L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 20 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Sociologie / Economie  
 

Dissonance cognitive
Bruno Deniel-Laurent   Eloge des phénomènes - Trisomie, un eugénisme d'Etat
Editions Max Milo - Essais-Documents 2014 /  9,9 € - 64.85 ffr. / 60 pages
ISBN : 978-2-315-00497-3
FORMAT : 13,2 cm × 20,2 cm
Imprimer

Il existe en psychologie sociale un phénomène bien connu que l'on appelle la ''dissonance cognitive''. Un individu est en dissonance cognitive lorsque ses actes sont en complète inadéquation avec ses valeurs, ses engagements moraux, esthétiques, etc. ; en général, plutôt que de reconnaître, d'assumer, de corriger cette inadéquation, cette incohérence entre ce qu'il est et ce qu'il fait, l'individu choisit non pas de renier ces mêmes actes, mais de changer son système de valeurs.

Or, à la lecture de l'ouvrage Éloge des phénomènes de Bruno Deniel-Laurent, qui analyse l'élimination programmée des trisomiques et le discours qui l'entoure, on peut se demander si notre société tout entière n'est pas victime d'une logique relevant de la dissonance cognitive, voire si elle n'est pas vouée à cette dissonance cognitive, organisée pour la produire : si elle n'est pas, au final, la construction d'une forme d'incohérence morale systémique inédite dans l'histoire humaine : la mauvaise foi.

Car enfin, voici une étrange société qui, d'une part, prêche, comme jamais nulle autre ne le fit, le multiculturalisme, la tolérance, la différence, les vertus de l'altruisme, réintroduit même le délit d'opinion (raciste) dans son arsenal législatif et fait du nazisme l'incarnation parfaite de la dystopie la plus ignoble, l'idéal type du mal absolu et qui, d'autre part, organise l'élimination systématique d'une catégorie d'humains qui présente un chromosome supplémentaire...

Héritier des plus nobles textes de Tolstoï dénonçant la misère sordide de la paysannerie russe, de Simone Weil décrivant la situation des ouvriers dans les usines fordistes, de Bernanos hurlant sa honte devant le soutien des catholiques aux massacres franquistes ou encore de François Partant démontant la mécanique de destruction de l'autarcie, des cultures et des peuples du Tiers Monde par le «développement», Bruno Deniel Laurent poursuit l'exploration du totalitarisme qu'il avait commencée dans son documentaire Cham, consacré au massacre (méconnu) de la minorité musulmane cambodgienne par les khmers rouges.

Car il demeure inflexible dans son cri d'amour et de respect pour l'humanité et, en l'occurrence, sans faille, sans tabou, sans hypocrisie dans son analyse érudite et son refus simplement raisonnable du processus eugénique par lequel nos institutions et nos mœurs, notre culte imbécile de la consommation, du confort, de la technique, de la conformité nous font lentement et surement basculer dans le fantasme qui se trouvait au cœur même du nazisme et, sans doute, de l'idéologie moderne : l'autocréation de l'homme ; l'idée, aujourd'hui qualifiée de «transhumaniste», selon laquelle nous devons être nos propres créateurs, les techniciens de notre être, et que notre volonté compose, construit désormais notre origine.

Et Bruno Deniel-Laurent de souligner que derrière cette politique de dépistage systématique de la trisomie, qui pour ainsi dire appelle l'élimination des fœtus et implique l'absence d'alternative (et d'autrui), il y a la question lancinante, terrifiante, mais jamais vraiment posée de la procréation médicalement assistée, du dépistage pré-implantatoire, des thérapies géniques, c'est-à-dire des biotechnologies en général et du contrôle nécessairement technocratique de la reproduction humaine en particulier - dont on sait depuis les cris d'alerte du biologiste Jacques Testart et les ouvrages de fiction spéculative d'Orwell, Huxley, Dick et tellement d'autres qu'elle est l'un des aspects les plus essentiels de la liberté et de la dignité humaine.


Frédéric Dufoing
( Mis en ligne le 06/05/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd