L'actualité du livre Mercredi 19 juin 2024
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Histoire Générale  
 

Le roi devenu diable puis doudou
Michel Pastoureau   L'Ours - Histoire d'un roi déchu
Seuil - La librairie du XXIe siècle 2007 /  23 € - 150.65 ffr. / 419 pages
ISBN : 978-2-02-021542-8
FORMAT : 14,5cm x 22,5cm

L’auteur du compte rendu : Rémi Luglia, professeur agrégé d’Histoire et interrogateur en deuxième année dans une classe préparatoire commerciale, est doctorant à Sciences-Po Paris où il mène une recherche sur l’histoire de la protection de la nature en France de 1854 à nos jours à travers le mouvement associatif.
Imprimer

Nul besoin de présenter Michel Pastoureau. Ses ouvrages sur la symbolique, les couleurs, l’imaginaire, sont tous des maître-livres reconnus et consacrés par l’ensemble des historiens et même au-delà de ce champ disciplinaire. Sans quitter son terrain de prédilection, Michel Pastoureau consacre ici une belle étude à l’ours. Pourquoi cet animal ? Il connaît une longue et lente détérioration de son image en Europe occidentale au cours du Moyen Âge. L’auteur va donc s’atteler à la recherche d’explications pour cette dynamique singulière.

Pour cela, il développe une thèse nette et précise qui sera sa problématique, son fil rouge : c’est l’Eglise qui a mené pendant près de mille ans une guerre sans merci contre cet animal afin de transformer son image jusqu’alors plutôt valorisé et valorisante. Exterminer l’ours réellement et symboliquement pour affirmer la religion du Christ, voilà l’enjeu. Et la réussite de cette stratégie de long terme est indéniable, comme nous le démontre Michel Pastoureau.

En historien, son examen est impeccable et sa démonstration, convaincante : il développe des analyses précises qui reposent sur des faits attestés par des sources d’origine et de nature différentes ; il livre des notes bibliographiques complètes et commentées ; il n’omet pas de mentionner des opinions et hypothèses contraires à sa propre thèse dans un souci d’honnêteté intellectuelle ; il suit un plan démonstratif et historique qui répond à une problématique clairement formulée. Bref, un modèle du genre : Michel Pastoureau veut convaincre mais non contraindre et il y réussit fort élégamment en maniant un style très agréable allié à une écriture limpide. Une méthode indéniablement maîtrisée sur un sujet trop longtemps délaissé voire marginalisé, ou pire, ignoré par les historiens et la recherche historique. Et ce n’est pas tant l’animal lui même qui est original mais bien la démarche intellectuelle : étudier l’animal pour mieux comprendre l’homme. A travers son ouvrage, Michel Pastoureau met en évidence la pertinence et la richesse d’une telle approche.

La première partie de son étude s’intéresse à l’ours du paléolithique jusqu’à l’époque féodale. C’est une époque où l’ours fait l’objet d’une véritable vénération, peut-être même d’une religion. Cet «ours vénéré» se décline de plusieurs façons. Peut-être divinisé durant les époques les plus anciennes, il semble en tout cas occuper une place tout à fait à part pour les hommes préhistoriques qui partageaient avec lui nombre d’éléments au premier rang desquels l’habitat. Des débats obscurs en forme apparemment de querelles qui touchent au dogmatisme oppose cependant les préhistoriens à ce sujet. Quoi qu’il en soit, l’ours est considéré comme le roi des animaux en Europe. Plusieurs faits l’attestent comme par exemple l’utilisation de son symbole par les puissants. Affronter un ours revient alors à se poser comme chef ou futur chef. Ensuite, l’ours est pensé comme le plus proche parent de l’homme. Il entretient d’ailleurs, dans l’imaginaire du temps, des relations très ambiguës avec les jeunes femmes et nombreuses sont les légendes qui mettent en scène des hommes exceptionnels dont le père est un ours.

C’est d’ailleurs sans doute cette vénération multiforme et cette (trop ?) grande proximité avec l’homme qui font de l’ours l’ennemi à abattre du christianisme médiéval. Faire tomber le roi des animaux de son piédestal, n’est-ce pas la meilleure façon d’éradiquer un paganisme si profondément ancré dans les mentalités, les lieux et les pratiques ? Mieux encore, remplacer ce roi par un autre dont on contrôle la représentation et que l’on a soigneusement façonné, n’est-ce pas imposer ses références ? Ainsi, «de Charlemagne à Saint Louis, l’ours est combattu». Le saint d’abord triomphe de la bête et le rabaisse au rang de serviteur. Puis l’animal est diabolisé et donc condamné. Enfin, le lion devient petit à petit le roi des animaux alors qu’il est inexistant en Europe. Le contrôle de l’image est total.

L’ours est ainsi «détrôné». Il connaît une véritable déchéance symbolique en même temps que se confirme un réel et profond recul des effectifs. L’ours disparaît du panthéon comme il disparaît des forêts et des paysages. Il n’est même plus un gibier de roi, remplacé en cela par le cerf. Bref, il n’est bon qu’à être exhibé dans des foires populaires. Il faut attendre le XXe siècle pour le voir renaître symboliquement : le nounours des enfants n’est-il pas la plus belle des revanches d’un animal instrumentalisé par une certaine vision du monde ?

Tout au long de sa magistrale démonstration, Michel Pastoureau sait intéresser le lecteur et finalement le convaincre tant le plaisir de la lecture se mêle à l’intelligence du propos.


Rémi Luglia
( Mis en ligne le 29/05/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Une histoire symbolique du Moyen Age occidental
       de Michel Pastoureau
  • La Bible et les saints
       de Gaston Duchet-Suchaux , Michel Pastoureau
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd