L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 17 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Sociologie / Economie  
 

L’autre Ancien Régime
Robert Muchembled   Société, culture et mentalités dans la France moderne - XVIe-XVIIIe siècle
Armand Colin - Cursus 2001 /  14.96 € - 97.99 ffr. / 192 pages
ISBN : 2200261586
Imprimer

Dans l’abondante provende de manuels que l’édition française déverse chaque années se côtoient le meilleur et le pire. La compilation hâtive, mal conçue, mal ordonnée, mal rédigée voisine avec la synthèse longuement méditée, où l’érudition sait se transmuer en pédagogie. Société, cultures et mentalités du professeur Muchembled, dont c’est ici la troisième édition revue et corrigée, appartient à cette seconde catégorie. L’auteur conçoit l’histoire culturelle de l’Ancien Régime au rebours de l’acception traditionnelle, qui comprend sous ce nom l’histoire des idées, des arts, des lettres et des sciences. Pour lui, la France de ce temps étant agricole à 90%, cette « grande culture » célébrée par l’historiographie de jadis n’a longtemps joué qu’un rôle accessoire, parasite, quand bien même elle est, au moins partiellement, celle des classes dominantes. Le pays réel est loin de cette culture savante et écrite.

Robert Muchembled nous convie donc à une plongée dans la culture villageoise de nos ancêtres : démographie et sexualité, misère et violence, vie sociale et familale, rythmes annuels et quotidiens, religion et superstition. Immobile en apparence, la société paysanne subit en fait les atteintes du changement, surtout à partir du XVIIIe siècle : le pouvoir royal fait sentir son emprise de plus en plus lourdement, jusque dans la vie quotidienne, l’alphabétisation se développe, l’enseignement secondaire s’étend aux couches moyennes, la civilisation des « bonnes manières » se diffuse depuis la Cour, depuis les élites, jusqu’aux échelons inférieurs de la société.

Appuyant son discours sur de larges extraits de textes passionnants – lettres de rémission, contes, mémoires de curés, manuels de civilités, souvenirs de Restif de la Bretonne – Robert Muchembled nous introduit dans les lieux et les temps essentiels de cette société disparue : les rites animistes autour de l’accouchement, la cour amoureuse, la taverne villageoise, la veillée, les procès de sorcellerie, etc. Ancré dans les réalités contemporaines, n’oubliant jamais qu’il est professeur d'université, l’auteur n’hésite pas à rapprocher les « royaumes de jeunesse », ces groupes d’adolescents et de jeunes hommes qui forment une société quasi distincte, empreinte de violence, à l’intérieur de la société villageoise, entre enfance et âge tardif du mariage, d’une part, et nos modernes bandes de « jeunes des banlieue », de l’autre...

Nous voilà bien loin du Grand Siècle et du Siècle des Lumières, des Précieuses de Molière ou des salons du règne de Louis XV. Le dépaysement n’en est que plus grand et plus originales les réflexions que suscite la lecture de l’ouvrage. Mais le parti pris de l’auteur trouve aussi ses limites : obnubilé par la culture populaire, Robert Muchembled tend à minimiser le rôle de l’écrit, celui la « civilisation du livre », en les réduisant au statut d’épiphénomène. C’est de là, pourtant, que vient le changement, c’est dans élites que sont conçues les progrès matériels et techniques qui transforment peu à peu la vie, que sont nées les idées qui enfanteront la Révolution. La part des élites, des classes dominantes pour parler comme l'auteur, ne peut donc se limiter à leur importance numérique limitée. Leur emprise sur la vie quotidienne se lit dans le paysage même : l’église et le château sont les centres du village, la ville s’impose à son terroir et étend son influence loin au-delà. Partout et toujours, les classes inférieures regardent vers les classes supérieures, les envient et les imitent. On ne peut oublier ces interactions.

Avec cette réserve, Société, culture et mentalités dans la France moderne offre aux étudiants et aux curieux l’introduction la plus attrayante et la plus suggestive à l’étude de la société ancienne, et nous fait mieux mesurer l’infinie distance qui la sépare de nous.


Thierry Sarmant
( Mis en ligne le 02/01/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd