L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 20 août 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Biographie  
 
Monsieur de Saint-Simon
Dossier LE SOLEIL ET SES RAYONS
Dossier LE SOLEIL ET SES RAYONS
Le Chancelier Séguier (1588-1672)
La Santé de Louis XIV
Louis XIV
Les Oisivetés de Monsieur Vauban
Fontenelle et l'invention de l'histoire des sciences à l'aube des Lumières
Politique, guerre et fortification au Grand Siècle
Monsieur de Saint-Simon
Louis XIV
Vauban
Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV
Vauban
Sauver le Grand Siècle ?
L'Intendance de Lorraine et Barrois à la fin du XVIIe siècle
Richelieu
La Maison médicale du Roi - XVIe-XVIIIe siècles
Le Versailles de Louis XIV
Le Roi, la cour et Versailles
Le Versailles de Louis XIV - Un palais pour la sculpture
André Le Nôtre
Louis XIV - Homme et roi
Le Roi-Soleil et Dieu
Alexandre Bontemps
Chamlay - Le stratège secret du Louis XIV
Louis XIV et vingt millions de Français
Colbert - La vertu usurpée
Régner et gouverner - Louis XIV et ses ministres
Louis XIV - L'Homme et le roi
Le Discours de vérité dans les Mémoires du duc de Saint-Simon
L'Année des quatre dauphins
Le Grand règne
L'Impôt du sang
Les Demeures du soleil
Richelieu
Colbert
Tourville
Une singulière famille
Le comte d'Argenson (1696-1764)
Stanislas Ier
Turgot
Mazarin
Colbert, marquis de Seignelay
la Monarchie entre Renaissance et Révolution
Le roi Stanislas
Colbert ou le serpent venimeux
Souvenirs du marquis de Valfons
Le Règne de Louis XIV (2 vol.)
Le Courrier du Roi en Orient
Crown, Church and Episcopate under Louis XIV
Splendeurs et misères du XVIIe siècle
Louis XIV à la conquête des Pays-Bas espagnols
Carlo Vigarani, intendant des plaisirs de Louis XIV
Les Daliès de Montauban
Mémoires de Monsieur de Gourville
Michel Chamillart
Richelieu
Les Fastes de la renommée
Les Valets de chambre de Louis XIV
Etre femme au temps de Louis XIV
Chronique de la Fronde
Le Despotisme éclairé

Saint-Simon, monstre historique et littéraire
Georges Poisson   - 5e édition revue et augmentée
Nouveau monde 2007 /  14 € - 91.7 ffr. / 775 pages
ISBN : 978-2-84736-233-6
FORMAT : 13,0cm x 19,0cm

L'auteur du compte rendu : archiviste-paléographe, docteur de l'université de Paris I-Sorbonne, conservateur en chef du patrimoine, Thierry Sarmant est adjoint au directeur du département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. Il a publié : Les Demeures du Soleil : Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du roi (Champ Vallon, 2003).
Imprimer

Tout historien du «Grand Siècle» ou de l’ancienne société de cour doit un jour ou l’autre affronter ce monstre historique et littéraire : les Mémoires du duc de Saint-Simon, qui embrassent les années 1691 à 1723 et comportent, dans leur meilleure édition, celle dite de Boislisle, pas moins de soixante volumes. L’entrée dans ce monument ne se fait pas sans méfiance, car dès la fin du XIXe siècle ses exégètes ont mis en évidence la partialité extrême de l’auteur, voire un certain penchant à l’affabulation. Critique de Louis XIV, critique de Versailles, observateur féroce des élites de son temps, Saint-Simon passe pour la «mauvaise langue» du Grand Siècle, et son témoignage perd de ce fait en crédibilité ce qu’il gagne en agrément de lecture.

Une biographie du mémorialiste était indispensable pour donner les clefs d’une véritable approche critique des Mémoires comme source historique. Cette enquête, Georges Poisson l’a effectuée il y a déjà plus de trente ans et l’a depuis constamment remise à jour. Appuyée sur les recherches de plusieurs historiens, au premier rang desquels Mme Hélène Himelfarb, sur les travaux impulsés depuis 1971 par la Société Saint-Simon, elle confronte le témoignage des Mémoires, qui ne sont pas des mémoires intimes, avec les récits des contemporains, les correspondances de Saint-Simon et de ses familiers, les archives administratives ou domaniales où il apparaît, les lieux, les décors et les objets qu’il a connus.

De cette confrontation ressortent plusieurs résultats décisifs pour la compréhension de l’œuvre littéraire de Saint-Simon. Fils de vieux, élevé dans la nostalgie du règne de Louis XIII, Louis de Rouvroy, vidame de Chartres puis duc de Saint-Simon, s’est toujours complu dans la fréquentation des survivants des temps passés ; il a procédé à une sorte d’enquête d’histoire orale avant la lettre, dirigée vers les générations de courtisans qui avaient précédé la sienne. Son témoignage sur l’époque dont il n’a pas été directement acteur (les années 1660 à 1700), sujet à caution, garde donc une indéniable valeur de document d’ambiance.

Au tournant du siècle, le jeune duc (il est né en 1675) entre en rapport direct avec des personnalités de premier plan : le duc de Chartres, futur régent, les ministres Pontchartrain et Chamillart et d’autres dignitaires civils, militaires et ecclésiastiques. En 1715, avec la mort de Louis XIV, il accède enfin au pouvoir, dans le sillage du régent et entre au Conseil de régence. Les travaux les plus récents tendent à montrer que pour la période qui court de 1700 à 1723, son récit, puisé aux meilleures sources, est généralement digne de foi. Il s’agit même d’une source quasi directe de certains débats gouvernementaux.

On sait que Saint-Simon, dont le nom est attaché au Grand Siècle, est en fait un écrivain des Lumières, puisqu’il rédige ses Mémoires dans les années 1730 et 1740, une génération après les faits, et cela a conduit à imputer certaines erreurs à la distance du temps. Georges Poisson montre cependant que le mémorialiste a commencé à écrire très tôt, dès l’adolescence, et n’a plus jamais posé la plume. Avant les Mémoires, il y eut maintes relations, maints mémoires, maints travaux historiques et cérémoniels ; il y eut aussi des «pré-mémoires» et bien sûr les annotations au Journal du marquis de Dangeau. Si la vision de Saint-Simon – son «optique» pour employer la formule d’Yves Coirault – est déformante, le temps n’en est pas la cause, mais bien la passion propre à l’écrivain.

Monsieur de Saint-Simon démontre aux historiens qu’il faut prendre Saint-Simon au sérieux, quitte à mettre en évidence ses erreurs, ses approximations, ses interprétations tendancieuses, à faire la part du fantasme et celle de l’idéologie. Sa valeur historique n’est pas moindre que sa valeur littéraire. La lecture attentive des Mémoires demeure le point de départ de tout travail sur le règne de Louis XIV, à mettre en parallèle avec ces monuments moins illustres que sont les journaux de Dangeau et de Sourches, et surtout avec les archives de l’Etat et des particuliers. Au-delà, il y a le plaisir que procure un style exceptionnel et intemporel, un style qui a fécondé un autre monument de notre littérature : La Recherche du temps perdu.


Thierry Sarmant
( Mis en ligne le 06/09/2007 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd