L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 20 juin 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

Maîtres et élèves dans l’Antiquité
Laurent Pernot   A l'école des Anciens - Professeurs, élèves et étudiants
Les Belles Lettres - Signets 2008 /  13 € - 85.15 ffr. / 310 pages
ISBN : 978-2-251-03004-3
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

L'auteur du compte rendu : Sébastien Dalmon, diplômé de l’I.E.P. de Toulouse, est titulaire d’une maîtrise en histoire ancienne et d’un DEA de Sciences des Religions (EPHE). Ancien élève de l’Institut Régional d’Administration de Bastia et ancien professeur d’histoire-géographie, il est actuellement conservateur à la Bibliothèque Interuniversitaire Cujas à Paris. Il est engagé dans un travail de thèse en histoire sur les cultes et représentations des Nymphes en Grèce ancienne.
Imprimer

La collection «Signets» des Belles Lettres s’enrichit d’un nouveau titre sur l’école dans l’Antiquité. Les différents textes (cent cinquante-neuf extraits, de soixante-cinq auteurs différents) sont réunis et présentés par Laurent Pernot, professeur à l’Université de Strasbourg. Ils sont précédés d’un entretien avec Jacqueline de Romilly, membre de l’Académie française et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui a beaucoup écrit, en plus de son œuvre d’helléniste, sur les questions d’enseignement. Elle est également la fondatrice et présidente d’honneur de l’association «Sauvegarde des enseignements littéraires» (SEL), qui milite en faveur de l’enseignement du français, mais aussi du latin et du grec.

Les civilisations grecque et romaine furent des civilisations lettrées et savantes – du moins pour leurs élites –, dans lesquelles l’enseignement et la culture jouèrent un très grand rôle. Au reste, l’éducation classique en Occident doit beaucoup aux Grecs et aux Romains : l’explication de texte, la dissertation, l’exposé oral, l’éducation physique et sportive, le rôle des grands auteurs, ou encore l’idéal d’une préparation complète de la personne et du citoyen trouvent leurs origines dans le système éducatif gréco-romain.

Les textes présentés s’intéressent d’abord aux professeurs, figures auxquelles l’Antiquité a donné un relief particulier. Ces figures sont variées : précepteur, maître d’école, enseignant de niveau secondaire et supérieur, mais aussi intellectuel à la mode ou maître à penser. Les disciplines sont également diverses : grammaire, rhétorique, mais aussi sport ou musique… Les professeurs étaient généralement respectés. Ils ne se contentaient pas d’inculquer un savoir disciplinaire, mais dispensaient une formation plus large, à la fois morale et civique.

D’autres textes évoquent la vie à l’école : rythmes scolaires, châtiments corporels (courants dans les écoles antiques) et autres violences (notamment celles des corporations d’étudiants dans les villes universitaires). Sont décrits également l’éthique pédagogique, les relations entre l’Etat et les professeurs (qui devinrent de plus en plus importantes, bien que l’enseignement soit au départ une activité purement privée), sans oublier la description de certains systèmes éducatifs non grecs (enseignement des druides celtes, ou des maîtres de justice perses…).

Laurent Pernot n’oublie pas les sources sur l’éducation à domicile, celle des femmes, des nourrices ou des pères. Il prêtre aussi une attention soutenue aux élèves, qu’ils soient cancres ou premiers de la classe, évoquant également de brillants sujets morts prématurément, ou l’enfance des hommes illustres d’après Plutarque. Il n’omet pas la large place accordée à la pédérastie, celle-ci ayant en effet un aspect éducatif (l’aîné étant un guide ou un modèle pour le plus jeune).

La dernière partie de l’ouvrage rassemble des textes sur les maîtres des écoles de philosophie, qui sont aussi des maîtres de vie. Sont ainsi tour à tour évoqués Socrate (connu à travers les écrits de ses disciples Platon et Xénophon), les sophistes (qui faisaient payer leurs services dans la Grèce classique) et d’autres intellectuels, «gourous» ou directeurs de conscience.

Comme il est habituel dans la collection «Signets», des notices biographiques des différents auteurs antiques convoqués sont présentées en annexe. On trouve aussi dans l’ouvrage des cartes du monde gréco-romain, un index des auteurs et des œuvres, de même qu’une courte bibliographie de deux pages pour ceux qui souhaitent aller plus loin.


Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 14/04/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd