L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 8 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Histoire Générale  
 

Le trône des tsars russes
Hélène Carrère d'Encausse   Les Romanov - Une dynastie sous le règne du sang
Fayard 2013 /  24 € - 157.2 ffr. / 442 pages
ISBN : 978-2-213-67759-0
FORMAT : 13,5 cm × 21,5 cm
Imprimer

Historienne de la Russie, Hélène Carrère d'Encausse est membre de l'Académie française depuis 1991. En 1999, elle fut élue secrétaire perpétuel. Pour ses différentes œuvres, elle reçut diverses distinctions, telles que le prix Aujourd'hui pour L'Empire éclaté (Flammarion, 1978), le prix Louise Weiss (1987) et le prix Comenius pour l'ensemble de son œuvre (1992). Sa biographie de Nicolas II (Fayard, 1996) a obtenu le prix des Ambassadeurs en 1997. Hélène Carrère d'Encausse a en effet publié de nombreux ouvrages, comme notamment La Gloire des nations (Fayard, 1990), Victorieuse Russie (Fayard, 1992), Le Malheur russe (Fayard, 1988), Lénine (Fayard, 1998), Catherine II (Fayard, 2002), L'Impératrice et l'abbé (Fayard, 2003), L'Empire d'Eurasie (Fayard, 2005) et Alexandre II. Le printemps de la Russie (Fayard, 2008). A la suite de cette série d'ouvrage sur l’histoire de la Russie, l’Immortelle vient de consacrer une nouvelle et belle étude sur Les Romanov. Une dynastie sous le règne du sang, récemment parue chez Fayard.

En 1613, après des nombreux siècles tragiques durant lesquels le pouvoir était transmis ou conquis par le meurtre, débuta en Russie le règne des Romanov, une famille russe originaire de Lituanie. La douma des boyards élit Michel Romanov. Pourtant, âgé de dix-sept ans, ce jeune homme savait à peine lire ! On retrouve l’un de ces ancêtres en la personne d’Andreï Ivanovitch Kobyla ou Kambila, lequel était le fils d’un prince lituanien qui se réfugia en Russie et se convertit au christianisme au milieu du XIVe siècle.

La famille des Romanov doit son nom à Roman Iourevitch, dont la fille épousa Ivan le Terrible en 1547. Après une vive opposition à Boris Godounov, puis à Vassili Chouiski qui exercèrent successivement le pouvoir suprême, les Romanov réussirent finalement à accéder au trône de Russie. Les descendants directs ou indirects de Michel Romanov restèrent au pouvoir pendant plusieurs siècles. Ils dirigèrent un empire absolument immense, à cheval entre l’Europe et l’Asie. Ce fut la révolution d’octobre 1917, grâce à laquelle les Bolcheviks s’emparèrent du pouvoir suprême, qui mit un terme au règne des Romanov.

De cette dynastie ô combien brillante, l’historienne retient notamment trois figures spécialement éminentes : Pierre le Grand, Catherine II et Alexandre II. Ceux-ci comptent en effet parmi les plus hauts personnages de l’histoire. Ils permirent à la Russie de devenir une très grande puissance européenne, puis mondiale. Tour à tour, ils s’efforcèrent de moderniser l'empire. Pierre créa l'État et soumit le clergé, alors que Catherine II rapprocha la Russie des idées des Lumières. Alexandre II supprima quant à lui le servage, réforma le système judiciaire et créa des institutions représentatives au sein des provinces. Le tsar décida également la conscription obligatoire.

Cet ouvrage n’est pas un livre d’érudition, mais plutôt une synthèse et une réflexion d’excellente facture sur les torrents de sang qui n’eurent de cesse de maculer le trône des tsars russes. Les spécificités de la Russie expliquent-elles, à elles seules, la violence ininterrompue dont elle fut le triste théâtre pendant des siècles ? Le destin tragique de cette dynastie était-il en quelque sorte programmé par son passé ? Le communisme soviétique, dont la capacité à durer et la violence furent tout à fait exceptionnelles, peut-il être compris comme une sorte de point d’aboutissement de l’histoire russe ?

C’est à ces questions qu’Hélène Carrère d’Encausse s’efforce de répondre dans cet ouvrage éclairant et magistral. A lire !


Jean-Paul Fourmont
( Mis en ligne le 25/06/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Alexandre Ier
       de Marie-Pierre Rey
  • Lénine
       de Hélène Carrère d'Encausse
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd