L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 24 juin 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

Sombres éclats
Franz Kafka   Cahiers In-Octavo (1916-1918)
Rivages - Bibliothèque Rivages 2009 /  20 € - 131 ffr. / 237 pages
ISBN : 978-2-7436-1995-4
FORMAT : 12cm x 19,5cm

L'auteur du compte rendu: Ancien élève de l’École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines de Lyon, agrégé de Lettres Modernes, Fabien Gris est actuellement moniteur à l’Université de Saint Etienne. Il prépare une thèse, sous la direction de Jean-Bernard Vray, sur l’imaginaire cinématographique dans le roman français contemporain.
Imprimer

Ce sont huit cahiers : Franz Kafka, après l’abandon de son journal en 1916, y a consigné d’étranges petits textes, pendant une année et demi ; voici donc le contenu de ces cahiers publié aujourd’hui : il s’agit indifféremment de récits de rêve, de saynètes, d’aphorismes, d’embryons narratifs divers, de bribes de phrases. Ce qui frappe d’emblée, c’est évidemment la dimension «kafkaïenne» de cette succession de textes, au sens même que cet adjectif a pris en rentrant dans notre vocabulaire courant (quelle meilleure preuve de l’importance d’un auteur que l’effet d’antonomase dont il est l’origine !). En effet, même lorsque l’on n’a que quelques idées générales sur le grand écrivain tchèque, il est fort à parier qu’elles se retrouvent incarnées dans ces «in-octavo» : atmosphère oppressante, crises de désespoir et de mélancolie, tonalité fantastique sombre, descriptions implacables de relations de pouvoir et de hiérarchie, obsession pour la bureaucratie considérée comme le lieu d’aliénation par excellence…

Du Kafka pur jus, en somme, grinçant, déstabilisant, notamment lorsque ces sombres tableaux vont de pair avec une recherche désespérée de tendresse, d’apaisement et de joie. Néanmoins, les principes radicaux sur lesquels se fonde cette nouvelle édition (donner les textes dans leur ordre originel, sans coupures, sans censures, mais aussi sans notes) ne font qu’accentuer la dimension fragmentaire de l’ensemble. Si les romans de Kafka, inachevés, nous ont habitués à une poétique déconstruite et chaotique, les textes de ces Cahiers exhibent bien plus frontalement, de par leur nature même, leur inachèvement. Certains textes sont coupés abruptement (parfois au milieu même d’une phrase), d’autres semblent entrer en dialogue avec ceux qui les précèdent ou ceux qui les suivent, sans que le lecteur en soit véritablement sûr.

C’est peut-être la limite de cette publication : une telle série de textes, si troublante et si déstabilisante (y compris par rapport à nos expériences traditionnelles de lecture de journaux ou carnets d’écrivains), aurait sûrement mérité un appareil critique plus fourni, notamment par le biais de notes. L’intéressante et pertinente présentation de Pierre Deshusses ne suffit sans doute pas, pour quelqu’un qui ne serait pas un familier ou un fin connaisseur de l’œuvre, à maintenir l’attention. Le paradoxe est là : ni véritable édition critique, ni édition de vulgarisation pour non avertis, ces Cahiers in-octavo sont difficilement accessibles à un public large, et ne risquent d’intéresser que les plus «kafkanophiles» d’entre nous, ceux qui trouveront dans tel récit, voire dans tel fragment phrastique, les grands livres à venir. Les autres resteront interdits devant la plupart des (bouts de) textes, même si, çà et là, telle ou telle fulgurance aphoristique, magnifique d’intelligence («Rien ne me tient», p.138 ; «Ne pas s’ébrouer mais se consumer pour se débarrasser de soi», p.203) comme de simplicité littérale («Ce que je touche, se casse», p.139 ; «Clarté du matin», p.221) les bouleverseront considérablement. Demeurent donc, au-delà de l’ensemble difficile à lire en continuité, les éclats déchirants d’un auteur tourmenté qui cherche sa foi en l’art, pour échapper à «l’exiguïté» (p.213) de la société.


Fabien Gris
( Mis en ligne le 19/10/2009 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Lettres à Max Brod
       de Franz Kafka
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd