L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 28 mai 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Historiographie  
 

La fabrique de l’intellectuel
François Dosse   Pierre Vidal-Naquet - Une vie
La Découverte 2020 /  25 € - 163.75 ffr. / 660 pages
ISBN : 978-2-7071-9421-3
FORMAT : 15,3 cm × 24,0 cm
Imprimer

Pour débuter cette vie de Pierre Vidal Naquet, François Dosse aborde deux drames et deux traumatismes, celui – majeur – de la déportation et de la mort des parents, celui – mineur - de l’échec au concours de l’École normale supérieure. Sans comparer les deux moments, il souligne l’influence, sur l’individu comme sur le chercheur, de ces deux blessures pour un homme dont l’identité se forme entre la judéité et la condition intellectuelle, autour d’une quête qui associe constamment histoire, mémoire et justice. Aussi l’ouvrage place-t-il en avant l’intellectuel – au sens civique du terme - de combat, qui, usant d’une méthodologie historienne, intervient dans le débat public : la guerre d’Algérie, l’affaire Audin, le manifeste des 121, la question israélo-palestinienne, la lutte contre le négationnisme et diverses affaires sont autant de démonstrations pour un savant qui n’entend pas rester sourd aux injustices de son temps, tout en agissant ex cathedra, du haut de sa chaire… Pour un homme marqué – intellectuellement mais aussi familialement – par l’affaire Dreyfus, le terme même d’intellectuel prend un sens fort, lourd d’enjeux et de choix, dans un second XXe siècle complexe.

Au travers de cet activisme, qui n’est pas sans risques professionnels et même physiques, apparaît tout un réseau (éditorial avec Jérôme Lindon et les éditions de Minuit, Maspero ; universitaire avec Laurent Schwartz, Madeleine Rebérioux et d’autres ; médiatique avec une galaxie de revue savantes ainsi que Le Monde, l’Obs, etc.), réseau demeuré fort jusqu’à présent, en attendant que les travaux de quelques jeunes chercheurs de talent (Raphaëlle Branche notamment) sur la torture en Algérie fassent le pont entre les combats d’hier et l’Histoire. Les études et la formation intellectuelle mais aussi sociale, sont indissociables de ces combats et Pierre Vidal Naquet est également au cœur d’un réseau intellectuel dense, finement analysé : celui des maîtres, des amis, des compagnons d’armes (Finley, Momigliano, Vernant, Détienne, Loraux, etc.) et des disciples (Schnapp, Lissarague, Schmitt Pantel, Hartog, etc.), une galaxie intellectuelle brillante (mais parfois conflictuelle) campant au sein d’un centre de recherche fondé à l’EPHE par Jean Pierre Vernant, puis passé à l’EHESS et dédié à l’approche anthropologique et structuraliste de l’Antiquité, le centre Gernet.

Dans cette étude qui enchaîne les analyses d’ouvrages, d’articles, de préfaces et de thèses ainsi que les portraits de chercheurs, on voit se dessiner une école (dite «de Paris»), un courant précisément analysé et qui affirme – face à l’université – sa différence et ses audaces. Qu’on les appelle les «Phéaciens» ou les «enfants du Chasseur noir», ils incarnent une pensée, un moment de l’historiographie de l’Antiquité, dont l’apport demeure majeur dans les études antiques et comparées. Ce portrait de groupe, riche et minutieux, met en avant un intellectuel au sens fort, avec ses aspérités, ses colères et ses engagements. Emerge aussi la figure du mandarin, chef de meute et patron de thèse, qui sait s’enthousiasmer pour des travaux et des chercheurs, un savant dont la générosité intellectuelle, constamment soulignée, va de pair avec l’influence (dans les commissions, les élections universitaires, etc.)… mais aussi les hargnes et autres règlements de compte académiques. Mais François Dosse ne limite pas son ouvrage au savant et à son univers politique et académique, il sait aussi explorer l’individu Vidal Naquet, en famille, et montrer une autre facette de cet homme public et pudique.

Après une belle Saga des intellectuels français (2018), François Dosse revient à la biographie et à l’individu : Pierre Vidal-Naquet, comme historien, et surtout comme témoin et acteur, figure l’un de ces grands intellectuels incontournables. Que l’on ait lu avec passion Les Chasseurs noirs, ou que l’on se soit indigné contre Les Assassins de la mémoire et autres négationnistes, il est impossible, pour quiconque a fait profession d’historien, et de citoyen engagé, de ne pas avoir croisé les écrits de Vidal Naquet. François Dosse nous donne toutefois la possibilité de croiser l’homme Vidal Naquet, dans ce qui ressemble aussi parfois à un portrait de groupe pointilliste autant qu’à une sociologie intellectuelle ample… Réalisé à partir d’une immense documentation, d’interviews et d’une culture vaste, l’ouvrage se dévore, dès les premières pages, aussi dramatiquement haletantes qu’un bon roman sur la guerre. C’est une biographie qui a du souffle et qui, derrière l’arbre Vidal Naquet, dévoile cette forêt que l’auteur arpente inlassablement depuis des années. Au passage, le lecteur découvre la densité des liens entre structuralisme et histoire, autant que la singularité de l’approche de Vidal Naquet, dans un style clair et en sympathie. Tout un pan de l’historiographie récente s’éclaire.

Les amateurs d’histoire antique et d’historiographie apprécieront forcément, ainsi que tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des intellectuels ; mais plus encore, l’intérêt de l’ouvrage réside dans ce lien constant fait entre ces deux champs, et la capacité de l’auteur de nous faire pénétrer dans l’atelier de l’historien, pour saisir, au-delà des idées et de la méthode, les enjeux civiques d’une pratique historienne. Un bel ouvrage qui s’ajoute à une œuvre déjà précieuse et qui, une fois de plus, fera date.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 21/02/2020 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd