L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 23 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Sociologie / Economie  
 

Inventer un monde nouveau
Paul Jorion   Le Capitalisme à l'agonie
Fayard 2011 /  20 € - 131 ffr. / 348 pages
ISBN : 978-2-213-65488-1
FORMAT : 13,5cm x 21,5cm

L'auteur du compte rendu : Alexis Fourmont a étudié les sciences politiques des deux côtés du Rhin.
Imprimer

Dans La Fin de l’Histoire et le Dernier Homme (1992), Francis Fukuyama reprenait un thème récurrent dans la philosophie politique : la fin de l’histoire. A Iéna en 1806, témoin du triomphe militaire de Napoléon sur la Prusse qu’il venait de défaire, Hegel annonça la fin de l’histoire. La victoire napoléonienne était également celle des idéaux de liberté et d’égalité provenant des Révolutions américaine et française. Se faisant hégélien, Fukuyama écrivait : «il se peut bien que ce à quoi nous assistons, ce ne soit pas seulement la fin de la Guerre Froide (…), mais la fin de l’histoire en tant que telle : le point final de l’évolution idéologique de l’humanité et l’universalisation de la démocratie libérale comme forme finale du gouvernement humain». Adossé à ce que Kojève appelait «l’Etat universel et homogène», l’horizon indépassable de l’humanité résiderait dans la démocratie de marché.

Cet optimisme, Paul Jorion ne le partage pas. Pis, il le brocarde dans son dernier essai intitulé Le Capitalisme à l’agonie. Si en effet «à la chute du mur de Berlin, en 1989, le capitalisme triomphait [car,] privé d’ennemis, il cessait d’être un système économique parmi d’autres pour devenir la manière unique dont un système économique pouvait exister». Pourtant, les choses ne sont pas si simples. Comme l’indique P. Jorion, «en 2007, seulement dix-huit ans plus tard, autrement dit pratiquement au même moment à l’échelle de l’histoire humaine, il devait être aspiré lui aussi dans le maelström d’une destruction prochaine». Pourquoi une telle évolution ?

A cet égard, Paul Jorion se demande si le communisme puis le capitalisme n’ont pas été terrassés par le même mal. «La cause alors, avance l’auteur, serait la complexité : l’organisation des sociétés humaines atteindrait un seuil dans la complexité au-delà duquel l’instabilité prendrait le dessus, et, la fragilité étant devenue excessive, le système courrait à sa perte». Un autre élément d’explication résiderait dans «le besoin de l’existence d’un ennemi pour se soutenir». En outre, le capitalisme aboutirait inéluctablement à une «concentration de la richesse telle que le système ne pourrait manquer de se gripper tout entier un jour ou l’autre». La rencontre de ces facteurs mortifères aurait donc conduit le capitalisme à l’agonie.

Au fil des pages, Paul Jorion se penche sur «ceux qui savaient». La plupart des sociétés modernes seraient restées sourdes aux enseignements. Pèle-mêle, l’auteur mentionne notamment Karl Marx, Hegel, Freud ainsi que Keynes. P. Jorion écrit à cet égard qu’il est souhaitable d’actualiser le projet de Keynes afin d’intégrer la nouvelle donne. Il s’agit, en effet, de «maintenir – et, le cas échéant, restaurer – ce qui, du système, mérite d’être sauvé», comme les libertés individuelles par exemple. L’autre aspect de la tâche est de «faire en sorte que soit éliminée la source du dégoût qui (…) se répand dans la population à l’endroit du système, qui, chaque jour davantage, punit les bons pour récompenser les méchants».

Pour ce faire, deux buts doivent être atteints : d’une part, renoncer à «la pseudo-solution actuelle au manque de revenus qu’est la substitution du crédit aux salaires, source de fragilisation généralisée du système économique» ; d’autre part, «éliminer aussi la fonction parasitaire de la finance qui siphonne la richesse créée pour arrondir des fortunes déjà existantes». Ne se contentant pas d’accabler le capitalisme, Paul Jorion esquisse des pistes s’écartant des sentiers battus de la doxa, qu’il faudrait absolument explorer pour «inventer un monde nouveau». Car d’après lui, le monde ne traverse pas actuellement «l’une des crises habituelles du capitalisme, mais sa crise majeure, celle de son essoufflement final, et pour tout dire celle de sa chute».


Alexis Fourmont
( Mis en ligne le 21/06/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Capitalisme est en train de s'autodétruire
       de Patrick Artus , Marie-Paule Virard
  • Le Capitalisme est-il durable ?
       de Bernard Perret
  • Alternative au capitalisme
       de Louis Mazuy
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd