L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 19 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Sociologie / Economie  
 

La violence au travail
Christophe Dejours   Conjurer la violence - Travail, violence et santé
Payot 2007 /  23 € - 150.65 ffr. / 316 pages
ISBN : 978-2-228-90243-4
FORMAT : 14,0cm x 23,0cm

L'auteur du compte rendu : Mathilde Rembert travaille dans le domaine de la formation professionnelle continue.
Imprimer

Travail, violence et santé : voilà bien un sujet dans l’air du temps. Spécialiste en la matière, Christophe Dejours a dirigé une commission sur le thème «violence, emploi, travail, santé» en 2005, dans le cadre des travaux préparatoires à l’élaboration du Plan Violence et santé. L’ouvrage présenté ici découle directement de ces travaux. D’où son architecture inhabituelle : développement d’une centaine de pages de Dejours, puis une centaine de pages d’annexes diverses, qui peuvent êtres lues indépendamment les unes des autres.

Dejours s’attache à décrire le lien qui existe entre le travail et la santé mentale. La violence, qui est parfois utilisée comme instrument de pouvoir dans le monde du travail, peut aussi être la conséquence du travail. Elle se déclenche par exemple en cas de réduction des effectifs. L’évaluation individualisée des performances, actuellement en vogue, jouerait aussi un rôle.

Christophe Dejours ne se contente pas d’exposer les conditions qui favorisent l’émergence de la violence et la façon dont elle est traitée : il conclut sur des préconisations. Par exemple, des études quantitatives ne suffisent pas pour mieux connaître la violence, il nous faut aussi des études qualitatives. Il propose pour ces recherches la création d’un lieu commun pour le soin, l’expertise, la recherche et enfin la formation. Dejours appelle de ses vœux un développement des doubles compétences chez les professionnels : les psychologues cliniciens doivent s’approprier les problématiques liées au travail, et les médecins du travail, celles de la psychopathologie. Il n’oublie pas pour autant la formation des cadres et propose des pistes pour améliorer l’efficacité des CHSCT ou des prud’hommes.

Les annexes sont constituées de définitions (des termes de consentement, domination, harcèlement, maltraitance…) et d’une série d’articles d’universitaires ou de praticiens, juristes, sociologues, psychiatres et psychanalystes. Les auteurs s’intéressent aux difficultés de certains corps de métiers, par exemple les travailleurs sociaux ou les policiers. Des cas d’agression ou de suicide au travail sont exposés et analysés.

Le psychologue Jean-Claude Valette, dans son article, questionne le concept de harcèlement moral. Surgi sur la scène publique il y a dix ans avec la parution du premier livre de Marie-France Hirigoyen, Le Harcèlement moral, ce concept a été officialisé dans la loi de modernisation sociale de 2002. Il subit aujourd’hui de nombreuses critiques, par exemple en Belgique de la part des psychosociologues Flaux et Delvaux, mais aussi en France (Jean-Pierre Le Goff).


Mathilde Rembert
( Mis en ligne le 29/04/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd