L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 17 août 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Historiographie  
 

Le syndrome Pinagot ?
Philippe Artières   Sylvain Venayre   Dominique Kalifa   Anne-Emmanuelle Demartini   Stéphane Michonneau   Le Dossier Bertrand - Jeux d'histoire
Manuella Editions 2008 /  20 € - 131 ffr.
ISBN : 978-2-917217-01-6

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.
Imprimer

Il était une fois cinq historiens qui se dirent : «Travaillons ensemble, et voyons ce qui en sortira». Alors, ils allèrent au marché acheter une existence, sous la forme d’un beau dossier d’archives, puis, après lecture, s’occupèrent de la reconstituer. L’existence en question, sous la forme d’un puzzle documentaire, était celle de Daniel Bertrand, un directeur de banque né en 1869 et engagé dans une mauvaise affaire judiciaire… Nos cinq historiens, qui avaient l’esprit ludique et primesautier, se dirent : «lisons chacun le dossier, reconstituons à notre guise cette histoire, et comparons enfin»… Ce qui fut fait, et publié… et certains étaient même déjà mariés et avaient déjà beaucoup d’enfants. En tous les cas, le loup ne les dévora pas !

Existe-t-il un syndrome Pinagot chez les historiens, à savoir la pulsion – consciente – de vouloir donner vie, via une liasse d’archives, à un anonyme, l’un de ces individus dont la «grande» histoire n’a pas retenu le nom mais qui, humblement, aura existé ? Pinagot, c’est, on le rappelle, le héros d’Alain Corbin, un villageois hypothétique du XIXe siècle créé par un jeu habile de reconstruction historienne… mais un jeu en solitaire. Avec Bertrand, on change vaguement les règles : le jeu réside dans la confrontation de cinq regards universitaires (Philippes Artières, Anne-Emmanuelle Demartini, Dominique Kalifa, Stéphane Michonneau, Sylvain Venayre) – sur un personnage cette fois réel, mais à l’épaisseur banale – et donc des interprétations. Partant d’un même fond documentaire (74 pièces, allant de 1859 à 1944), les cinq historiens se passent le relais, dans un jeu méthodologique aux règles simples, afin de traiter le dossier. Il en ressort des contradictions (qui ne sont pas toutes notées en fin de volume, telle les diverses attributions de quelques vers recopiés par Bertrand), mais également des curiosités propres (des attentes historiographiques, dirons nous) en fonction du champ d’étude de chacun (dans les limites de la sociabilité universitaire : tous sont des spécialistes d’histoire culturelle, déjà formés à certaines problématiques).

L’exercice se veut didactique et doit éclairer des pratiques, des méthodes, des curiosités, des cultures propres à chaque historien, comme un éloge de l’individualisme scientifique. L’enjeu – reconstituer la vie et les soucis judiciaires de Mr Bertrand – est presque accessoire et les vrais héros sont, faut-il le préciser, les enquêteurs, ainsi peut-être que ce dossier d’archives, passé du statut d’encombrant à celui de jouet !

Le résultat est effectivement plaisant, ludique et parfaitement inclassable : le ton est mi érudit et universitaire, mi ironique, et l’on sent bien que c’est l’aspect ludique de la démonstration qui prime. Chacun suit une piste en fonction de ses intérêts particuliers (la banque, la bourgeoisie et ses codes, la famille et ses rigidités…) et, par l’assemblage des pièces, restaure l’affaire Bertrand. Bref, un jeu de construction, ou de reconstruction, au risque d’un «procès de l’historien», devenu expert (en histoire contemporaine) et confronté non à une énigme, mais à sa propre subjectivité de chercheur. Du reste, les participants se sont également interrogés sur le statut de l’archive même et son traitement dans une mise en abîme bienvenue. Au final, un ouvrage original, un jeu de piste pour le lecteur, dans une présentation de belle qualité (papier, inserts graphiques…) et un exercice de style rafraîchissant, qui séduira d’abord les historiens (eh !) mais sans doute aussi les amateurs d’énigmes.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 16/07/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd