouve page 24 à partir du seul mythe de Candaule : «L’excès (hybris) n’est pas condamnable en soi, mais lorsqu’il s’y livre, dans les festins, à la guerre, le Grec a conscience de renoncer à la civilité (…). L’acte sexuel libère l’hybris. L’homme entend s’y adonner totalement, en oubliant la mesure… mais sans témoins».

De même sur Rome, on aurait aimé trouver les travaux de Pierre Cordier (Nudités romaines) ailleurs qu’en fin d’ouvrage dans la bibliographie. Leur mention dans le corps du livre aurait peut-être permis d’éclairer, par exemple, le rapport à la nudité des pieds à Rome (très bien traité dans Nudités romaines) que J.C. Bologne semble considérer à tort comme une nouveauté médiévale. Il y a aussi sur Rome quelques approximations regrettables. Ainsi J.C. Bologne écrit (p.88) «Depuis le péché originel est inscrit en chacun dès sa naissance. Aussi les vierges ne montrent jamais une chair qui pourtant n’a jamais péché. Lorsque Perpétue, martyrisée en 203, voit sa tunique déchirée par le taureau qui la piétine, elle recouvre son corps d’un ultime réflexe». Il oublie alors seulement (et pourtant, c’est un point central du martyre de cette sainte), que Sainte Perpétue de Carthage n’était pas une vierge, mais une jeune mère qui allaitait encore son bébé (matronaliter nupta), ce qui rend l’exemple inapproprié à la phrase qu’il est censé illustrer.

On peut aussi regretter que, suivant la formation classique mais désormais datée, Bologne fasse plonger les racines de notre histoire chez les Gréco-romains et dans la Bible, en oubliant au passage complètement les Celtes et les Germains (heureusement valorisés par l’historiographie récente). Cela aurait notamment permis de renvoyer à leurs origines germaniques certaines spécificités du Moyen-Âge français comme l’exhibition publique des femmes adultères nues (comme nous le suggérons dans notre propre ouvrage sur la nudité, que J.C. Bologne a l’amabilité de citer mais sur d’autres sujets).

Plus profondément, à côté de son évocation des récurrences, on perçoit toujours chez Jean Claude Bologne (et c’était déjà le cas dans livre de 1986) un penchant pour le constructivisme. Ainsi quand (p.107) il s’attache à démontrer que le Moyen-Âge européen «invente» une pudeur en fonction du regard. Hélas cette hypothèse s’accommode mal des remarques faites dans Nudité et pudeur, le mythe du processus de civilisation de Hans Peter Duerr (que l’historien, pp. 8 et 98, appelle seulement «Peter Duerr», et dont il finit par condamner explicitement la thèse en conclusion de son livre). L’anthropologue allemand repérait en effet un lien de la pudeur et des regards dans toutes les sociétés y compris celles qui vivent «nues». Bologne le relève d’ailleurs dans son propre chapitre sur le travail des ethnologues du début du XXe siècle, mais n’en tire pas de conclusion sur son propos au sujet du Moyen-Âge, un peu comme si cette problématique du regard n’existait justement que dans le «regard» de l’ethnologue, sans avoir pu animer réellement les interactions sociales dans l’Antiquité romaine par exemple. Ce constructivisme radical demeure au fond contradictoire et finalement peu crédible.

On le retrouve encore dans les considérations de fin selon lesquelles la pudeur est toujours restée une pudeur féminine mais pourrait «un jour» cesser d’être sexuée. Ce pari sur la dé-sexuation de la pudeur s’avoue comme un déni explicite de la naturalité des sentiments, qui correspond mal à ce que l’on sait aujourd’hui du rôle des hormones masculines et féminines dans les comportements. Si «la façon d’exister du féminin est de se cacher, et ce fait de se cacher est précisément la pudeur», comme disait Lévinas dans Le Temps et l’autre, on ne saurait régler par une simple profession de foi la difficile question de savoir si cette caractéristique, très répandue dans l’humanité depuis 200 000 ans, se trouve ou non incorporée dans les gènes de l’espèce (ce qui n’empêcherait nullement des phénomènes individuels ou collectifs passagers d’exhibitionnisme ou d’apudeur sans intentionnalité spécifique). Même dans la société actuelle, réputée sensible à des acceptions subtiles et variables du dévoilement de la femme dans le sens de cette «révélation» que Bologne appelle de ses vœux, des sondages, comme celui d’Ifop-Tena l’an dernier sur la nudité féminine, montrent que les Françaises sont très éloignées des «tendances» que les théoriciens leur prêtent.

Un apport essentiel des recherches de Bologne en 1986 nous semblait tenir dans cette idée qu’à chaque époque des réflexes de pudeur viennent «compenser» des assouplissements des normes. Parmi ceux du présent ouvrage, il conviendra sans doute de relever l’étude minutieuse que l’auteur livre du «voile invisible». De même certaines trouvailles conceptuelles comme l’idée (p.188) que la pudeur féminine ait pu fonctionner comme un «bracelet électronique» au bras des femmes au Siècle d’Or espagnol pourront sans doute être réutilisées par les chercheurs et transposées à d’autres contextes.

En somme, ce brillant récapitulatif historique que signe ici J.C. Bologne, constituera sans doute une précieuse «boîte à outils» que beaucoup pourront exploiter avec profit pour des recherches ultérieures, même hors du champ d’investigation que l’historien a choisi dans ce livre.


Christophe Colera
( Mis en ligne le 23/11/2010 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Histoire du célibat et des célibataires
       de Jean Claude Bologne
  • La Nudité - Pratiques et significations
       de Christophe Colera
  • Nudités romaines
       de Pierre Cordier
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd