L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 16 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Histoire Générale  
 

L’identité de la France en images
Thierry Sarmant   Le Musée idéal de l'histoire de France
Nouveau monde 2011 /  39 € - 255.45 ffr. / 351 pages
ISBN : 978-2-84736-633-4
FORMAT : 23,3cm x 31cm

Thierry Sarmant collabore à Parutions.com

Gonzague Saint Bris (Préfacier)

L’auteur du compte rendu : agrégée d’histoire et docteur en histoire médiévale (thèse sur La tradition manuscrite de la lettre du Prêtre Jean, XIIe-XVIe siècle), Marie-Paule Caire-Jabinet est professeur honoraire de Première Supérieure au lycée Lakanal de Sceaux. Elle a notamment publié L’Histoire en France du Moyen Age à nos jours. Introduction à l’historiographie (Flammarion, 2002).

Imprimer

Ancien élève de l’Ecole des Chartes, archiviste paléographe, conservateur en chef du musée Carnavalet, spécialiste de Louvois et du XVIIe siècle, Thierry Sarmant est auteur de plusieurs ouvrages sur l’Etat au XVIIe siècle, sur les pratiques de gouvernement, les pratiques culturelles, les collectionneurs. Gonzague Saint-Bris, romancier, auteur d’essais, spécialiste des romantiques, président fondateur de la Forêt des Livres (à Chanceaux-les-Loches), préface avec lyrisme et émotion ce beau livre. Il insère dans sa préface quatre questions posées à l’auteur pour lui permettre de préciser sa démarche, dont un des axes est la volonté affirmée de dépasser largement les frontières de la France : «L’angle de vue privilégié, c’est la France et le monde, non pas une conception étriquée de l’Hexagone, mais celle d’un pays qui n’a cessé de bénéficier d’influences multiples et qui à son tour a régné sur le monde». En arrière-plan de l’ouvrage, les débats polémiques sur la réalisation d’une «Maison de l’Histoire de France». Œuvre d’historien, le livre est complété en annexe d’une chronologie de la préhistoire à 1992, et d’une bibliographie.

Thierry Sarmant conclut son parcours de la Préhistoire à nos jours, sur sa vision personnelle : «Sortie du Musée : la quête d’une histoire et d’une identité», illustrée par deux photos : une photo du Mont Saint Michel vu par Jean Bernard, clin d’œil à la fois à l’un des monuments les plus célèbres du pays et à l’art de la photographie aujourd’hui, et à la page suivante une photographie du Panthéon.

Qu’est-ce que la France et son identité ? Mille façons de répondre… Michelet, Braudel l’ont fait en leur temps et tant d’autres, question inévitable pour tout historien, mais aussi tout citoyen, et Thierry Sarmant, après avoir récusé le poids de la géographie, suggère : «Ce qui caractérise bien davantage les Français, c’est leur histoire heurtée, c’est d’être à la fois les héritiers d’une ancienne monarchie et les enfants de la Révolution, et bien embarrassés de ce double et contradictoire héritage. (…) La singularité de la France, c’est surtout cette prétention universaliste, qui court du XVIIIe au XXe siècle, à édicter et à répandre la raison, la justice, la liberté».

Un ensemble de photographies - fort belles - pour évoquer quelques milliers d’années… Un musée idéal (et non imaginaire…) depuis la Préhistoire, qui allie lieux, monuments, objets, au fil des millénaires. On commence de façon attendue par la Grotte Chauvet, la main de Pech Merle (23 000 avant notre ère), le «jeune» Lascaux (13 000 avant notre ère), pour découvrir l’espace celte et l’espace romain, le «Moyen Age qui n’existe pas : du royaume des Francs au royaume de France 476-1453 », «La terre ou la mer : l’Etat royal, 1453-1789», «Le siècle des révolutions 1789-1914», «La France et le monde : l’accélération de l’Histoire, 1914-2011» (le XXe siècle ayant manifestement moins inspiré Thierry Sarmant !).

Chaque chapitre est accompagné d’une présentation intelligente du document (image, tableau, monument, manuscrit, objet…). Le plaisir du lecteur est dans la diversité des choix qui, tous, nous renvoient à un imaginaire, des associations d’idées… Images et objets français au sens strict, mais aussi plus surprenants : le mur des Lamentations, la mosquée des Omeyyades de Damas, les Tétrarques arrachés à Constantinople et installés à Saint Marc, Venise au XIIIe siècle… Thierry Sarmant avec ses choix invite le lecteur à réfléchir à l’une des caractéristiques de l’identité française : la prétention à l’universalité le conduit aussi à se demander ce qu’il en est / en a été/ au fil des siècles de la place de la France dans le monde, vaste sujet…

Mais rédiger une anthologie, c’est toujours prendre des risques, s’exposer : pour Thierry Sarmant, la France vient de loin comme le montre le choix de la couverture (le trône de Dagobert) et de l’objet qui orne le bandeau (le casque d’Amfreville, 300 à 150 avant notre ère). Au-delà des «passages obligés» - la cathédrale de Reims, Notre Dame de Paris, les portraits de rois… -, on aime retrouver des choix moins attendus : par exemple la cantilène de sainte Eulalie pour illustrer les débuts de notre langue, ou une armoire buffet aux symboles révolutionnaires, la déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique, ou… la couronne que le joaillier Arthus-Bertrand réalisa en 1977 pour le sacre de Bokassa Ier. On regrette la part congrue réservée au XXe siècle et des omissions : Beaubourg (même si l’on imagine bien que l’auteur n’a guère de tendresse pour cette vaste raffinerie à vocation culturelle), un tableau de Picasso ou de Matisse (Delacroix a bien été choisi pour le XIXe s.) entre autres regrets… Un paysage rural aussi, pour lui-même, car même si l’auteur proclame que la France est fille de l’Histoire et non de la géographie, il y a quand même une identité des campagnes françaises qui participe de l’identité nationale, du moins on peut le soutenir…

Mais c’est aussi le jeu : toute anthologie appelle commentaires, ajouts personnels, menues déceptions, est invitation à composer sa propre anthologie au rythme de choix personnels ; celle-ci est belle et stimulante, elle relève d’un parti pris assez classique, mais après tout, pourquoi pas… Plongeons donc avec délices et curiosité dans ces ''300 objets qui ont fait la France'', pour reprendre l’inscription du bandeau, et savourons ce beau livre qui s'adresse à tout public ou qui peut plaire à tout public (en soulignant par ailleurs son excellent rapport qualité prix !).


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 11/10/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd