L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 24 juin 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Biographie  
 

Comment on écrit l’histoire
Yves Combeau   Louis XV - L'inconnu bien-aimé
Belin - Portraits 2012 /  20 € - 131 ffr. / 208 pages
ISBN : 978-2-7011-5904-1
FORMAT : 13,5 cm × 21,5 cm

L'auteur du compte rendu : Agrégé et docteur en histoire, Alexandre Dupilet est professeur dans le secondaire.
Imprimer

Un inconnu, Louis XV ? Cette affirmation, sous-titre de l’ouvrage qu’Yves Combeau consacre à celui qui fut roi de France de 1715 à 1774, ne manque pas de courage et d’ambition. Car après le monument édifié par Michel Antoine, on pouvait penser qu’il serait désormais difficile de publier une biographie digne de ce nom sur le bien-aimé. Avant Yves Combeau, d’aucuns s’y étaient déjà essayés, avec plus ou moins de bonheur. En adoptant une perspective tout à fait différente de celle de Michel Antoine, celle du portrait et de l’approche thématique, Bernard Hours avait signé un essai passionnant. Mais la plupart des autres tentatives furent vaines, ennuyeuses et, pour tout dire, sans intérêt. Aussi abordait-on avec perplexité le livre d’Yves Combeau. Disons-le d’emblée, il constitue une excellente surprise. Il est vrai que l’auteur réunit deux qualités essentielles à la réussite de cet exercice difficile qu’est la biographie.

En premier lieu, l’art de la synthèse. Tout en étant assez ramassé, le récit n’élude aucun aspect du règne de Louis XV et ne saurait être comparé aux ouvrages purement factuels que les éditeurs proposent à une clientèle d’étudiants pressés. Une large part est laissée aux analyses qu’Yves Combeau développe avec une grande sûreté à partir d’anecdotes, qui, au premier abord, pouvaient paraître insignifiantes. A cela s’ajoute une parfaite connaissance des circonvolutions de la politique étrangère et de l’administration royale du siècle des Lumières. Il est vrai qu’on en n'attendait pas moins de celui qui, dans un ouvrage précédent, avait apporté un éclairage brillant et inédit sur le ministère de la Guerre au temps du comte d’Argenson. Yves Combeau a bien tort d’écrire en introduction de son chapitre (''Le grand jeu'') consacré à la valse des ministres, à la politique religieuse et aux conflits avec les Parlements, qu’il a conscience «en entamant ce chapitre, d’entraîner le lecteur dans un domaine quelque peu austère». Il n’y est jamais ennuyeux et excelle à mettre en perspective les soubresauts de la politique intérieure pour mieux éclairer la personnalité de Louis XV.

Autre atout, qu’il est rare de trouver de nos jours dans les ouvrages historiques : la qualité d’écriture, le style. Père dominicain, Yves Combeau est aussi auteur de romans policiers, ce qui est peu banal. On ne sait si c’est cet exercice qui lui a donné cette apparente facilité d’écriture, cette faculté à brosser les principaux personnages de ce règne en quelques mots et quelques formules bien senties ou à décrire magnifiquement des paysages que l’on croyait parfaitement connaître et que sa plume nous fait redécouvrir. Qu’on se reporte à son introduction, modèle d’élégance et d’éloquence sans emphase, qui donnera des complexes à plus d’un historien. Un style classique, certes, grand siècle, pourrait-on dire, mais qui n’exclut pas les audaces, telle cette métaphore comparant les manœuvres politiciennes à une partie de tennis – ou de jeu paume comme l’indique l’auteur - avec «des attaquants et des défenseurs, des balles manquées, des revers un peu mous et des services brutaux». De fait cette biographie, qui n’aurait pu être qu’un fastidieux travail de synthèse, est aussi un grand plaisir de lecture.

Au fil des pages, des anecdotes et des analyses, par petites touches, se dessine le portrait d’un roi à la personnalité complexe, difficile à cerner, très différent de l’image de souverain galant un peu effacé que l’on retient de lui habituellement. Comme l’écrit l’auteur, il existait trois rois : «le roi qu’imaginaient ses sujets, le roi patient, mais juste, que Louis XV essayait d’être par le conseil de Fleury et le roi réel naturellement sévère». C’est ce trait de caractère, souvent méconnu, que cet ouvrage a notamment le mérite de mettre en lumière. Et Yves Combeau de nous prouver avec brio que, sans apporter beaucoup d’éléments nouveaux, on peut signer une biographie passionnante qui fera les délices de tout amateur du Siècle des Lumières. Tout dépend bien de «comment on écrit l’histoire».


Alexandre Dupilet
( Mis en ligne le 22/05/2012 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le comte d'Argenson (1696-1764)
       de Yves Combeau
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd