L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 21 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Sociologie / Economie  
 

De la philantropie à l'horreur
Michelle Perrot   Les Ombres de l'histoire - Crime et châtiment au XIXe siècle
Flammarion 2001 /  22.75 € - 149.01 ffr. / 432 pages
ISBN : 2080679147
Imprimer

En 1975, la publication de Surveiller et Punir de Michel Foucault déclenchait une vive polémique : des prisons "officielles" à celles, plus pernicieuses, qui, depuis l'école jusqu'à l'usine en passant par l'armée, forment l'individu à être docile et utile, le philosophe retraçait l'historique d'une société de la surveillance qui plonge ses racines dans le XIXe siècle.

Sans doute n'est-ce pas un hasard si l'essai de Michelle Perrot s'ouvre sur un hommage aux travaux de celui qui, le premier, impulsa en France une réflexion de fond sur les origines de l'ordre carcéral. Les études réunies dans ces Ombres de l'histoire prolongent la pensée foucaldienne. Pour scruter les figures du crime et du châtiment au XIXe siècle, l'historienne convoque récits, lettres et témoignages de prisonniers, analyse des faits divers révélateurs d'un trouble social profond (comme, par exemple, la lutte contre les "Apaches" qui terrorisaient Montmartre), confronte la pensée de l'Anglais Jeremy Bentham et du Français Alexis de Tocqueville, deux grands théoriciens de la répression qui s'accordaient sur l'importance d'une structure d'enfermement mais pas sur son but : Bentham souhaitait que son modèle de prison idéale (le "Panoptique", qui avait tant fasciné Foucault) élève et régénère le criminel ; Tocqueville voyait dans le séjour carcéral l'ultime outil d'asservissement des "déviants" avant l'exécution capitale.

De la philanthropie à "l'horreur répressive", il n'y a parfois qu'un pas. C'est là une des leçons du passionnant essai de Michelle Perrot.


Pierre Brévignon
( Mis en ligne le 11/10/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd