L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 21 juin 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Sociologie / Economie  
 

Tableau de la géographie culturelle aujourd'hui
Paul Claval   Géographie culturelle - Une nouvelle approche des sociétés et des milieux
Armand Colin - "U" 2012 /  34.90 € - 228.6 ffr. / 350 pages
ISBN : 978-2-200-27756-7
FORMAT : 16,0 cm × 24,0 cm

L'auteur du compte rendu : Ancien élève de l'école Normale Supérieure, Agrégé d'histoire, Docteur ès lettres, sciences humaines et sociales, Nicolas Plagne est l'auteur d'une thèse sur les origines de l'état dans la mémoire collective russe. Il enseigne dans un lycée des environs de Rouen.
Imprimer

Professeur honoraire de Paris IV-Sorbonne et géographe français connu internationalement, Paul Claval s'intéresse depuis longtemps à la géographie culturelle. Nous avons déjà signalé ici ses travaux sur l'urbanisme, notamment Ennoblir et embellir, où il abordait la question de la fonctionnalité, mais aussi de la qualité et de la beauté du cadre de vie et de vue du point de vue esthétique et «moral». Pour rependre un terme qu'il utilise parfois dans le présent ouvrage, Claval est un géographe humaniste. Entendons par là qu'il allie la plus grande rigueur intellectuelle dans la description et l'analyse des faits spatiaux - utilisant les outils et techniques mathématiques de représentation et de calcul qui sont à la disposition du géographe informé, - avec des préoccupations sociales voire «sociétales», politiques et éthiques. On se reportera par exemple à notre entretien, où Claval explique la dimension humaine, politique et morale de la frontière en général et en particulier aujourd'hui, à l'âge de la mondialisation. Or la mondialisation n'est pas seulement un phénomène marchand et financier, mais aussi culturel. C'est d'ailleurs sans doute ce qui explique que la géographie culturelle connaisse depuis quelques décennies un développement notable, que Claval rappelle fort opportunément en première partie de son ouvrage (pour mieux saisir cette nouveauté, il peut être utile de lire, de Claval La Géographie du 21ème siècle, parue en 2003 à L'Harmattan.) Nul doute d'ailleurs qu'il faille répéter la leçon (l'art de la pédagogie !), tant le sujet reste méconnu en France...

Répéter et actualiser. La première édition de cet ouvrage parut en 1995 ; en 2003, il fut réédité, mais l'éditeur demanda à l'auteur de le réduire d'un tiers (une tendance lourde, à tous égards, de l'édition, même dans les collections scientifiques). Il a été l'auteur il y a cinq ans de Religion et idéologie : perspectives géographiques, paru aux Presses universitaires de Paris-Sorbonne (PUPS) en 2008. C'est l'occasion de redire cette vérité souvent méconnue : la géographie ne se limite pas à la géographie «physique», encore moins s'identifie-t-elle à l'étude des faits «naturels» de la surface du globe terrestre. Qu'on permette une remarque d'expérience à un enseignant : les collégiens et lycéens qui en font pourtant de moins en moins (avec de fâcheuses conséquences : tout se paie !) passent leur temps à confondre géographie et géographie physique, comme l'atteste l'oubli systématique de cet adjectif qualificatif pour désigner et spécifier leurs maigres remarques sur climats et reliefs. Mais ils ne sont pas les seuls à tomber dans cette erreur. Ce n'est pas qu'il faille tomber dans le travers inverse et surestimer le rôle de «la nature» dans l'organisation des habitats et activités humaines : on reviendra encore à notre entretien avec Paul Claval : la géographie française depuis le célèbre Vidal de La Blache a affirmé son «possibilisme», elle étudie les conditions physiques de l'action humaine, sans en faire des déterminations absolues ni éternelles ; l'homme aménage par ses organisations et ses techniques. Façon de dire que l'homme est un être essentiellement historique et culturel !

Oui, il y a une géographie «humaine», mais on l'a trop longtemps séparée de la dimension culturelle ; or l'homme est toujours marqué par la diversité des cultures. Bien sûr il faut relativiser le «culturalisme» qui projette sur un espace la logique d'une culture sans toujours intégrer suffisamment la part des faits naturels contraignants ni des évolutions culturelles, qu'elles résultent d'évolutions «internes» plus ou moins organiques (mais y a-t-il des évolutions «organique pures» ?) ou de pressions voire de chocs externes. Auteur d'un ouvrage épuisé sur Les Mythes fondateurs des sciences sociales et d'ouvrages épistémologiques sur la pensée géographique critiquant les excès des modes idéologiques et leurs points aveugles, Claval revient en première partie sur l'histoire de la géographie culturelle et ses liens avec les diverses écoles qui ont contribué à sa genèse et à son évolution : naissance autour du pré-romantique allemand Herder de la philosophie de l'Histoire et d'un certain relativisme culturel, attentif à l'esprit national-populaire qu'on cherche dans les arts et traditions orales, moment de formation d'une anthropologie culturelle ; naissance et développement de la géographie culturelle allemande autour de Ratzel ; géographie culturelle américaine ; dimension culturelle de l'école française autour de Vidal de La Blache, Bruhnes, Deffontaines, discussions franco-allemandes sur l'origine, l'ancienneté et le sens des différentes structures agraires européennes avec leurs enjeux idéologiques ; évolution après 1945 des approches dans des sociétés de plus en plus urbaines et industrielles ou tertiaires, Nouvelle géographie des années 70, rôle des discours dominants (marxisme et néo-marxisme, structuralisme et approches post-modernes sensibles aux minorités raciales et sexuelles, post-colonialisme, etc.). Mais le bilan en ce début du 21ème siècle ne doit pas se limiter à l'adhésion à quelque apogée, le «Post-modernisme» étant peut-être excessif parfois envers la rationalité occidentale et n'épuisant pas la réflexion contemporaine.

Dans une deuxième partie plus thématique et articulée autour de notions-clés («Culture, vie sociale et organisation de l'espace», pp.48-135), Claval dresse un tableau très structuré des éléments de la culture et enchaîne logiquement les questions, toujours rapportées à l'espace. Au chapitre 3, sur la communication, la transmission de l'expérience collective et la genèse des cultures succède un chapitre 4 portant sur l'homme entre nature et culture, les étapes de la vie, l'individu dans les cercles du groupe social, l'identité sociale, l'institutionnalisation du moi et l'identité personnelle, la complexité sociale et les stratégies individuelles ; le chapitre 5, «Culture et vie sociale», traite des systèmes de parenté, de la cohésion sociale et de la «communauté», des hiérarchies, des aspects mécaniques du «fonctionnement social», de la liberté et du contrôle social, enfin de la créativité et de la subversion ; le chapitre 6 étudie «Institution de la société et mythes fondateurs» et montre que l'espace physique et naturel, investi par l'homme social, est chargé d'affects, de valeurs et de relations culturelles à des «méta-espaces» (l'expression n'est pas de l'auteur), symboliques et imaginaires, ceux des religions et philosophies de l'histoire. (Ici on s'étonnera peut-être de l'oubli du livre de Castoriadis, car en général Claval a tout lu !). La deuxième partie se termine sur la question des aires culturelles, des cultures et civilisations et sur les vifs débats auxquels elle a donné lieu depuis longtemps.

Sans entrer dans les détails, contentons-nous de dire que la troisième partie intitulée «Culture et environnement» (pp.136-213) traite successivement des liens entre orientation et reconnaissance d'espaces institutionnalisés, de la «Médiation alimentaire» (chapitre 10), des logiques d'organisation et structuration des espaces humanisés (chapitre 11). La 4ème partie aborde l'expression spatiale de la culture dans le paysage et la question des liens paysage-société ; le chapitre 12 est tout entier consacré au paysage, le chapitre 13, à la construction culturelle de l'espace et de la société, et traite, entre autres questions, du sexe, du genre, de l'altérité et finit sur l'idée d'une approche culturelle de la géographie régionale. La 5ème partie, «Les niveaux de culture et leur expression géographique» (pp.248-303), lie le thème de la culture aux niveaux de développement, traite de la modernisation et de l'occidentalisation et se finit sur les défis culturels du 21ème siècle.

Voici donc un état des lieux de la géographie culturelle, une synthèse de niveau universitaire très riche et cependant très structurée et très pratique, qui rendra de grands services aux étudiants, enseignants et amateurs éclairés de la géographie contemporaine. Les lecteurs se repèreront dans cette cartographie de la géographie culturelle facilement grâce à une table des matières très claire et d'une structure très hiérarchisée, ils trouveront aussi un index étoffé et une importante bibliographie de la littérature spécialisée. L'auteur, qui a participé par ses travaux au développement de la discipline, transmet avec clarté et précision son impressionnant savoir, qui semble à peu près exhaustif. Il montre bien comment les sciences sociales, la philosophie même (notamment la phénoménologie), ont fécondé la réflexion et le travail des géographes, qui en retour ont nourri la pensée et le savoir sur le caractère spatial des faits de culture. En cela, le manuel universitaire de Claval est pionnier et comble une lacune en France.


Nicolas Plagne
( Mis en ligne le 05/03/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Brève histoire de l'urbanisme
       de Paul Claval
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd